Mstsislaw

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une ville de Biélorussie
Cet article est une ébauche concernant une ville de Biélorussie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Mstsislaw
Мсціслаў
Blason de Mstsislaw
Héraldique
Drapeau de Mstsislaw
Drapeau
Image illustrative de l'article Mstsislaw
Administration
Pays Drapeau de la Biélorussie Biélorussie
Subdivision Voblast de Moguilev
Raïon Mstsislaw
Code postal BY 213470
Indicatif téléphonique +375 2240
Démographie
Population 10 376 hab. (2016)
Géographie
Coordonnées 54° 01′ N 31° 43′ E / 54.017, 31.71754° 01′ Nord 31° 43′ Est / 54.017, 31.717
Divers
Première mention XIIe siècle
Statut Ville depuis 1634
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Biélorussie

Voir la carte administrative de Biélorussie
City locator 14.svg
Mstsislaw

Géolocalisation sur la carte : Biélorussie

Voir la carte topographique de Biélorussie
City locator 14.svg
Mstsislaw
Sources
Liste des villes de Biélorussie

Mstsislaw (en biélorusse : Мсціслаў ; en alphabet lacinka : Mscislaŭ), Mstislav (en russe : Мстислав)[1] ou Mstislavl (en russe : Мстиславль), est une ville de la voblast de Moguilev, en Biélorussie, et le centre administratif du raïon de Mstsislaw. Sa population s'élevait à 10 376 habitants en 2016[2]. La ville est parfois surnommée la « petite Vilnius », ou la « Souzdal biélorusse »[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Mstsislav est située dans la vaste plaine nord-européenne et est arrosée par la Soj, qui prend sa source non loin de là, en Russie, et arrose également Gomel, deuxième ville biélorusse. Elle se trouve près de la frontière avec la Russie, à 92 km à l'est de Moguilev et à 273 km à l'est de Minsk[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La ville médiévale était composée du château seigneurial entouré d'un rempart et d'un fossé ainsi que d'une petite bourgade avoisinante. En 1980 puis en 2014, des documents sur écorce de bouleau datant de cette époque ont été découverts à Mstsislaw[5],[6].

Mstsislaw aurait été fondée en 1135 par le prince Rostislav Ier et nommée en l'honneur de son père, Mstislav Ier. Cependant, la ville n'est mentionnée pour la première fois que dans une chronique de 1156 ; comme pour la plupart des villes biélorusses, sa première mention écrite fait donc office de sa date de fondation. Primitivement incluse dans la principauté de Smolensk, elle prit son indépendance en 1180 et devint alors capitale de la principauté de Mstsislaw, qui englobait à cette période les actuels raïons de Mstsislaw, de Tcherykaw et de Tchavoussy, ainsi que les villes de Radoml et Riasna. À la mort du prince David de Smolensk, son petit-fils Mstislav Romanovitch est reconnu prince de Smolensk et annexe la principauté de Mstsislaw à celle de Smolensk.

En 1359, Olgierd, grand-duc de Lituanie, s'empare de Mstsislaw. La ville échoit alors au grand-duché de Lituanie, qui devint rapidement une des premières puissances et un des plus vastes pays européens.

En 1386, profitant de l'absence du prince et de ses principaux seigneurs partis assister à la coronation du grand-duc Ladislas II Jagellon, Sviatoslav, prince de Smolensk, assiège Mstsislaw pendant onze jours, mais ne parvient pas à prendre la ville. Les troupes lituaniennes menées par les frères de Ladislas, Skirgaila (en) et Vytautas, lèvent le siège au terme de la bataille de la Vikhra (en). Sviatoslav est tué et ses fils sont capturés. Le prince Lengvenis, fils d'Olgierd, mène les troupes de Mstsislaw et de Smolensk lors de la bataille de Grunwald contre les chevaliers de l'Ordre Teutonique. C'est aussi lui qui ordonne la construction du monastère de Poustynki (ru), aux environs de Mstsislaw, dont les ruines, aujourd'hui restaurées, servent de lieu de pèlerinage. Il est le fondateur de la dynastie des Mstislavski (ru).

