Niels de Danemark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kong niels.jpg

Niels de Danemark, né vers 1064 et mort le 25 juin 1134, fut roi de Danemark de 1104 à 1134.

Biographie[modifier | modifier le code]

Niels est le cinquième des fils du roi Sven II de Danemark qui accède successivement à la royauté. Il devient roi en 1104 à la mort de son frère Éric Ier au détriment du fils de ce dernier Harald Kesja.

Le début de son long règne est paisible. Niels épouse Margrete Fredkulla, fille du roi de Suède Inge Ier l'Ancien et veuve de Magnus III de Norvège. Magnus Nilsson den Starke (le Fort), le fils unique né de cette union, fut choisi en 1125 comme roi sous le non de Magnus Ier le Fort par les habitants du Västergötland. Après le décès de Margrete, il épouse vers 1130 Ulvild Haakonsdatter, la veuve de Inge II le Jeune.

Magnus Nilsson, qui se considérait comme l'héritier du royaume de Danemark, s’inquiétait de la popularité de son cousin Knut Lavard le fils légitime du roi Éric Ier de Danemark, qui avait également reçu de l’empereur un titre royal en 1129 pour régner sur les Obodrites, un peuple slave des bords de la Baltique. Le à Ringsted en Seeland, Magnus fait assassiner Knut Lavard par sa garde personnelle (Hird). Ce meurtre déclenche une violente guerre civile. Le futur Éric II de Danemark prend la tête des partisans de son demi-frère assassiné rassemblés par la famille d’Asser Hvide de Seeland et l’archevêque Asser. Sur la rivière Eider en 1131, Niels conclut un traité de paix avec Lothaire II du Saint-Empire qui s'engage à repasser la rivière frontière sans attaquer les fortifications du Dannewirke ni à venger le meurtre de Knut Lavard. Le roi de Danemark paiera en contrepartie 4 000 marks à l'Empereur et son fils Magnus devra entrer à son service[1].

Magnus Nilsson, rappelé par son père au Danemark, réussit à repousser Éric Emune qui doit s’exiler momentanément en 1133. Niels Ier et son fils sont également en butte à l’hostilité croissante de l’empereur germanique qui leur reproche d’avoir maltraité des marchands allemands membres de la Hanse. Malgré l’hommage que Magnus Nilsson doit lui rendre pour la première fois de l'histoire du Danemark à Pâques 1134 à Halberstadt, l’empereur Lothaire II fait preuve d’une bienveillante neutralité pour les projets des ennemis du roi[2]

C’est ainsi que l’armée de chevaliers d’Éric II Emune renforcée par 300 mercenaires allemands écrase l’armée royale en Scanie le à Fotevik près de Skanör. Magnus Nilsson périt dans l’engagement ainsi que le prince Henrik de Danemark, Magnus Haraldsen un fils de Harald Kesja et cinq évêques qui soutenaient le parti du roi dont quatre titulaires de sièges danois : Peder de Roskilde, Adelbert de Slesvig, Ulkketl d’Aarhus, et Thorik de Ribe. Niels doit se réfugier au Jutland, où il est tué par les habitants le 25 juin 1134.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. H. C. de Reedtz Répertoire des traités conclus par la couronne de Danemark depuis Canut le Grand jusqu'en 1800. Librairie De Dietrich, Gottingue 1826.p. 9-10.
  2. Lucien Musset Les peuples scandinaves au Moyen Age Presses universitaires de France, Paris 1951 p. 179 .

Sources[modifier | modifier le code]

  • Lucien Musset, Les Peuples scandinaves au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France,‎ , 342 p. (OCLC 3005644)
  • Cet article contient tout ou une partie d'un document provenant du site Terres Contées. L'auteur autorise Wikipédia à utiliser tous les documents présents sur son site sous GFDL.