Maurice de la Pintière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maurice de la Pintière
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
Nationalité
Activité
Formation

Maurice de la Pintière, né le 6 juillet 1920 à Vouvant, en Vendée et mort le 15 novembre 2006, est un illustrateur français qui fut déporté au cours de la Seconde Guerre mondiale à 22 ans, alors qu'il tentait de franchir la frontière espagnole pour rallier la France libre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Né le 6 juillet 1920 à Vouvant, en Vendée, il apprend à dessiner dans son enfance, et aime faire la caricature de ses professeurs. Il pratique en particulier l'art de l'aquarelle. Il fait ses études d’abord à Fontenay-le-Comte puis à La Roche-sur-Yon. Son père médecin voudrait le voir préparer HEC, mais lui passe en 1940, le concours d’entrée à l'École nationale des beaux-arts, à Paris, qu'il réussit et où il étudiera différents styles : le dessin académique, l’anatomie, l'art animalier (grâce à des visites dans les zoos), les croquis.

Déportation[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre, il réalisera une série de dessins et de caricatures «  corrosives » sur les occupants allemands et des gouaches. En 1943, il entre en Résistance, et il est chargé de distribuer des tracts d'un groupe de l’école des beaux-arts. Il tente, avec Robert de Lépinay et Xavier de Lisle, de passer en Espagne, afin de rallier les Forces françaises libres mais il est arrêté par les Allemands à la frontière espagnole, le 23 juin 1943, «par des Français en uniformes allemands, de la Légion des Volontaires Français, commandés par un Allemand» [1]. Il est torturé par la Gestapo puis, emprisonné à Oloron-Sainte-Marie, puis à Bordeaux, à Compiègne, puis à KL Buchenwald 28 octobre avec le matricule 31115, enfin, le 21 novembre, au Camp de concentration de Dora. En août 1944, à la demande d'un kapo il décore de peintures une baraque du camp de Dora. Il réalise aussi des croquis qui lui serviront plus tard pour des lavis sur le camp de Dora. Il est transféré de Dora à Bergen-Belsen jusqu'au 15 avril 1945.

Retour au pays natal[modifier | modifier le code]

Il réalise après sa libération une série de 35 lavis effectués de mémoire à partir de croquis effectués dans le camp de Dora : « Dora, la mangeuse d'hommes ».

En 1946, il entame une vie professionnelle, quoique affaibli par la tuberculose, comme dessinateur de journaux pour enfants (La Semaine de Suzette[2] , Cœurs Vaillants, Lisette, Bernadette[3], Pierrot, Hurrah, l'Intrépide, Fripounet) et illustrateur (Croc-Blanc en1957) [4] .

Après son mariage avec Christiane Bertaud du Chazaud en 1950 dont il aura deux garçons, il se voit contraint de changer d'activité par la maladie, en 1957, il se mit à réaliser des panneaux décoratifs puis des cartons de tapisserie sur des thèmes symboliques puis évangéliques. 15 de ses tapisseries sont sur le thème de l'Apocalypse.

D'origine vendéenne, il illustre en 1962 la chanson La Complainte des Lucs[5] ainsi que le Noel de Chouans (1952) dans le Journal Bernadette, et un livre sur la Vendée, son pays natal. Il obtient le«  Prix Milcendeau », du nom d'un artiste peintre originaire de Vendée, Charles Milcendeau.

Il décède à l'âge de 86 ans le 15 novembre 2006.

Expositions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le combat de coqs (1960)
  •  Le combat de cerfs (1962)
  • L’apocalypse (1972)
  • Le triomphe de l’agneau (1982)
  • Le grand manège ()
  • Le mandala (1984)

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Cellule 114 Charles Spitz, Auteur secondaire couv. et ill. de Maurice de La Pintière
  • Raconte-moi... La Déportation dans les camps nazis de Agnès Triebel, Maurice de la Pintière, et Marie-José Chombart de Lauwe (Album - 17 mai 2005)
  • Un chemin de déporté. Des ténèbres à la Lumière, La Roche-sur-Yon,Centre vendéen de recherches historiques, 2005, 176 p.
  • Dora la mangeuse d'hommes, Presse d'aujourd'hui, Paris, 1993.

Récompense[modifier | modifier le code]

Maurice de La Pintière a obtenu le Prix Charles Milcendeau[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [5] -«La complainte des Lucs » La Roche-sur-Yon, Marcel Delhommeau, 1962 Gauvrit, Frère Gabriel-Marie et Maurice de la Pintière,revue du souvenir vendéen.
  • [6] Au cœur de la Vendée et du Poitou, par A. Billaud Illustrations de Maurice de la Pintière - Les Éditions de l'École
  • 1914-1918, 1939-1945, Artistes en guerre, Historial de la Vendée, 11 novembre 2015 - 13 mars 2016, Catalogue de l'exposition, Editions Snoeck, Gand, 2015, 119 p.


Liens externes[modifier | modifier le code]