Lac de Saint-Andéol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Andéol.

Lac de Saint-Andéol
image
Administration
Pays Drapeau de la France France
Département Lozère
Géographie
Coordonnées 44° 37′ 07″ nord, 3° 04′ 54″ est
Type Lac naturel
Origine glaciaire
Superficie 11 ha
Altitude 1 225 m
Profondeur 30 m
Îles
Nombre d’îles aucune

Géolocalisation sur la carte : Lozère

(Voir situation sur carte : Lozère)
Lac de Saint-Andéol

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Lac de Saint-Andéol

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lac de Saint-Andéol

Le lac de Saint-Andéol est un des nombreux lacs de l'Aubrac, situé près de Marchastel en Lozère. Leur origine est glaciaire, mais les castors pourraient avoir contribué à leur entretien après la dernière glaciation[1].

Préhistoire[modifier | modifier le code]

On a retrouvé lors de fouilles faites au XIXe siècle dans les sédiments du lac de nombreux restes de branches et morceaux de bois rongés et « taillés » par des castors [2],[3],[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque gallo-romaine, le lac de Saint-Andéol faisait l'objet d'un culte superstitieux, peut-être d'origine celtique[4] qui a perduré comme culte païen même après l'arrivée du christianisme en Gévaudan.

Le lac a livré des ex-voto d'époque protohistorique, et un temple antique, implanté à proximité selon des fouilles faites dans les années 1950[5].

Saint Grégoire de Tours l'évoque d'ailleurs dans ses écrits, et explique comment saint Ilère de Mende lutta contre ce folklore pendant une année exhortant ses adeptes de cesser ces cultes contraires à la volonté divine, en vain. Ceci nous est conté par Grégoire de Tours, qui écrit : « un prêtre, ayant reçu l'épiscopat, vint du chef-lieu (urbe ipsa) à cet endroit »[6]. Grégoire de Tour nous apprend qu'Ilère aurait réussi à faire cesser ces pratiques en établissant une basilique en l'honneur de saint Hilaire de Poitiers.

Selon une tradition encore citée au XIXe siècle, « il y avait là autrefois une ville, qui fut engloutie en une nuit et transformée en lac pour punir les habitants de leur inhospitalité » (Broca, 1872 [1]).

Géologie[modifier | modifier le code]

Comme tous les autres lacs de l'Aubrac, le lac de Saint-Andéol est un lac de surcreusement glaciaire.

Photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Broca P,(1872), Excursion anthropologique dans la Lozère: La caverne sépulcrale de l'Homme-Mort; les constructions des castors dans le lac Saint-Andéol, simulant des habitations humaines lacustres ; Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, 7(1), 522-526. et version HTLM
  2. Gabriel de Mortillet, « Bois incisés de Saint-Andéol »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) ; lien Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris ; Année 1872, Vol 7, no 7 p. 527-533
  3. P Garrigou ((1872), Sur les bois incisés du lac Saint-Andéol ([PDF], avec Persée)
  4. Fauduet, I. (1993). Les temples de tradition celtique en Gaule romaine. Editions Errance.
  5. Fau, L. (2006). Les Monts d'Aubrac au Moyen Âge: Genèse d'un monde agropastoral. Documents d'archéologie française, (101). (résumé avec Inist/Cnrs)
  6. Grégoire de Tours in In gloria confesserum

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fabrié, D. (1985). Lieux de culte et divinités Gallo-Romains en Lozère. Études languedociennes: actes du 110e Congrès national des sociétés savantes, Section d'archéologie et d'histoire de l'art, Commission de pré et proto-histoire, (110), 255.
  • Buglioni, P. (2008). Du paganisme au christianisme: La mémoire des lieux et des temps. Archives de sciences sociales des religions, 75-92.