Pierre Cahuc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Cahuc
Pierre Cahuc - 2015 (cropped).jpg
Pierre Cahuc en 2015.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Université Panthéon Sorbonne
Activité
Autres informations
Directeur de thèse
Distinction

Pierre Cahuc est un économiste français, né le [1]. Professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, chercheur au Centre for Economic Policy Research et directeur de programme à l’Institute for the Study of Labor, ses travaux sont principalement macroéconomiques et portent sur le marché du travail ainsi que sur les relations entre la culture et les performances économiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il effectue l'intégralité de ses études à l'université Panthéon Sorbonne où il obtient des maîtrises de droit public, de science politique et d'économie en 1984, puis des DEA de macroéconomie en 1985 de sociologie politique en 1986. Il obtient un doctorat d'économie en 1989. Il est reçu à l'agrégation des universités en sciences économiques en 1990[2].

Activité professionnelle[modifier | modifier le code]

Pierre Cahuc est professeur d'économie à l'Institut d'études politiques de Paris. Il est également directeur de programme à l'Institute of Labor Economics, basé à Bonn, et est fellow du Center for Economic Policy Research de Londres.

Il a été professeur à l’École polytechnique entre 1998 et 2018, ainsi qu'à l'École nationale de la statistique et de l'administration économique entre 2003 et 2018. Il est chercheur au CREST entre 1998 et 2018.

Il a participé à de nombreuses commissions d'experts. Il a été notamment membre du Conseil d'analyse économique du Premier ministre de 2006 à 2010 et de 2012 à 2016, ainsi que du Comité d'experts sur le salaire minimum de 2012 à 2016.

Il est chroniqueur à Challenges depuis 2006 et aux Échos depuis 2019.

Travaux[modifier | modifier le code]

Pierre Cahuc a publié de nombreux articles dans des revues académiques[3] ainsi que plusieurs ouvrages[4] et rapports[5] en français et en anglais.

Il appelle notamment à s'inspirer des réformes Hartz appliquées en Allemagne sous Gerhard Schröder[6].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Il a participé à la rédaction de rapports économiques parmi lesquels : « Temps de travail, revenu et emploi »[7] et « Salaire minimum et bas revenus : comment concilier justice sociale et efficacité économique ? »[8]. Il a aussi publié des ouvrages pour le grand public, et notamment, en collaboration :

Le Négationnisme économique[modifier | modifier le code]

En 2016, il publie avec André Zylberberg Le Négationnisme économique, un ouvrage dans lequel les auteurs défendent l'idée que la science économique serait devenue une science expérimentale et dans lequel ils reprochent à certains économistes et intellectuels de ne pas le reconnaître et d'ostraciser certaines publications scientifiques.

Contenu de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Selon les auteurs de l'ouvrage, « l'économie est devenue une science expérimentale ». Comme dans les autres domaines de la science, par exemple la recherche médicale, l'analyse économique compare des groupes tests où une mesure est mise en œuvre avec des groupes témoins[9].

La science économique aurait donc permis, dans les dernières années ou les dernières décennies, de dégager certains principes qui présentent toutes les garanties scientifiques. Par exemple, au sujet de la politique des pôles de compétitivité, les études montrent que l'intervention des pouvoirs publics via la subvention et la sélection de projets spécifiques n'améliore pas véritablement les performances des entreprises[10]. Quant aux abaissements de charges, ils sont efficaces mais à condition d'être concentrés au voisinage du salaire minimum[11].

Selon les auteurs, les études publiées dans des revues académiques, ayant subi un processus de relecture par les pairs, permettent, lorsqu'elles produisent des résultats convergents, de produire l'image la plus fiable sur l'état du monde[12]. Le « négationnisme scientifique », notamment économique, est alors l'attitude de ceux qui s'opposent sans justification, selon les auteurs, à ces résultats, prétendant souvent s'opposer à la « pensée unique » ou mettre en lumière des failles de la recherche « orthodoxe » : les auteurs citent comme exemples le discours des industriels du tabac autrefois, aujourd'hui de certains grands patrons ou économistes « hétérodoxes » tels que « les Économistes atterrés ».

Les auteurs incitent donc les médias à faire plus souvent appel à des économistes présentant des garanties scientifiques que l'on peut vérifier sur des sites tels que celui d'IDEAS[13].

Débat polémique sur l'ouvrage[modifier | modifier le code]

L'ouvrage suscite un large débat polémique. Dans Le Point, Franz-Olivier Giesbert applaudit sa parution en affirmant « C'est le livre qu'on attendait depuis des années »[14]. Dans Alternatives économiques, Christian Chavagneux dénonce notamment la violence du ton[15],[16]. Les auteurs se défendent en expliquant que l'expression de négationnisme économique fait référence non pas à la contestation du génocide mais au négationnisme scientifique, expression utilisée dans les débats sur les sciences, notamment par Robert Proctor dans son ouvrage Golden Holocaust[17] et sur le blog du journal Le Monde, Passeur de Sciences, consacré aux sciences. Selon les auteurs, le négationnisme scientifique serait la disqualification de l'état des connaissances produites par la communauté des chercheurs[18].

