Kumba (Cameroun)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Kumba
Kumba (Cameroun)
Parc à Kumba
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Sud-Ouest
Département Meme
Démographie
Population 466 331 hab. (est. 2019)
Densité 435 hab./km2
Géographie
Coordonnées 4° 38′ nord, 9° 27′ est
Altitude Min. 210 m
Max. 250 m
Superficie 107 100 ha = 1 071 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte topographique du Cameroun
Kumba
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Voir sur la carte administrative du Cameroun
Kumba
Géolocalisation sur la carte : région du Sud-Ouest
Voir sur la carte administrative de région du Sud-Ouest
Kumba

Kumba est une ville, chef-lieu du département de la Meme dans la région du Sud-Ouest du Cameroun. Deuxième ville la plus peuplée du Cameroun anglophone, elle est érigée en Communauté urbaine de Kumba, constituée de trois communes d'arrondissement en 2008[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La tradition rapporte que la localité de Kumba est fondée par un chasseur Bafaw nommé Midiki Bokeng; en son honneur, une statue est érigée et une avenue porte son nom.

Époque du Cameroun britannique[modifier | modifier le code]

Offensive scientifique contre les filarioses à Kumba (photo historique).

A l'époque du Cameroun britannique, la division de Kumba s'étend sur un large territoire incluant Ndian, Meme et Koupé-Manengouba.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La Communauté urbaine de Kumba, collectivité publique décentralisée du Cameroun, est créée en janvier 2008, elle a pour siège Njuki[2]. Elle gère sous la tutelle de l’État camerounais, les affaires locales en vue d’assurer le développement économique, social et culturel des populations.

Le 24 octobre 2020, dans le contexte de la crise anglophone au Cameroun, la ville de Kumba est le théâtre d'un massacre dans une école, lors duquel huit enfants sont tués et une douzaine d'autres blessées[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Kumba située dans la plaine intérieure de Kumba-Lobé au pied des Monts Rumpi, est desservie par la route nationale 8 à 75 km au nord du chef-lieu régional Buéa. Elle constitue la plus grande ville du département de la Mémé et de la région du Sud-Ouest du Cameroun. Drainée par la rivière Kumba affluent du Moungo, elle se trouve à proximité de trois principaux lacs, le fameux lac Barombi Mbo qui est le plus grand lac volcanique du Cameroun et un réel centre d'attraction, le lac Kumba et le lac Mbanga localement appelé le Mabonjise. Kumba partage ses frontières avec le Nigéria proche de Mamfe, le parc national Korup et le mont Koupe à l'Est. Le fleuve Mémé drainant le sud des Monts Rumpi constitue la limite occidentale de la communauté urbaine.

Climat[modifier | modifier le code]

Kumba est dotée d'un climat tropical de type Am selon la classification de Köppen, avec une température annuelle moyenne de 25,5 °C et des précipitations d'environ 2 751 mm par an. La saison sèche est courte et peu marquée[4].

Administration[modifier | modifier le code]

La Communauté urbaine comprend aussi les quartiers et villages suivants[5] :

  • Kumba Ier : Barombi Mbo, Kumba Mbeng Ekemba I, Quartier administratif, Kmba Mbeng Ekemba II, Kumba Njuki, Monte Carlo, Kumba Njembe, Kumba Mbeng Ekemue 1, Makiti, Kumba Mbeng Ekemue II, Makatol I, Nkake I Bongwana, Makatol II, Mile On, Makatol III, Njake II, Bokoko, Nkamundikum 1, Nkamundikum II, Diffac.
  • Kumba IIe : Puletin, Kossalal B, Utoko, Usheme, Nshien Nshie, Fiango Ekamba l, Kossalai l, Fiango Ekamba I, Kossalal I, Fiango Ekamba II.
  • Kumba IIIe : Quartier Cattle Market, Teke, Quartier CCAS, Dschang Quarter, Barombi Kang, Malende, Mambanda, Mundame, Tancha, Camps CDC, Ntam l, Mombo field five, Ntam II, Ntam III, Mukonje, Fiango Ekueme III.

L'élection du maire après les élections municipales de février 2020 ayant été annulée, la ville de Kumba est dirigée par un nouveau maire depuis octobre 2020[6].

Liste des maires de Kumba (City Mayor of Kumba)
Période Identité Étiquette Qualité
2000 2009 Cavern Nnoko Mbelle    
2009 3 mars 2020 Victor Nkelle Ngoh Délégué du gouvernement  
3 mars 2020 Victor Nkelle Ngoh RDPC (CDPM)  
  Gregory Ntemoyok Mewanu RDPC (CDPM) homme d’affaires

Chefferies traditionnelles[modifier | modifier le code]

La ville de Kumba est le siège de l'une des six chefferies traditionnelles de Premier degré de la région Sud-Ouest (SW): Chefferie Bafaw (42 133 habitants en 2015).

Kumba compte une chefferie traditionnelle de deuxième degré reconnue par le ministère de l'administration du territoire et de la décentralisation[7]: 869 : Chefferie Kake I, Bongwana (siège à Kumba I)

Population[modifier | modifier le code]

Les Bafaw et les Bakundus sont les deux groupes ethniques autochtones de la région de Kumba. Les Trois-quart de la population est constituée des migrants Nigérians et les Grasslanders (Ngemba, Widikum, Banso, Kom et Bamiléke). Bafaw, Nigérians et Grasslanders étant les trois principaux groupes ethniques de la cité. L'évolution de la population est relevée par les travaux du département de Géographie de l'Université de Montréal[8].