En 1514, le prince Mikhaïl Mstislavski joint ses troupes aux forces moscovites qui affrontent les armées alliées du grand-duché de Lituanie et du royaume de Pologne lors de la bataille d'Orcha (en). Défait, Mikhaïl est contraint de se réfugier à Moscou. À la suite de cet épisode, la principauté de Mstsislaw passe sous la protection du grand-duché de Lituanie.

En 1569, l'Union de Lublin consacre l'unification de la Lituanie et du royaume de Pologne : Mstsislaw devient chef-lieu de voïévodie.

En 1634, Ladislas IV Vasa, souverain de la République des Deux Nations, accorde à la ville de droit de Magdebourg ainsi qu'un blason.

En 1654, après la prise de Smolensk par les troupes du tsar Alexis, le boyard Alexeï Troubetskoï s'empare de Mstsislaw.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Le 30 août 1708, au village de Dobroïe, non loin de Mstsislaw, les Suédois sont vaincus lors de la bataille de Malatitze (en).

En 1772, la République des Deux Nations est démembrée et Mstsislaw est incorporée au gouvernement de Moguilev, dans l'Empire russe.

En 1778, un nouveau plan de la ville, basé sur une disposition orthogonale des rues et un système de places, est dessiné et approuvé. Un palais de bois est construit en 1787 (il brûlera en 1858) et une école en 1789.

En 1781, Mstsislaw reçoit un nouveau blason.

La ville est mise à sac lors de la campagne de Russie de 1812.

En 1858, un grand incendie détruit plus de 500 constructions.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Selon le recensement de l'Empire russe de 1897, le ville compte 8 514 habitants (62 % d'illettrés), dont 5 072 Juifs, 2 833 Biélorusses, 475 Russes et 108 Polonais[7]. On y retrouve aussi une tannerie, une briqueterie, une brasserie et d'autres petites entreprises, ainsi que trois écoles et trois hôpitaux.

Au début du XXe siècle, la ville comporte 1048 habitations (dont 25 en brique), un lycée pour filles et un pour garçons, deux bibliothèques, une maison d'édition, trois monastères, trois églises orthodoxes et une catholique, une synagogue, un hôpital et une pharmacie.

En 1919, Mstsislaw est rattachée au gouvernement de Smolensk de la RSFS de Russie, puis, en 1924, à la République socialiste soviétique de Biélorussie.

En 1939, la ville compte environ 10 500 habitants. Parmi ceux-ci, il y avait 2 067 Juifs, soit 20 pour cent de la population. L'armée allemande occupe la ville en juillet 1941. Au début d'octobre 1941, ils assassinent 30 personnes âgés juives. Le 15 octobre 1941, en ​​collaboration avec la police locale, de 850 à 1 300 Juifs sont exécutés dans le cadre de ce qu'on appellera la Shoah par balles[8]. À sa libération, le 28 septembre 1943, la ville est Judenfrei[9].

Après la guerre, une petite obélisque est érigé sur le lieu du massacre, avec une inscription commémorant « l'exécution sauvage de la population juive de la ville de Mstsislaw ». Peu de temps après, l'obélisque est retirée. Elle ne sera remplacée qu'en 2005 par une nouvelle plaque commémorative (qui ne fait cette fois plus mention de la qualité juive des victimes)[9],[10]. En 2011, pour le 70e anniversaire de la tragédie, une nouvelle inscription est ajoutée : « À cet endroit, le 15 octobre 1941, des bourreaux fascistes ont sauvagement tué 1 300 Juifs, puis entre 1941 et 1943, 168 Biélorusses et 35 Tsiganes, pour la plupart des femmes, des enfants et des vieillards. »[11]

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[12] :

Évolution démographique
1825 1855 1880 1897* 1911 1923* 1926*
3 492 6 478 7 712 8 514 16 181 8 874 8 085
1939* 1943 1959* 1970* 1979* 1989* 1999*
? 3 512 8 052 9 728 10 164 11 230 11 800
2009* 2012 2013 2014 2015 2016 -
10 804 10 644 10 596 10 541 10 437 10 376 -

Culture[modifier | modifier le code]

La ville doit son renom sur le plan culturel aux carrelages de céramique créés par les maîtres artisans des XVe ‑ XVIIe siècles, parmi lesquels Stepan Poloubes (ru).

