Lapiro de Mbanga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lapiro de Mbanga
Nom de naissance Lambo Pierre Roger
Naissance Mbanga
Drapeau du Cameroun Cameroun
Activité principale Chanteur
Genre musical World music
Années actives 1975-2014

Lapiro de Mbanga (né Lambo Pierre Roger à Mbanga le 7 avril 1957 et mort le 16 mars 2014[1] à New York) est un chanteur camerounais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière au Nigéria sous le nom de Pastor Sanjo Lapiro[2]. De retour au Cameroun, il prend le nom de scène « Lapiro de Mbanga » : Lapiro est un acronyme de son nom (LAmbo PIerre ROger) et Mbanga est le nom de son village de naissance[3].

Populaire dans son pays, notamment depuis la sortie de son disque Pas argent no love en 1985, il a aussi effectué des tournées en Europe.

Artiste engagé et critique du régime de Paul Biya, il devient « le porte-parole de la jeunesse de son pays, en particulier des ndos, ces personnes désœuvrées qui jonchent les stations de trains et de bus des métropoles camerounaises. »[4]. Il chante dans un pidjin local, mélangeant Français, Anglais et Douala truffé de mots d'argot auquel on donnera le nom de « Mboko talk »[3].

Fin 2007, Paul Biya propose d’amender la Constitution du Cameroun, qui limitait la Présidence de la République à deux termes de sept ans. En réponse, Lapiro de Mbanga compose la chanson Constitution constipée qui, interdite d’antenne, fut reprise lors des manifestations de février 2008 contre cet amendement qui, une fois adopté, permit à Paul Biya d’être réélu le 21 octobre 2011. Lapiro de Mbanga est arrêté le 9 avril 2008 et condamné à trois ans de prison par le Tribunal de Grande Instance. Incarcéré à la prison de New Bell, à Douala, il contracte la fièvre typhoïde en décembre 2009. En prison, il rédige un ouvrage « Cabale politico judiciaire ou la mort programmée d’un combattant de la liberté » qui ne trouvera pas d'éditeur avant son décès. Il est libéré le 8 avril 2011[2].

Pendant l’été 2011, il se produit en Europe (Belgique, Espagne, France, Grande-Bretagne, Suisse), aux États-Unis et au Canada[4]. Le 2 septembre 2012, il quitte le Cameroun avec son épouse et cinq de ses six enfants pour les États-Unis où il obtient le droit d’asile.

Lapiro de Mbanga est décédé le 16 mars 2014 à New York.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Peter Wuteh Vakunta, The life and times of a Cameroonian icon : tribute to Lapiro De Mbanga Ngata man, Langaa Research & Publishing CIG, Bamenda, 2014, 206 p. (ISBN 9789956791941)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :