Seiche (animal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Sèche.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir seiche.
Seiche
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Seiche » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après

Seiche commune

Taxons concernés

Dans l'ordre des Sepiida et des Sepiolida,

de nombreuses espèces dont les suivantes
reconnues officiellement par la DDCCRF :

Le terme seiche [sεʃ ] est un nom vernaculaire générique pour un très grand nombre de mollusques céphalopodes classés dans le super-ordre des décapodes et regroupés dans le taxon des Sepioida, c'est-à-dire dans l'ordre des Sepiida et des Sepiolida. Cependant Sepioida, et plus particulièrement Sepiolida, semblent paraphylétiques. Assez peu d'espèces de seiche portent des noms spécifiques, certains noms plus spécifiques désignent d'ailleurs un groupe d'espèce. Lorsqu'elles sont consommées, elles peuvent prendre improprement le nom d'encornet tout comme les calmars.

Les seiches font partie des espèces de céphalopodes qui ont une croissance rapide, une prolificité élevée et dont les populations mondiales croissent globalement depuis les années 1950. Avec les méduses, les calmars et les poulpes, elles semblent faire partie des quelques taxons qui s'adaptent bien à la dégradation des milieux marins, au détriment d'autres espèces, et tant que leur optimum de conditions de vie ne sera pas dépassé[1]. Elles font l'objet d'une pêche commerciale qui se renforce, en raison notamment de la régression des poissons.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme seiche dérive du latin sepia qui désigne tout à la fois ce genre d'animaux ou leur encre (qu'on appelle aussi sépia en français). Le terme latin semble être un emprunt au grec ancien σηπία, signifiant la même chose. Le mot « Seiche » est attesté en français dès le XIIe siècle sous la forme seche[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Seiche commune (Sepia officinalis)

La plupart des espèces vivent en groupe et se pêchent en grande quantité.

Les espèces des deux ordres possèdent 10 bras dont deux, plus longs, sont spécialisés dans la prédation. Ces espèces peuvent projeter de l'encre appelée sépia commune aux espèces du super-ordre des décapodes. Les espèces qualifiées de seiches sont en général plus petites que les calmars, bien que la plus grande, la seiche géante d'Australie puisse mesurer à l'âge adulte jusqu'à 1 mètre de long.

Les pieuvres, elles, ne possèdent au plus que huit bras.

Seules les seiches de l'ordre des sépiides disposent d'un os, évolution d'une coquille interne, qui leur sert à gérer leur flottabilité.

Yeux[modifier | modifier le code]

Os de seiche vue sur les 2 faces

La seiche, comme d'autres céphalopodes, possède des yeux sophistiqués. Leur formation et leur structure finale diffère considérablement des yeux de vertébrés[3]. La ressemblance superficielle entre les yeux des céphalopodes et des vertébrés est un bon exemple de convergence évolutive. La pupille de la seiche présente une forme en « W »[4],[5]. Bien que les seiches ne distinguent pas les couleurs[6], elles perçoivent la polarisation de la lumière, ce qui leur permet d'améliorer leur vision des contrastes. Elles disposent de deux fovéas, des zones concentrant les cellules réceptrices sur leur rétine. L'une permet de voir plutôt vers l'avant, l'autre plutôt vers l'arrière. L’œil accommode la vision en déplaçant l'ensemble du cristallin par rapport à la rétine plutôt que de le déformer comme c'est le cas chez les mammifères. Parce que le nerf optique est positionné derrière la rétine, l’œil de la seiche n'a pas de point aveugle comme chez les vertébrés.

Des études scientifiques laissent penser que l’œil de la seiche se développe entièrement avant sa naissance et commence à observer les alentours alors que la seiche est encore dans son œuf. Une étude française suggère que la seiche préfère chasser des proies qu'elle a pu observer avant son éclosion[7].

Noms en français et noms scientifiques correspondants[modifier | modifier le code]

Appellation commerciale officielle[modifier | modifier le code]

En France en 2009, la DGCCRF ne reconnait officiellement l'appellation de seiche que pour quatre espèces du genre Sepia de l'ordre des sépiides à savoir :

Par conséquent, en vertu du règlement 2065/2001 de la Commission du 22 octobre 2001, les autres espèces ne devraient pas être commercialisées sous ce terme[8].

Noms divers[modifier | modifier le code]

Liste alphabétique des noms vulgaires ou noms vernaculaires dont l’usage est attesté[9].
Note : Cette liste est variable selon les usages. Certaines espèces ont plusieurs noms et, les classifications évoluant encore, les noms scientifiques ont peut-être un autre synonyme valide.

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2012)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • projet INTERREG IV A - Céphalopodes Recrutement Et Suivi des Habitats des pré-recrues de Manche (CRESCH 2009-2012) ; Présentation du projet, qui a permis à 7 partenaires d'observer des frayères sur les côtes anglaises et françaises, et développer des outils (indices biochimiques, signatures isotopiques, marqueurs génétiques, éléments traces) pour tenter d’évaluer la contribution des différents secteurs au recrutement qui a lieu au centre de la Manche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Zoë A. Doubleday, Thomas A.A. Prowse, Alexander Arkhipkin, Graham J. Pierce, Jayson Semmens, Michael Steer, Stephen C. Leporati, Sílvia Lourenço, Antoni Quetglas, Warwick Sauer, Bronwyn M. Gillanders, « Global proliferation of cephalopods », Current Biology, vol. 26, no 10,‎ , R406–R407 (DOI 10.1016/j.cub.2016.04.002, lire en ligne)
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « seiche » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  3. (en) Matthew Muller, « Development of the Eye in Vertebrates and Cephalopods and Its Implications for Retinal Structure », The Cephalopod Eye, Davidson College Biology Department (consulté le 6 avril 2007)
  4. F. Schaeffel, C.J. Murphy et H.C. Howland, « Accommodation in the cuttlefish (Sepia officinalis) », J Exp Biol,‎ (PMID 10539961, lire en ligne [PDF])
  5. Christopher J. Murphy et Howard C. Howland, « The functional significance of crescent-shaped pupils and multiple pupillary apertures », Journal of Experimental Zoology,‎ (DOI 10.1002/jez.1402560505, lire en ligne [PDF])
  6. (en) L.M. Mäthger, A. Barbosa, S. Miner et R.T. Hanlon, « Color blindness and contrast perception in cuttlefish (Sepia officinalis) determined by a visual sensorimotor assay », Vision Research, vol. 46, no 11,‎ (DOI 10.1016/j.visres.2005.09.035, lire en ligne)
  7. (en) « Cuttlefish spot target prey early », BBC News, (consulté le 6 mai 2008)
  8. « Céphalopodes », Étiquetage des produits de la mer et d'eau douce, DDCCRF
  9. Attention aux appellations et traductions fantaisistes circulant sur l'Internet
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad et ae Nom vernaculaire français d'après Dictionary of Common (Vernacular) Names sur Nomen.at
  11. Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  12. Voir définition donnée par le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française.