Dans l'église des Carmélites sont conservées des fresques de style baroque de la moitié du xviiie siècle, dont la « Prise de Mstsislaw par les troupes moscovites en 1654 » et le « Massacre des prêtres ».

L'écrivain Uladzimir Karatkievic a consacré un essai à la ville, sobrement intitulé Mstsislaw.

Mstsislaw abrite aujourd'hui le musée archéologique et historique de la ville[13], ouvert au public depuis 1995.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Église de l'Assomption de la Vierge Marie[modifier | modifier le code]

L'église de l'Assomption de la Vierge Marie[14], aussi connue sous le nom d'église des Carmélites car rattachée au monastère des carmélites voisin, est une église catholique construite et consacrée en 1637. Le monastère, quant à lui, date du début du xviie siècle. En 1654, lors de la prise de Mstsislaw par les troupes moscovites, les carmélites sont toutes massacrées : les deux fresques centrales de l'église sont consacrées à cette épisode : « La prise de Mstsislaw par les troupes moscovites en 1654 » et « Le Massacre des prêtres ». L'église est restaurée entre 1746 et 1750 par Johann Christoph Glaubitz : couronnement des tours, décoration de la façade, changement de la forme du toit.

Le style architectural de l'église est tantôt qualifié de baroque ou de rococo[15], tantôt de baroque de Vilnius[16]. L'église est composée de trois nefs d'environ neuf mètres chacune, séparées les unes des autres par deux rangées de trois colonnes. Une abside en forme de pentaèdre surplombe la nef centrale, bordée par une chapelle adjacente. L'attraction principale de l'intérieur de l'église est un ensemble de vingt fresques du xviie siècle, assez bien conservées compte tenu de l'état général déplorable de l'église. Des travaux importants ont récemment été entrepris, mais ont été interrompus faute de financement. Ils devraient reprendre et se terminer en 2016[17].

Église de l'Archange Michel et monastère des jésuites[modifier | modifier le code]

Le monastère jésuite et ses dépendances sont fondés au début du xviie siècle sur ordre du roi Sigismond III de Pologne. Le collège, quat à lui, date de 1711. Enfin, l'église de l'Archange Michel[18] est construite entre 1730 et 1738. Après la suppression de la Comagnie de Jésus en 1820, l'église devient paroissiale. Dans la première moitié du xixe siècle, elle devient la cathédrale Saint-Nicolas, tout comme le monastère devient le monastère Saint-Nicolas. Entre 1841 et 1842, des travaux de rénovation sont entrepris dans les bâtiments du collège. En 1909, c'est l'église qui est rénovée. L'église est à moitié détruite lors de la Seconde Guerre mondiale. Après 1945, les autorités soviétiques la réparent partiellement et la transforment en maison de la culture. Elle est aujourd'hui en réparation[19].

Cathédrale Saint-Alexandre-Nevski[modifier | modifier le code]

En 1727, un monastère bernardin est construit à Mstsislaw à l'emplacement de l'anciennee église orthodoxe Saint-Athanase, déplacée ailleurs dans la ville. En même temps est construite l'église catholique en bois qui lui est rattachée, l'église de la Nativité-de-Marie. Elle est remplacée en 1775 par une église en pierre. Le monastère est fermé en 1831 et confié à l'Église orthodoxe, l'église catholique est quant à elle donnée aux paroissiens de l'église Saint-Athanase. L'église brûle en 1858. Plutôt que de la réparer, il est décidé de construire une nouvelle église, cette fois orthodoxe[20],[21]. Elle est érigée en 1870[22],[23]. De style néo-russe, elle est cette fois faite de briques. En 1895, en l'honneur du couronnement de l'empereur Nicolas II, une icône Notre-Dame Porte du Ciel est achetée par Moscou et confiée à la cathédrale Saint-Alexandre-Nevski de Mstsislaw.

Autres bâtiments[modifier | modifier le code]

Mstsislaw possède également d'autres églises : l'église de la Transfiguration[24], l'église de l’Exaltation de la Sainte-Croix[25] et l'église de la Sainte-Trinité[26].

