Mesclun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mesclun
Image illustrative de l'article Mesclun
Mesclun et chèvre chaud sur toasts

Autre nom mescla
Lieu d’origine Alpes-Maritimes
Créateur moines du monastère de Cimiez
Place dans le service entrée
Température de service froide
Ingrédients mélange de pousses et de feuilles de différentes plantes potagères
Accompagnement vin rosé
tavel, gigondas, côtes-de-provence
vin blanc
châteauneuf-du-pape, vin de pays d'Oc Sauvignon
vin rouge
calvi ou arbois

Le mesclun (du Niçois mesclum, mélange) est un mélange de pousses et de feuilles d'au moins cinq variétés différentes de plantes potagères qui se consomment en salade (laitue, mâche, roquette, chicorée, trévise, scarole, feuille de chêne, etc.).

Historique[modifier | modifier le code]

Le mesclun a été inventé par des moines du monastère de Cimiez (les Pères Franciscains)[1] de Nice.

Ils semaient à la volée un mélange de graines entre elles, "lou mesclun". La coutume était d'offrir aux pauvres les plants qu'ils dédoublaient et qu'ils emportaient dans une espourtoula (panier à anse, en rotin en forme de capeline renversée).

Mesclun nature

Le 10 juillet 1924 à Paris, Philippe Tiranty et Paul Gordeaux, réunis avec de nombreux amis au "Cochon D'Or" (un célèbre restaurant de La Villette), décidèrent de créer le foyer des Amitiés niçoises, et de l'appeler "Lou Mesclun". Pour ces humoristes et humanistes, cette expression signifiait le vrai vivre ensemble[réf. nécessaire].

Stèle de Paul Gordeaux encadré du "Crime ne paie pas" et des "Amours Célèbres", cofondateur de "Lou Mesclun" en 1924, œuvre de Michel Jarry, sculpteur niçois

Gordeaux, toujours prêt à rendre service à ses compatriotes (ou étrangers comme Marcel Pagnol de Marseille) en difficulté dans la capitale, était surnommé " le Consul de Nice à Paris" (Archives Nice-Matin[réf. nécessaire]).

À cette époque, le nom "Mesclun" était inconnu du public. Il fallait être Niçois pour savoir que naguère les moines de Cimiez[2] donnaient ce nom à un "mélange" (mesclun en Niçois) de salades différentes variétés par leur saveur et leur senteur, les unes douces, les autres amères, provenant de leur potager monastique. L'ensemble était d'un goût exquis qui le faisait rechercher par les gourmets. Aujourd'hui, la salade de mesclun figure au menu des restaurants gastronomiques.

Préparation[modifier | modifier le code]

Il est préparé, au choix, avec notamment de la laitue, de la mâche, de la roquette, de la chicorée, de la trévise, de la scarole, de la feuille de chêne, auxquelles on peut ajouter du pissenlit, des pousses d'épinard, du pourpier et des plantes aromatiques. Le mélange de salades doit comporter un minimum de cinq variétés pour avoir droit à l'appellation. L'avantage du mesclun au potager, c'est qu'il est semé dans un carré et les pousses fraîches sont coupées au fur et à mesure de leur repousse, donnant ainsi une récolte renouvelée en permanence.

Ce mélange, légèrement amer, peut être servi juste arrosé d'un filet d'huile d'olive, mais aussi parfumé avec des fines herbes et de l'ail.

Accord mets / vin[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, il est conseillé d'accompagner cette salade soit d'un vin rosé (tavel (AOC), gigondas (AOC)) ou côtes-de-provence (AOC), soit d'un vin blanc (châteauneuf-du-pape (AOC) ou vin de pays d'Oc Sauvignon, ou d'un vin rouge tel que calvi (AOC) ou arbois (AOC)[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Médecin, La cuisine du Comté de Nice, Paris, Juilliard Editeur, , 216 partie= p., « VII Les légumes », p. 182
  2. Article Journal Cannes-Nice-Midi: Galerie des Portraits Nice Carlos d'Aguila 19 mai 1966
  3. Accord mets / vin sur le site Platsnetvins taper Mesclun.

Articles connexes[modifier | modifier le code]