Ministère du Pétrole (Iran)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ministère du Pétrole.
Ministère du Pétrole
وزارت نفت
Création 12 mars 1951
Juridiction République islamique d'Iran
Siège Drapeau de l'Iran Iran Téhéran
Ministre responsable Bijan Zanganeh
Agences filles National Iranian Oil Company
National Iranian Petrochemical Company
National Iranian Gas Company
National Iranian Oil Refining and Distribution Company
Site web www.mop.irVoir et modifier les données sur Wikidata

Le ministère du Pétrole (persan : وزارت نفت Vezârat-e Naft) gère l'industrie pétrolière iranienne, productrice de produits pétroliers et pétrochimiques. Il est chargé de toutes les questions relatives à l'exploration, l'extraction, l'exploitation, la distribution et l'exportation de pétrole brut et de produits pétroliers. D'après l'Imports and Exports Regulation Act[1], il est également responsable de l'émission de certificats d'importation pour ce type de produits[2].

Selon British Petroleum (BP), l'Iran a 137,6 milliards de barils (2,188 × 10 10 m3) de réserves de pétrole prouvées et 29 610 milliards de mètres cubes de réserves de gaz naturel prouvées. L'Iran occupe le troisième rang mondial pour les réserves pétrolières, et le second pour les réserves de gaz naturel[3].

Avec le quatrième plan de développement économique, social et culturel[4] pour les années 2005 à 2009, il a été demandé au gouvernement de transférer au moins 10 % des activités liées à l'exploration, l'extraction et la production de pétrole brut au secteur privé, tout en conservant sa propriété sur les ressources pétrolières[2].

L'Iran prévoit d'investir 500 milliards de dollars US dans le secteur pétrolier d'ici 2025[5]. En 2010, la valeur de ses projets pétroliers et gaziers en construction s'élève à 70 milliards de dollars[2],[6]. Ses revenus pétroliers annuels devraient atteindre 250 milliards de dollars en 2015[6].

La constitution[modifier | modifier le code]

La constitution iranienne interdit l'octroi de droits pétroliers sur une base de concession ou de participation directe. Toutefois, la loi de 1987 sur le pétrole permet l'établissement de contrats entre le ministère, les sociétés d'État et les «personnes locales et étrangères et les personnes morales». Les contrats de rachat, par exemple, sont des arrangements dans lesquels le contractant finance tous les investissements, reçoit une rémunération de la National Iranian Oil Company (NIOC) sous la forme d'une part de production allouée, puis transfère l'exploitation du champ à NIOC après un certain nombre d'années.

Depuis la révolution de 1979, le pays a été soumis à des sanctions unilatérales américaines constantes. Les premières sanctions américaines contre l'Iran ont été formalisées en novembre 1979, et pendant la crise des otages, de nombreuses sanctions ont été portées contre le gouvernement iranien. En 1987, l'importation de marchandises iraniennes aux États-Unis avait été interdite. En 1995, le président des États-Unis, Bill Clinton, a promulgué l'ordonnance 12957 interdisant les investissements américains dans le secteur énergétique de l'Iran[7], suivie quelques semaines plus tard par l'ordonnance 12959 éliminant tout commerce et investissement et pratiquement toutes les interactions entre les États-Unis et l'Iran.

Les différents ministres du Pétrole[modifier | modifier le code]

En 2005, lorsque Mahmoud Ahmadinejad remporte les élections et devient président il nomme Kazem Vaziri Hamaned au poste de ministre du pétrole.

En août 2007, alors le ministre du pétrole Kazem Vaziri Hamaned est demis de ses fonctions par le président Mahmoud Ahmedinejad, Gholam-Hossein Nozari est nommé ministre du pétrole[8]. Il occupe cette fonction de 2007 à 2009. Sa nomination a permis à Ahmedinejad d'exercer un contrôle beaucoup plus important sur le secteur pétrolier en Iran[9].

Apres le réélection d'Ahmedinejad, c'est Masoud Mir Kazemi qui est chargé du ministère du Pétrole de 2009 à 2011[10] puis il est dirige durant l'année 2011 l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole)[11].

En mai 2011, après avoir demis de ses fonctions le ministre du Pétrole et malgré un avis négatif du conseil constitutionnel, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, annonce qu'il va prendre l’intérim de la direction du ministère. Une décision politique et stratégique visant à contrer le camp des opposants conservateurs[12].

En 2016 le ministre du Pétrole iranien est Bijan Namdar Zanganeh[13] et ce depuis 2013.

Les différents ministres du pétrole[modifier | modifier le code]

Nom Fonction principale Année
Kazem Vaziri Hamaned Ministre du Pétrole 2005 - 2007
Gholam-Hossein Nozari Ministre du Pétrole 2007 - 2009
Masoud MirKazemi Ministre du Pétrole 2009 - 20011
Bijan Namdar Zanganeh[14] Ministre du Pétrole 2013 - ...

Références[modifier | modifier le code]

  1. Imports and Exports Regulation Act
  2. a, b et c http://www.irantradelaw.com/wp-content/uploads/2010/03/Irans-Foreign-Trade-Regime-Report.pdf
  3. Iran implementing South Pars projects, Press TV. Consulté le 22 juillet 2013.
  4. Fourth Economic, Social and Cultural Development Plan of the Islamic Republic of Iran, Ratified in 2004, (2005-2009).
  5. Iran Daily - Domestic Economy - 04/24/08
  6. a et b Mehr News Agency: Iran eyes $250 billion annual revenue in 5 years. Consulté le 22 décembre 2010.
  7. « Iran Sanctions », sur treas.gov (consulté le 27 novembre 2016)
  8. (en) Joseph Hilyard, 2008 International Petroleum Encyclopedia, PennWell Books, (ISBN 9781593701642, lire en ligne)
  9. (en) David G. Victor, David R. Hults et Mark C. Thurber, Oil and Governance: State-Owned Enterprises and the World Energy Supply, Cambridge University Press, (ISBN 9781139502887, lire en ligne)
  10. « Mirkazemi to meet Zhenrong officials », Upstream, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  11. « Iran – ministre du Pétrole : « les sanctions n’auront aucun impact » », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  12. « Ahmadinejad, président et ministre du pétrole iranien », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  13. « Le ministre iranien du Pétrole n’ira pas à la réunion de Doha », sur lesechos.fr, (consulté le 27 novembre 2016)
  14. (en) « Bijan Namdar Zanganeh », sur The Iran Project (consulté le 27 novembre 2016)