Natacha Chetcuti-Osorovitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Natacha Chetcuti
Natacha Chetcuti.jpg
Natacha Chetcuti en novembre 2014
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Site web

Natacha Chetcuti-Osorovitz est une sociologue française, née à Toulouse le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi des études de sociologie à l'université Toulouse II-Le Mirail, elle a soutenu en 2008 une thèse d'anthropologie sociale à l'École des hautes études en sciences sociales : Normes socio-sexuelles et lesbianisme : définition de soi, catégorie de sexe/genre et script sexuel[1].

Chargée d'enseignement successivement à l'Université Toulouse II-Le Mirail, à l'Unité de formation et de recherche de droit et sciences politiques de l'Université de Reims Champagne-Ardenne, à l'Université Paris VII - Diderot, à l'Université d'Évry-Val d'Essonne, à l'Université Lumière Lyon 2, à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, elle est depuis 2009 chargée d'enseignement à Sciences-Po Paris, depuis 2015 à l'Université de Cergy-Pontoise[2], à l'Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis et l'Université Paris Ouest-Nanterre La Défense[3], à CentraleSupélec et à l'IDHES/ENS Paris Cachan[4].

Elle est chercheuse associée au Laboratoire d’études de genre et de sexualité de l'Université Paris-VIII[5] et chercheuse associée au Centre en études genre de la Faculté des sciences sociales et politiques de l'Université de Lausanne.

Elle a été membre du comité de rédaction de la revue Les Cahiers du Cedref (Centre d'enseignement, de documentation et de recherche pour les études féministes), membre du comité de lecture de la revue électronique Genre, sexualité et société (2008-2011)[6]. Elle est membre du comité de rédaction de la Revue genre et langage.

Elle intervient dans le cadre du Centre d’études et d’action-formation en sociologie (CEAFS) dans les domaines suivants : Genre, sexualités et émancipation ; Inégalités sociales et comportements de santé ; Théories de l’identité et de la domination ; Discriminations, laïcité et citoyenneté ; Parenté carcérale, exclusion et sens de la peine ; Violences sexuées et intervention sociale ; Antisémitisme et préjugés raciaux ; Féminismes, mouvement social et résistances[7].

Publications[modifier | modifier le code]

Direction d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La face cachée du genre. Langage et pouvoir des normes, Natacha Chetcuti et Luca Greco (dir), Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2012 (ISBN 978-2878545685)
  • Violences envers les femmes : Trois pas en avant, deux pas en arrière ! Réflexions autour d’une enquête en France, en collaboration avec Maryse Jaspard, Paris, L’Harmattan, 2007 (ISBN 978-2-296-02849-4) — présentation générale coécrite avec Maryse Jaspard
  • Lesbianisme et féminisme. Histoires politiques, en collaboration avec Claire Michard, Paris, L’Harmattan, 2003 (ISBN 2-7475-5501-1) — présentation générale coécrite avec Claire Michard

Livres[modifier | modifier le code]

  • Se dire lesbienne : vie en couple, sexualité et représentation de soi, Paris, Payot, 2010 (ISBN 978-2-228-90583-1) ; réédition Payot, « Petite Bibliothèque Payot », 2013 (ISBN 978-2-228-90972-3) ; traduction italienne : Dirsi lesbica. Vita di coppia, sessualità, rappresentazione di sé, Ediesse, 2013 (ISBN 9788823017610)

Préface[modifier | modifier le code]

Notices de dictionnaires[modifier | modifier le code]

  • « Queer » ; « Lesbianisme » ; « Caroline Mecary » ; « Christine Le Doaré » in Christine Bard, Sylvie Chaperon (dir.), Dictionnaire des féministes : France, XVIIIe-XXIe siècle, PUF, 2017
  • « Monique Wittig », in Janine Mossuz-Lavau (dir.), Dictionnaire des sexualités, Robert Laffont, 2014, p. 901-904
  • « Hétérosexualité » in Bernard Andrieu (dir.), Dictionnaire du corps en sciences humaines et sociales, Éd. du CNRS, p. 229-231

Articles[modifier | modifier le code]