Pour Pierre-Cyrille Hautcœur, le programme de recherche étroit proposé par les auteurs écarte de nombreuses approches classiques des recherches économiques; en excluant ces approches, les auteurs contribuent « à la montée des violences »[19].

L'économiste Thierry Ribault leur reproche de pratiquer un « véritable détournement des idées et du positionnement moral de Robert Proctor pour servir leurs propres fins » et de produire « de l’ignorance avec méthode »[20].

Le Monde critique tant le ton pris par les auteurs que le fond de ce qu'ils avancent. Le journal qualifie l'essai de brûlot et note que « l’essai des deux auteurs, par son ton, a relancé cette vieille querelle avec une véhémence inattendue : il ne s’agit plus d’argumenter pour faire avancer les connaissances, mais de « [se] débarrasser », purement et simplement, de toute forme de réflexion économique qui ne s’appuie pas sur « l’expérimentation ». » Le journal souligne en outre que les auteurs surévaluent le nombre et l'importance des publications d'économistes qui répondent au canons de l'expérimentation contrôlée que Cahuc et Zylberberg prétendent universels. Ainsi, sur un an, seuls 7 des 187 articles publiés par l’American Economic Association répondent à ces critères [21].

Polémiques[modifier | modifier le code]

En octobre 2019, Pierre Cahuc publie des articles[22] critiquant le coût, qu'il estime très élevé, de l'expérimentation Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée, alors qu'il fait partie du comité scientifique chargé de l'évaluer et que le rapport d'évaluation qu'il co-signe avec ce comité n'est pas encore publié[23]. Louis Gallois, Président du Fond d’expérimentation considère cette publication particulièrement déplacée, de même que Laurent Grandguillaume qui qualifiera l'écrit de Cahuc de « tribune torchon » en soulignant la proximité de l'économiste avec Marc Ferracci, conseiller de la ministre du travail, Muriel Pénicaud. Cahuc répond en disant qu'il se base sur des données qu'il a lui-même collectées ou qui sont publiques et qu'il a « le droit d’avoir un avis personnel »[24].

Grandguillaume demande alors une réunion au ministère pour l'exclure du conseil scientifique de l'expérimentation[23],[25],[26]. Il n'est pas donné suite à la demande d'exclusion et Pierre Cahuc reste membre du comité scientifique. Un rapport de l'IGF-IGAS sur l'évaluation économique de l’expérimentation territoriale visant à résorber le chômage de longue durée note que le gain direct pour les finances publiques (prestations économisées, impôts et taxes complémentaires) est environ deux fois moindre qu’escompté[27]. Le rapport intermédiaire du comité scientifique publié en novembre 2019 note que "Bien que le déficit global des entreprises à but d'emploi [...] soit léger, il est important de noter que le chiffre d’affaires ne représentait que 13% du total des produits des EBE, en progression de 3 points"[28].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Négociations salariales, des fondements microéconomiques aux implications macroéconomiques, Economica, Paris, 237 p, 1991
  • La Nouvelle Microéconomie, La Découverte, Paris, 1993, seconde édition, 1998 (traduit en espagnol et en turc)
  • Économie du travail, la formation des salaires et les déterminants du chômage, avec André Zylberberg, De Boeck Université, Paris, Bruxelles, 1996
  • La Réduction du temps de travail, une solution pour l’emploi ? avec Pierre Granier, Economica 1997
  • Le Marché du travail, avec André Zylberberg, De Boeck Universités, 2001
  • La Microéconomie du marché du travail, avec André Zylberberg, La Découverte, Paris, 2003
  • Labor Economics (en coll. avec André Zylberberg), MIT Press, 2004 (publié en chinois, Shangai University of Finance and Economics Press, 2007)
  • Le Chômage, fatalité ou nécessité ? (en coll. avec André Zylberberg), Flammarion, 2004; Traite de l'impact sur l'emploi des politiques de salaire minimum et du mécanisme de destruction créatrice dans le domaine de l'emploi. Cet ouvrage a obtenu le prix Mutation et Travail 2004, le Prix européen du livre d’économie 2004, le prix ManPower 2005 de l’ouvrage de ressources humaines, le prix Zerilli-Marimo 2006 de l'Académie des sciences morales et politiques.
  • The Natural Survival of Work, job creation and job destruction in a growing economy, coécrit avec André Zylberberg, 165 p, MIT Press, 2006
  • La Société de défiance. Comment le modèle social français s’autodétruit[29], avec Yann Algan, Éditions de l'École normale supérieure, rue d'Ulm, 2007 Cet ouvrage a été élu Meilleur essai 2007 par le magazine Lire. Il a aussi obtenu le Prix du livre des dirigeants, 2008, Fondation ESCP-EAP.

Rapports[modifier | modifier le code]

  • « Productivité et emploi dans le tertiaire », rapport du Conseil d'analyse économique n° 49, avec Michèle Debonneuil, 2004
  • Rapport Cahuc-Kramarz : « De la précarité à la mobilité : vers une sécurité sociale professionnelle », coécrit avec Francis Kramarz, rapport au ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et au ministre de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale, La Documentation française, juin 2005; A reçu le prix Risques-Les Échos en 2005.
  • « Temps de travail, revenu et emploi », rapport du Conseil d'analyse économique n° 68, avec Patrick Artus et André Zylberberg, 2007
  • « Salaire minimum et bas revenus : comment concilier justice sociale et efficacité économique ? », rapport du Conseil d'analyse économique n° 79, avec Gilbert Cette et André Zylberberg, 2008
  • L’emploi des jeunes peu qualifiés en France, Conseil d'Analyse Economique, Note du CAE n° 4, avec Stéphane Carcillo et Klaus Zimmermann Avril 2013.
  • L'apprentissage au service de l'emploi, avec Marc Ferracci, Jean Tirole et Etienne Wasmer, Note du CAE n°19, Décembre 2014.
  • Améliorer l'assurance chômage pour limiter l'instabilité de l'emploi, avec Corinne Prost, Note du CAE n° 24, Septembre 2015.
  • L'emploi des seniors : un choix à éclairer et à personnaliser, with Jean-Olivier Hairault and Corinne Prost, Note du CAE n° 32 - Mai 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil d'analyse économique - Pierre Cahuc.
  2. « cv - pierrecahuc », sur sites.google.com (consulté le 28 décembre 2015)
  3. Liste d'articles publiés par Pierre Cahuc : (en)sur le site IDEAS et sur son site personnel.
  4. Liste d'ouvrages publiés par Pierre Cahuc : (en)sur le site IDEAS et sur son site personnel.
  5. Liste de rapports de Pierre Cahuc sur son site personnel.
  6. Olivier Cyran, « L’enfer du miracle allemand », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 23 octobre 2018)
  7. Rapport du CAE n° 68, 2007.
  8. Rapport du CAE n° 79, 2008.
  9. Cahuc et Zylberberg 2016, p. 13-14.
  10. Cahuc et Zylberberg 2016, p. 66-67.
  11. Cahuc et Zylberberg 2016, p. 68.
  12. Cahuc et Zylberberg 2016, p. 186.
  13. Site IDEAS Cahuc Zylberberg, p. 186.
  14. L’éditorial de Franz-Olivier Giesbert, « Le négationnisme économique et les autres », Le Point, 22 septembre 2016
  15. « Patrick Cohen - Pierre Cahuc et André Zylberberg : « L'économie est une science expérimentale » », sur franceinter.fr, (consulté le 14 septembre 2016)
  16. Christian Chavagneux, « « Négationnisme économique » : l’affaire Cahuc », Alternatives économiques,‎ (lire en ligne)
  17. Robert Proctor, Golden Holocaust - La conspiration des industriels du tabac, Edition Equateur, Paris, 2014.
  18. Pierre Cahuc et André Zylberberg, « Plaidoyer pour l'économie science empirique par Pierre Cahuc et André Zylberberg », Libération,‎ (lire en ligne)
  19. Mauvais temps pour la pensée économique, lemonde.fr, 20 septembre 2016
  20. Thierry Ribault, « Pierre Cahuc et André Zylberberg produisent « de l’ignorance avec méthode » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 octobre 2018)
  21. « « Le Négationnisme économique » : la science économique peut-elle imiter la médecine ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mars 2020)
  22. « Opinion | Les territoires zéro chômeur, un coût faramineux pour l'Etat », sur Les Echos, (consulté le 13 mars 2020)
  23. a et b « Chômage : querelle autour du dispositif « Territoires zéro chômeur de longue durée » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2020)
  24. « Chômage : querelle autour du dispositif « Territoires zéro chômeur de longue durée » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mars 2020)
  25. Courrier de l'Ouest, « Deux-Sèvres. Le dispositif Territoire zéro chômeur fait polémique », sur Courrier de l'Ouest, (consulté le 25 février 2020)
  26. « Territoires zéro chômeur : le mauvais procès de Pierre Cahuc », sur Alternatives Economiques (consulté le 25 février 2020)
  27. « Évaluation économique de l'expérimentation territoriale visant à résorber le chômage de longue durée (ETCLD) », sur www.igas.gouv.fr (consulté le 13 mars 2020)
  28. Comité Scientifique TZCLD, « Expérimentation Territoires zéro chômeur de longue durée. Rapport intermédiaire du comité scientifique. », sur https://dares.travail-emploi.gouv.f,
  29. Voir sur cepremap.ens.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]