La ville renferme aussi deux statues en l'honneur de l'imprimeur Piotr Mstislavets (ru).

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (be) Назвы населеных пунктаў Рэспублікі Беларусь. Магілёўская вобласць, Minsk, Тэхналогія,‎
  2. Estimation officielle de la population au 1er janvier 2016, sur pop-stat.mashke.org.
  3. (ru) « Мстиславль – город-воин, город-герой | Информационно-справочный портал Беларуси - interfax.by », sur www.interfax.by (consulté le 29 mars 2016)
  4. Distances à vol d'oiseau ou distances orthodromiques.
  5. (ru) « В Мстиславле нашли берестяную грамоту XII в. и фрагмент с трезубцем (видео) », sur Новости Беларуси | euroradio.fm (consulté le 29 mars 2016)
  6. (ru) « Археологическая сенсация! В городище Мстиславля найдена берестяная грамота начала XII века - ОНТ », sur ont.by (consulté le 29 mars 2016)
  7. (ru) « Демоскоп Weekly - Приложение. Справочник статистических показателей. », sur demoscope.ru (consulté le 31 mars 2016)
  8. (en) « YAHAD - IN UNUM », sur www.yahadmap.org (consulté le 29 mars 2016)
  9. a et b (ru) « Мое местечко\Мстиславль », sur shtetle.co.il (consulté le 29 mars 2016)
  10. (ru) « Мстиславль — Российская Еврейская Энциклопедия », sur www.rujen.ru (consulté le 29 mars 2016)
  11. « Мое местечко\Мстиславль », sur shtetle.co.il (consulté le 29 mars 2016)
  12. (ru) « Recensements de 1959, 1970, 1979 », sur www.webgeo.ru(en) « Population depuis 1979 », sur www.citypopulation.de
  13. (ru) « Учреждение культуры «Мстиславский историко-археологический музей» | mstislavl.museum.by | Музеи Беларуси », sur mstislavl.museum.by (consulté le 31 mars 2016)
  14. (ru) « Мстиславль », sur globus.tut.by (consulté le 11 mai 2016)
  15. (be) « Збор помнікаў гісторыі і культуры. Магілёўская вобласць. Страница 305 », sur orda.of.by (consulté le 12 mai 2016)
  16. (be) « Габрусь. Мураваныя харалы беларускага барока. Старонка 157 », sur orda.of.by (consulté le 12 mai 2016)
  17. (ru) « Достопримечательности Мстиславского района », sur mogilev-region.gov.by (consulté le 11 mai 2016)
  18. (ru) « Мстиславль », sur globus.tut.by (consulté le 11 mai 2016)
  19. (be) Дзяржаўны спіс гісторыка-культурных каштоўнасцей Рэспублікі Беларусь, Minsk, БЕЛТА,‎ (ISBN 978-985-6828-35-8)
  20. (ru) Слюнькова, Инесса Николаевна, Храмы и монастыри Беларуси XIX века в составе Российской империи. Пересоздание наследия, Moscou, Прогресс-Традиция,‎ , p. 196, 600
  21. (ru) Слюнькова, Инесса Николаевна, Монастыри восточной и западной традиций. Наследие архитектуры Беларуси, Moscou, Прогресс-Традиция,‎ , 600 p. (ISBN 5-89826-093-5), p. 218, 259—260
  22. (be) « Аляксандра-Неўскі кафедральны сабор Мсціслаў », sur hram.by (consulté le 11 mai 2016)
  23. (be) Батвіннік М., Энцыклапедыя гісторыі Беларусі, vol. Мсціслаў, t. 5, Minsk, БелЭн,‎ , 592 p. (ISBN 985-11-0141-9), p. 225
  24. (be) « Праабражэнская царква Мсціслаў », sur hram.by (consulté le 11 mai 2016)
  25. (be) « Царква ў гонар абраза Божай Маці «Тупічоўскі» Мсціслаў », sur hram.by (consulté le 11 mai 2016)
  26. (be) « Свята-Троіцкая царква Мсціслаў », sur hram.by (consulté le 11 mai 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :