Arbois (AOC)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arbois (homonymie).
Jura
Image illustrative de l'article Arbois (AOC)
Vignoble automnal de l'appellation arbois.

Désignation(s) Jura
Appellation(s) principale(s) arbois[1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis 1936
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble du Jura
Localisation Jura
Climat tempéré continental avec influence montagnarde
Superficie plantée 812 hectares[2]
Cépages dominants savagnin B, chardonnay B, trousseau N et poulsard N[3]
Vins produits blancs, rouges, jaunes et de paille
Production 30 000 hectolitres[2]
Pieds à l'hectare minimum de 5 000 pieds à l'hectare
Rendement moyen à l'hectare maximum 55 à 66 hectolitres par hectare en rouges et rosés
60 à 72 hectolitres par hectare en blancs
20 hectolitres par hectare en vin de paille[4]

L’arbois[1] est un vin d'appellation d'origine contrôlée produit autour de la ville d'Arbois dans le vignoble du Jura et le département du Jura.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1285, le vin d'Arbois est déjà très célèbre puisque le comte de Chiny en offre à ses invités lors du tournoi de Chauvency, selon le trouvère Jacques Bretel qui en a bu en compagnie d'Henri de Briey. On en trouve trace dans les livres de comptes de Mahaut d'Artois au début du XIVe siècle[5]

Le vin d'Arbois a été classé AOC par le décret du . C'est la première AOC créée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le vignoble couvre une superficie de 800 hectares, soit presque la moitié du vignoble jurassien. Il s'étend sur les communes de Abergement-le-Grand, Arbois, Les Arsures, Les Planches-près-Arbois, Mathenay, Mesnay, Molamboz, Montigny-Lès-Arsures, Pupillin, Saint-Cyr-Montmalin, Vadans et Villette-lès-Arbois dans le département du Jura.

Description[modifier | modifier le code]

Le terroir arboisien produit quelques-uns des meilleurs vins jurassiens, dont le vin jaune et le vin de paille. C'est l'activité dominante. Arbois compte de nombreux vignerons comme notamment Rolet, Loye ou Tissot, Clairet, Gahier, Fumey-Chatelain.

Montigny-Lès-Arsures est considéré comme la capitale du trousseau, ainsi que le plus grand village viticole du Jura.

Les vins et temps de garde .[modifier | modifier le code]

Les vins rouges sont issus des cépages trousseau et poulsard. Le Trousseau donnent aux vins une belle robe, avec beaucoup de corps et de garde. Le poulsard offre un vin rouge délicat, alcoolique et d'une belle robe qui prendra une teinte « pelure d'oignon » en vieillissant. Les vins rouges peuvent se garder jusqu'à trois à cinq ans.

Les vins blancs sont issus des cépages chardonnay, pinot blanc (très rare) et savagnin. Ils peuvent se garder de trois à cinq ans.

Les vins jaunes sont issus du cépage savagnin uniquement. Ils peuvent se garder 100 ans. Il résultent de l'élevage du savagnin pendant six ans et trois mois minimum « sous voile » : ces vins sont en effet élevés sans ouillage (l'ouillage est l'action de rajouter du vin dans un contenant pour éviter l'oxydation, due à l'évaporation d'une partie du vin qui laisse sa place à l'air: la part des anges). Un tel procédé requiert beaucoup de temps et fait perdre environ un tiers du vin, d'où le fait qu'il soit embouteillé dans des clavelins, bouteilles propres au vin jaune de 62 cl.

Les vins de paille : les raisins passerillés doivent alors avoir une richesse en sucre supérieure à 306 grammes et le vin doit titrer 14,5% Vol[6].

On produit également du macvin du Jura et du crémant-du-jura, appellations pouvant être produites sur tout le territoire viti-vinicole du Jura.

Autour du vignoble d'Arbois[modifier | modifier le code]

Certaines bouteilles portent sur leur étiquette le dicton : « le vin d'Arbois, plus on en boit, plus on va droit ! ». Et une vieille chanson bien connue, le Tourdion, chante les vins d'Anjou ou Arbois.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. a et b Le guide Hachette des vins 2010, , 1402 p. (ISBN 978-2-01-237514-7), p. 665
  3. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  4. Décret du 14 octobre 2009.
  5. Roger Dion, « Le vin d'Arbois au Moyen Age », Annales de Géographie, t. 64, no 343,‎ , p. 162-169 (lire en ligne)
  6. Larrousse : Vins et vignobles de France (page 241)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Colette Hanicotte, Vins et vignobles de France, Éditions Larousse, Paris 1997 - 2001 (ISBN 2-03-560263-7).

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]