Olympe Bhêly-Quenum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La forme ou le fond de cet article est à vérifier (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez-le ou discutez des points à vérifier. Si vous venez d’apposer le bandeau, merci d’indiquer ici les points à vérifier.

Olympe Bhêly-Quenum
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (87 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Olympe Bhêly-Quénum (né le 20 septembre 1928 à Ouidah au Bénin) est un écrivain béninois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Olympe Bhêly-Quenum est le fils d'une grande prêtresse du Vodoun[réf. nécessaire]. Il est le neveu de l'ethnologue dahoméen Maximilien Quénum[1].

Après avoir réalisé ses études primaires au Bénin (ex-Dahomey), il arrive en France en 1948[réf. souhaitée]. Après l'obtention de son baccalauréat lettres classiques et philosophie-lettres au lycée de Rennes (Bretagne), il prépare en Hypokhâgne le concours d'entrée à l'ENSET (École normale supérieure d'enseignement technique).

À son retour en Normandie[Quand ?], il prépare et obtient une licence ès lettres classiques à l'université de Caen puis une licence de sociologie et une maîtrise de socio-anthropologie à la Sorbonne (Paris).[réf. nécessaire]

Il devient ensuite professeur de lettres classiques au lycée de Coutances (Normandie), au lycée Paul-Langevin (Suresnes) et au lycée Jacques-Decour (annexe, actuel lycée Paul-Éluard (Seine-Saint-Denis)[réf. souhaitée].

Il a effectué des stages diplomatiques au Quai d'Orsay[Quand ?], à l'Académie diplomatique (La Haye)[Quand ?] et dans les consulats généraux de France[Quand ?] à Gênes, Milan, Florence, ambassade de France à Rome.[réf. nécessaire] Il est certifié d'études diplomatiques (Institut des Hautes Études d'Outre-Mer, Paris).[réf. nécessaire]

Il est directeur-rédacteur en chef du magazine « La Vie Africaine »[réf. nécessaire] et fondateur, avec sa femme, du magazine bilingue « L'Afrique Actuelle », (français-anglais) dont il fut le directeur-rédacteur en chef.[réf. nécessaire]

Ancien fonctionnaire international[réf. nécessaire] : à son actif, des missions dans tous les pays africains[Informations douteuses] [?] et dans nombre de pays européens[Lesquels ?].

Il a contribué au bicentenaire de la naissance d’Alexandre Pouchkine, très grand poète russe (dont l'ancêtre Abraham Hanibal était africain) : étude comparatiste entre ses contes et le récit africain traditionnel.[réf. nécessaire]

Il est expert de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) dans le domaine des problèmes de littérature africaine, de l'industrie culturelle et de recherche en anthropologie socio-culturelle (problèmes du vodou en Afrique).[réf. nécessaire]

En tant que critique littéraire, il est membre de l'Association internationale des critiques littéraires[réf. souhaitée], membre du PEN Club de France[réf. souhaitée] et membre de la Société des Gens de Lettres de France[réf. souhaitée].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Un piège sans fin (roman, édit Stock, Paris, 1960, traduit en anglais et en slovène) 6 éditions aux éditions Présence africaine, Paris.
  • Le Chant du lac, édit. Présence africaine, Paris, 1965 (traduit en russe et en tchèque, adapté et joué sur France Culture).
  • Liaison d'un été (Édit. Sagerep, Paris,1968 : recueil de nouvelles, certaines sont traduites en plusieurs langues; cet ouvrage contient le texte de ma rencontre avec André Breton, en 1949).
  • Un enfant d'Afrique (édit. Larousse, Paris, 1970 ; traduit en russe; roman pour faire connaître aux jeunes l'éducation et la vie dans l'Afrique traditionnelle); nouvelle édition (Poche Présence Africaine).
  • L'Initié, roman, édit. Présence africaine, 1979.
  • Les Appels du vodou, roman basé sur le fonctionnement d'un rituel Vodou (édit. L'Harmattan, Paris, 1994).
  • La Naissance d'Abikou (L'enfant qui parle dans le ventre de sa mère) (édit. Phoenix Afrique, Bénin, 1998).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lilyan Kesteloot, « Olympe Bhêly-Quénum », in Anthologie négro-africaine. Histoire et textes de 1918 à nos jours, EDICEF, Vanves, 2001 (nouvelle éd.), p. 307-312
  • Guillaume Lozès, Initiation, ésotérisme et vodou en action au cœur de l'œuvre d'Olympe Bhêly-Quenum : une lecture de l'œuvre littéraire d'Olympe Bhêly-Quenum, université de Paris-Nord, 2002, 451 p. (thèse)
  • Franck Mve, La Symbolique du corps dans l'œuvre romanesque d'Olympe Bhêly-Quenum, université Nancy-2, 2009 (thèse)
  • Joseph Ndinda, « Bhêly-Quenum Bhêly », dans Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud (dir.), Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien, H. Champion, Paris, 2010, p. 62-65 (ISBN 978-2-7453-2126-8)
  • Olympe Bhêly-Quenum, l'appel de l'Afrique des profondeurs : mélanges pour Olympe Bhêly-Quenum, Groupe de recherches sur les littératures de l'espace francophone, Cotonou, 2001, 197 p. (ISBN 2-906645-38-9)
  • Anicette Quenum, Récit initiatique et expression mystique dans l’œuvre d’Olympe Bhêly-Quenum : problématique et enjeux d’une combinatoire entre spiritualités chrétienne et négro-africaine, université Paris-Sorbonne, 2008, 539 p. (thèse)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lilyan Kesteloot, « Olympe Bhêly-Quénum », in Anthologie négro-africaine. Histoire et textes de 1918 à nos jours, EDICEF, Vanves, 2001 (nouvelle éd.), p. 307
  2. Grand prix littéraire de l'Afrique noire. Liste des lauréats, [lire en ligne], consulté le 14 avril 2016