  • Roca i Escoda, Marta, Pauline Delage et Natacha Chetcuti-Osorovitz, « Quand la critique féministe renouvelle le droit. Présentation du dossier », Droit et société, vol. 99, n° 2, 2018, p. 277-285
  • avec Stéphanie Arc, « Le traitement de l’homosexualité féminine dans une série populaire : Plus belle la vie. À l’école de la diversité », revue Miroir/Miroirs, revue des corps contemporains, n°4, 2015, p. 35-57
  • « L’apport de l’anthropologie clinique dans le processus de subjectivation des auteurs de violence conjugale », in Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Ludovic Gaussot, Marie-José Grihom et Myriam Soria (dir.), Le corps en lambeaux. Violences sexuelles et sexuées faites aux femmes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, p. 373-386
  • avec F. Teicher, « Ordre de genre, ordre sexuel et antisémitisme. La convergence des extrêmes dans les mouvements d’opposition à la loi sur le “mariage pour tous” en France en 2014 », Estudos da Religião, n°1, 2016, p. 93-109
  • « Féminismes contemporains et controverse du pacte laïque en France : d’un modèle d’émancipation unique à sa confrontation plurielle », L'Homme & la société, vol. 198, n° 4, 2015, p. 51-72.
  • avec G. Girard, « L’appropriation d’une sexualité minorisée », revue Interrogations, 2015
  • « Autonomination lesbienne avec les réseaux numériques », Hermès, n°69, p. 39-41, CNRS Éditions, 2014
  • « “Théories de genre” et normes sexuelles : l’écho d’une polémique en milieu scolaire », revue Poli, « Politique de l’image, Sexe en Public », n°9, 2014, p. 90-97
  • « Quand les questions de genre et d'homosexualités deviennent un enjeu républicain » dans Les Temps modernes no 678, 2014, p. 241-253
  • « Genre, laïcité et féminisme en France : vers de nouvelles redéfinitions de la citoyenneté ? », Raison Présente, no 185, 1er trimestre 2013, p. 17-24
  • « Monique Wittig et Judith Butler : du Corps Lesbien au phallus lesbien » dans Benoit Aucler et Yannick Chevalier (dir.), Lire Monique Wittig aujourd’hui, Lyon, Presses universitaires de Lyon, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2012
  • (en) avec Nathalie Beltzer, Nicolas Methy et al, « Preventive care’s forgotten women: life course, sexuality and sexual health among homosexual and bisexual women in France », The Journal of Sex Research, vol. 50, number 6, August-September 2013, Routledge, p. 587-597
  • « Penser la sexualité et les rapports sociaux de sexe : perspectives critiques. Dialogue entre deux disciplines », en collaboration avec Marianne Blidon, Carnets de Géographes, 2010[8]
  • « Sexe/genre et sexualité : une histoire des concepts », in Florence Degrave (dir.), Diversité des féminismes, Bruxelles, Pensées féministes, Université des femmes, 2009, p. 181-217
  • « De “On ne naît pas femme” … à “On n’est pas femme”. De Simone de Beauvoir à Monique Wittig », Genre, sexualité et société, 2009, no 1[9]
  • « Monique Wittig, la tragédie et l’amour », en collaboration avec Maria-Teresa Amaral, Corps, revue interdisciplinaire, 2008, no 4, Paris, Dilecta, p.  93-98
  • « Lesbianisme : théories, politiques et expériences sociales », Genre, sexualité et société, 2009, n°1, (introduction du numéro coécrite avec Cécile Chartrain)[10]
  • « Violences physiques, sexuelles faites aux femmes et crimes contre l’humanité », in Violences envers les femmes, Paris, L’Harmattan, 2007
  • « Corps programmés/corps à inventer ? », in Bruno Perreau (dir.), Le choix de l’homosexualité : Recherches inédites sur la question gay et lesbienne, Paris, Epel,2007, p. 95- 116
  • « Les catégories de sexe/genre : normes et variations », in Lesbianisme et féminisme, Paris, L’Harmattan, 2003
  • « Au-delà des apparences : lesbianisme et catégorisation de sexe », en collaboration avec Céline Perrin, Nouvelles Questions Féministes (Suisse), 2002, vol. 21, no 1, p. 18-40

Articles de journaux[modifier | modifier le code]

  • « Aujourd'hui chaque groupe féministe défend ses intérêts propres », interview dans L’Express, 26 août 2010[11]
  • « Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions », Libération, 13 août 2010[12]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cris Martinez, « Natalia Chetcuti and Luca Greco (eds), La face cachée du genre: Langage et pouvoir des normes », Discourse Society, juillet 2014, vol. 25 no 4, p. 568-569
  • Marlène Coulomb-Gully, compte-rendu de « Natacha Chetcuti et Luca Greco (dir.), La face cachée du genre. Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, 2012 », Travail, genre et sociétés, 2014/2, no 32, p. 185-187
  • Abir Kréfa, compte-rendu de « Se dire lesbienne. Vie de couple, sexualité, représentation de soi », Lectures, « Les comptes rendus », 2013 [lire en ligne]
  • Silvia Nugara, compte-rendu de « Natacha Chetcuti, Luca Greco (éds.), La face cachée du genre. Langage et pouvoir des normes, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2012. », Carnets de lecture, no 17 http://farum.it/lectures/ezine_articles.php?id=248
  • Juliette Raynaud, compte-rendu de « Natacha Chetcuti, Luca Greco (éds.), La face cachée du genre. Langage et pouvoir des normes, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2012. », Genre sexualité & société, no 8 automne 2012 http://gss.revues.org/index2471.html
  • Jules Falquet, compte-rendu de « Se dire lesbienne », Revue française de science politique, vol. 61, no 5, 2011
  • Marie-Ange Schiltz, compte-rendu de Se dire lesbienne, « Parcours et discours lesbiens », La Vie des idées, 2010
  • Dominique Bourque, compte-rendu de « Lesbianisme et féminisme. Histoires politiques », Recherches féministes, vol. 19, no 1, 2006, p. 177-180

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]