Évolution démographique
1925 1953 1964 1967 1976 1987 1998 2001 2005
1 98111 67231 67237 66344 17570 11297 073125 600166 331

Transports[modifier | modifier le code]

Voyage sur la route boueuse de Kumba.

La ville est au carrefour de la route nationale 8, axe: sud-nord de Mutengene à Bachuo Akagbe et la route nationale 16 axe: est-ouest, reliant Loum à Mundemba. Kumba possède une gare ferroviaire depuis 1969, elle est le terminus du chemin de fer de la branche ouest du réseau ferroviaire camerounais.

Économie[modifier | modifier le code]

Le parc principal du marché de Kumba.

La ville est un centre de commerce pour le cacao et d'huile de palme. Il y existe également une industrie agroalimentaire (huile) et une industrie du bois. Des plantations d'hévéa se trouvent également à l'entrée de la ville. Kumba a longtemps été connue pour son marché par lequel transitent les marchandises en provenance du Nigeria voisin.

Éducation[modifier | modifier le code]

L'école normale supérieure d'enseignement technique, ENSET (en anglais : HTTTC, Higher Technical Teachers Training College) de l'Université de Buéa est installée à Kumba, comme elle dispose d'un collège: Cameroon College of Art and Science et d'un lycée: Lycée technique Kang Barombi (GTHS).

Langues[modifier | modifier le code]

La majorité des habitants de Kumba parlent l'anglais, le pidgin et, dans une faible proportion, le français, ainsi qu'une quantité non négligeable de langues indigènes, principalement le Bafaw-balong, le Bakundu, le Bakossi et l'Oroko.

Les groupes ethniques de Kumba sont les Bafaw et les Bakundu. Les Bafaw sont un groupe ethnique qui parle le Lifaw, une langue similaire au Douala, et le groupe ethnique Bakundu qui parle la langue Bakundu (langue Orocko), le Mboh, la langue Bakundu et le Bakossi, et certainement les langues bantoïdes méridionales. En raison de la nature cosmopolite de la ville, les Bafaw et les Bakundu ne représentent plus qu'un pourcentage de la population générale de la ville, et ont perdu de nombreux aspects de leur culture, à l'exception de leur langue qui est parlée principalement par les personnes âgées et une partie de la jeune génération.

Religion[modifier | modifier le code]

La cathédrale du Sacré-Cœur-de-Jésus de Fiango (Kumba) est le siège du diocèse de l'église catholique de Kumba, érigé en 2016[9]. Kumba est le siège de plusieurs églises protestantes approuvées : Église apostolique du Cameroun (Apostolic Church of Cameroon), Global Frontiers Church, Église du Christ, Église luthérienne du Cameroun (Lutheran Church of Cameroon)[10].

Personnalités liées à Kumba[modifier | modifier le code]

Kumba est la ville de naissance de :

Kumba est aussi la ville ou est décédé: Abraham Ebong Ngole, ministre de l'Église presbytérienne camerounaise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2008/025 du 17 janvier 2008 portant création de la communauté urbaine de Kumba, in Cameroon Tribune, no 9018 du vendredi 18 janvier 2008, p. 5
  2. Décret n°2008/026 du 17 janvier 2008
  3. « Cameroun: au moins huit enfants tués dans l’attaque d’une école », sur La Voix du Nord, (consulté le )
  4. « Climat Kumba », climate-data.org [1]
  5. Décret N° 2007/115 du 23 avril 2007 portant création de nouveaux arrondissements au sein de certains départements
  6. Cameroun Web,Municipales: Gregory Ntemoyok Mewanu, nouveau maire de la ville de Kumba, 23 octobre 2020
  7. Ministère de l'administration du territoire Annuaire statistique 2015
  8. HB Nguendo Yangsi, Christopher R Bryant, Visages et défis des principales villes camerounaises, Université de Montréal, juin 2008
  9. (it) « Rinunce E Nomine, 15 mars 2016 [B0191] : Erezione della diocesi di Kumba (Camerun) e nomina del primo Vescovo », Bulletin quotidien, Bureau de presse du Saint-Siège
  10. (en) Emerging Cameroon Now, List of approved churches in Cameroon, 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Arthur Baiden, Zone study report for Kumba : central sub-division 1991/92, Pan African Institute for Development, West Africa, Buea, 1992?, 100 p.
  • Jacques Champaud, Villes et campagnes du Cameroun de l'Ouest, Office de la recherche scientifique et technique outre-mer, Bondy, 1983, 508 p. (ISBN 2-7099-0667-8) (texte remanié d'une thèse de Lettres)
  • Dictionnaire des villages de la Mémé, ORSTOM, Yaoundé, , 92 p.
  • Anne Lebel (et Emmanuelle Pontié), « Kumba », in Le Cameroun aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2011, p. 162 (ISBN 978-2-86950-464-6)
  • (en) Fobang Geraldine Njwie Nee Mforsah, Presbyterian church in Cameroon : Presbyterian Theological Seminary, Kumba : silence for women? : a study of 1 TIM. 2:8 - 15 and its relevance to the African woman, Presbyterian Theological Seminary, 2006
  • (en) Armin Zimmermann, Voices from Kumba: Theological Reflections for Cameroon, Africa, and the World, Presbyterian Theological Seminary, Kumba, 2002, 167 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :