Modèle français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le modèle français désigne le plus souvent la façon dont s'est organisé le lien entre l'État et le capitalisme après la libération de la France. Il ne désigne pas seulement les aspects économiques (notamment la forme d'économie de marché) et sociaux (la protection sociale ou de façon plus générale le modèle social français) mais incorpore aussi la façon dont les Français font société à travers la représentation politique, administrative et sociale[1]. Comme tout modèle[N 1], le modèle français est employé dans le sens de quelque chose qui doit être imité et dans un sens plus concret de « représentation simplifiée d'un système »[2], dont il montre la cohérence.

Le modèle français trouve son origine pour partie à la fois dans le programme du Conseil national de la Résistance et dans des études de l'entre-deux-guerres ; il a connu son apogée durant les Trente Glorieuses. Depuis, il fait l'objet de débats très complexes qui touchent à la fois la réforme de l'État, de la démocratie sociale, de la protection sociale, du marché du travail, du capitalisme, du mode de croissance etc. Un des points de convergence des auteurs semble être qu'il a perdu sa cohérence, mais les propositions pour sa réforme semblent assez divergentes.

Quelques caractéristiques du modèle français[modifier | modifier le code]

Selon Jean-Paul Fitoussi[3], au moins cinq éléments caractérisent le modèle français :

  • La fourniture de nombreux biens et services publics en lien avec la notion d'égalité ;
  • le système de protection sociale, appelé souvent modèle social français ;
  • une forme de négociation sociale appelée parfois démocratie sociale ;
  • la façon dont les marchés et les entreprises sont régulés ;
  • la façon dont le gouvernement régule l'activité économique globale.

Les interrogations actuelles sur le modèle français[modifier | modifier le code]

Le modèle français est né après la Seconde Guerre mondiale en partie de réflexions menées dans l'entre-deux-guerres et durant la Résistance. Si le modèle a connu son apogée durant les Trente Glorieuses, actuellement l'évolution du monde lui a fait perdre en partie sa cohérence. Il se heurte :

  • À l'intérieur de l'Europe à la difficulté de gérer l'interdépendance entre les divers modèles européens[3]
  • Au problème du financement de la solidarité qui exige une forte productivité[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « la notion de modèle recouvre au moins deux acceptations, l'une normative - ce qu'il convient d'imiter... - l'autre politique, la représentation simplifiée d'un système » Jean Paul Fitoussi "Le modèle français privé de sa cohérence" in Le Monde du 14 février 2006 (lire en ligne [PDF])

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Fély, 2006, Le Modèle français, Ceras n° 245, p. 3 (Lire en ligne)
  2. Jean-Paul Fitoussi « Le modèle français privé de sa cohérence » in Le Monde du 14 février 2006 (lire en ligne [PDF])
  3. a, b et c Le Monde du 14 février 2006 (lire en ligne [PDF])

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • (fr) Dominique Méda et Alain Lefebvre, Faut-il brûler le modèle social français ?, Seuil, coll. « H. C. Essais »,‎ (ISBN 202085970X)
  • (en) Timothy B. Smith, France in Crisis: Welfare, Inequality and Globalization since 1980., New York, Cambridge University Press,‎ (présentation en ligne)
  • (fr) Alain Mathieu, Le Modèle anti-social français, 2008, ISBN 2-9532205-0-X
  • (fr) Yann Algan et Pierre Cahuc, La Société de défiance : comment le modèle social français s'autodétruit ?, 2007, éd. ENS rue d'Ulm [lire en ligne]
  • (fr) Pascal Gauchon, Le Modèle français depuis 1945, Que sais-je ?, PUF, 2002 (réédition 2006)
  • (fr) Mathieu Laine, La France est foutue, Jean-Claude Lattès, 2007, ISBN 978-2-7096-2923-2
  • (fr) Denord François (2001), « Aux origines du néo-libéralisme en France : Louis Rougier et le Colloque Walter Lippmann de 1938», Le Mouvement social, no 195, p. 9–34.
  • (fr) Gosta Esping-Andersen, 1990, Les trois mondes de l’État-providence, puf, 2007
  • (fr) * Richard F. Kuisel, 1984, Le Capitalisme et l'État en France, Gallimard
  • (fr) Pierre Rosanvallon (1995), La Nouvelle Question sociale - Repenser l’État-Providence, Le Seuil, 1995

Journaux revues etc.[modifier | modifier le code]

  • Maryline Baumard : "École : l'échec du modèle français d'égalité des chances", Le Monde du 11/02/2010 Lire en ligne
  • Emmanuel Lechypre, "L'audit du modèle français" l'Expansion du 1/06/2009 Lire en ligne
  • (fr) Le Modèle social français, Marie Fontanel, Nicolas Grivel, Valérie Saintoyant Odile Jacob / La Documentation française, collection Débat public (2006) [lire en ligne]
  • (fr) Le modèle social, dossier Les Échos [lire en ligne]
  • (fr) Jean-Paul Fitoussi "Le modèle français privé de sa cohérence" in Le Monde du 14 février 2006 [1].
  • (fr) Le modèle social français, Cahiers français, Philippe Tronquoy (dir.), no 330 (janvier-février 2006)
  • (fr), Jean Fély, 2006, "Le modèle français" Ceras no 245 Lire en ligne
  • (fr) Denis Olivennes, Réformer le modèle social français, Le Débat, no 1 (1998), p. 61-67

Articles connexes[modifier | modifier le code]