Moyen naturel de défense des êtres vivants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les moyens naturels de défense sont un ensemble de comportements et d'organes dont les animaux sont pourvus au fur et à mesure de leur évolution, leur permettant de lutter contre leurs prédateurs. Ces moyens de défense peuvent notamment consister en la possibilité d'affronter physiquement le prédateur (griffes, défenses...), en son intimidation ou en la possibilité de se rendre imperceptible pour le prédateur (camouflage).

Moyens d'intimidation[modifier | modifier le code]

Article connexe : aposématisme.

Afin d'éloigner leurs prédateurs, certaines espèces animales adoptent un comportement dissuasif, consistant à intimider ou à effrayer ceux-ci.

  • Le gorille peut frapper sur sa poitrine pour intimider et foncer si l'agresseur ne part pas.
  • Le chat hérisse le poil et courbe le dos pour paraître plus gros.

Moyens de camouflage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : mimétisme.

L'évolution a permis à certains animaux de développer des adaptations qui permettent à ces animaux d'être confondus par les prédateurs en des organismes ou choses n'étant pas une proie. Deux stratégies sont possibles, soit ressembler à l'environnement pour ne pas être perçus par les prédateurs (on parle alors de camouflage), soit être clairement pris pour un individu d'une autre espèces non comestible. Ces moyens peuvent être chimiques ou visuels.

  • La phalène du bouleau porte une couleur semblable à celle du tronc du bouleau, afin de se rendre invisible.
  • Le caméléon peut modifier la couleur de sa peau pour se confondre avec son environnement.

Moyens de fuite[modifier | modifier le code]

La vitesse et l'agilité permettent à certains animaux d'échapper aux prédateurs, ainsi la gazelle peut esquiver facilement les attaques en bondissant, le kangourou peut sauter à toute vitesse pour fuir, le basilic peut courir sur l'eau et l'autruche atteindre 70 km/h pour semer ses ennemis.

Se rendre insaisissable est un autre moyen efficace de prendre la fuite. Ceci grâce à un mucus ou autre liquide rendant la peau glissante. L'animal peut aussi abandonner une partie non indispensable de son anatomie au prédateur pour sauver le reste de son corps. Ainsi l'autotomie d'un membre ou d'une partie de la queue sauve de nombreux insectes et amphibiens, de même que le fur slip permet à de petits mammifères de s'évader à temps de la gueule ou des griffes de leur poursuivant.

Griffes, piquants et défenses[modifier | modifier le code]

Ruse[modifier | modifier le code]

Sécrétions de substances[modifier | modifier le code]

Substances non toxiques[modifier | modifier le code]

Substances toxiques[modifier | modifier le code]

  • L'ortie et le sumac vénéneux produisent un suc irritant ("urticant", qui dérive de "ortie"), celle du sumac pouvant même provoquer la mort.
  • Les dendrobates et quelques autres amphibiens produisent un toxine qui dans le cas des dendrobates est mortelle.
  • Les phyllobates, autre variété de grenouilles, ont aussi la peau enduite d'un toxique, mais produit à partir de leurs aliments; hors de leur environnement elles perdent cette capacité.
  • Plusieurs insectes ou arachnoïdes, tels les abeilles, les guêpes, certaines espèces de fourmis, les scorpions, produisent un venin, parfois mortel, qu'ils inoculent à l'aide d'un dard; dans le cas du scorpion, c'est à la fois un moyen de défense et d'attaque.

Carapaces, peaux dures, piquants[modifier | modifier le code]

  • Les tortues sont munies d'une carapace, plus solide et plus difficile à perforer qu'une peau.
  • Le diodon est un poisson hérissé de piquants qu'il peut dresser en se gonflant avec de l'eau.
  • Le tatou est muni d'une peau dure placée sur son dos, qui lui permet de se mettre en boule.

Autres moyens de défense[modifier | modifier le code]

  • Le gymnote peut électrocuter ses ennemis.
  • Les frelons peuvent voler en essaim autour de l'agresseur.
  • l'intérieur même des êtres vivants est le théâtre d'attaques quasi-permanentes de germes, bactérie et virus et de défense de l'organisme ; la science qui l'étudie s'appelle l'immunologie. Les moyens de défense consistent en l'éradication d'un certain nombre d'indésirables afin d'éviter que les agressions extérieures se reproduisent ou progressent afin d'éviter la mort de l'organisme. Pour ce faire l'organisme a plusieurs réponses, les principales étant les deux réponses constantes, à savoir la réponse cellulaire (activation des lymphocytes T) et la réponse humorale (activation des lymphocytes B) qui ont une activité et intelligence de surveillance des intrusions ou anomalies, similaires à des agents de police, et une activité et intelligence d'attaque en cas de détection d'intrusions similaire à des agents militaires organisés avec plus ou moins de force selon le niveau de qualité de la réponse immunitaire de l'individu, les individus très jeunes ou très âgées ou malades étant plus souvent sujets à l'immunodépression. Les personnes souffrant de trouble auto-immuns sont sujettes à une affection consistant à des maux consécutifs de rebellions cellulaires provenant de l'intérieur et dirigées contre l'organisme lui-même, ces pathologies - particulièrement complexes pour la médecine actuelle - sont d'une grande variété, allant du diabète de type 1 à la thyroïdite d'Hashimoto, etc.

Liens internes[modifier | modifier le code]