Massacre d'Abbeville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Massacre d'Abbeville
Image illustrative de l'article Massacre d'Abbeville
Accès latéral menant au sous-sol du kiosque d'Abbeville, vu en .

Date
Lieu Abbeville, Drapeau de la France France
Victimes Civils allemands, belges, canadien, hongrois, italiens, néerlandais, tchécoslovaque, suspectés par l'administration belge d'être pro-Nazis
Morts 21
Survivants 58
Auteurs Drapeau de la France France
Ordonné par le capitaine Marcel Dingeon
Participants 5e compagnie du 28e Régiment Régional
Guerre Seconde Guerre mondiale
Coordonnées 50° 06′ 36″ nord, 1° 50′ 30″ est

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Massacre d'Abbeville

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Massacre d'Abbeville

Géolocalisation sur la carte : Somme

(Voir situation sur carte : Somme)
Massacre d'Abbeville

Le massacre d'Abbeville est une exécution sommaire survenue le dans la ville française d'Abbeville. 21 personnes arrêtées sur le territoire belge, et suspectées par l'administration belge d'être des espions ou des collaborateurs potentiels, sont passées par les armes sans jugement par une compagnie de l'armée française en pleine débâcle lors de la bataille de France.

Arrestations administratives belges[modifier | modifier le code]

Le , dans la crainte de voir surgir une cinquième colonne en Belgique et à la suite des renseignements accréditant l'hypothèse d'une invasion imminente de son territoire, le gouvernement belge promulgue une loi sur la défense des institutions nationales[1]. Une procédure est mise en place pour procéder aux arrestations administratives des activistes susceptibles de porter atteinte à la sûreté de l'État. Fin , des listes de suspects susceptibles de venir en aide à l'ennemi sont constituées. Celles-ci devaient faire l'objet de vérifications mais l'ordre d'arrestation fut lancé par le ministre dès la déclaration de l'état de siège, à 4 heures du matin, le . Les ordres de procéder à ces arrestations sont appliqués avec disparités. Ces listes sont frappantes par leur caractère hétéroclite puisque s'y retrouvent aussi bien des activistes du VNV, du Verdinaso comme Joris Van Severen, des rexistes comme Léon Degrelle, mais également des communistes, des neutralistes, et d'authentiques agents allemands. Certains, comme Staf De Clercq sont libérés à la suite de pressions. L'avance des troupes allemandes sur Liège libérera le contingent liégeois. D'autres connaîtront un sort plus funeste.

Évacuation des prisonniers vers la France[modifier | modifier le code]

Les Belges, en pleine débâcle, constituent à la hâte, sur ordre de Walter Ganshof van der Meersch, des convois de prisonniers étiquetés comme « espions » et qu'ils confient à la France. Le , 79 prisonniers sont ainsi évacués de l'ancienne prison de Bruges (nl) et sont acheminés en France par un convoi de trois autocars. Le convoi rallie Dunkerque via Ostende. À Dunkerque, Léon Degrelle est reconnu par des Français qui l'extraient du convoi et le rouent de coups. Le convoi poursuit sa route, sans ce dernier, vers Béthune, où les prisonniers sont remis à la sûreté française qui les interroge sommairement, le . Les 78 détenus restants se retrouvent emprisonnés, pour la nuit du 19 au , dans le sous-sol du kiosque du parc d'Abbeville[Note 1]. Le , en pleine panique face à l'avance allemande et probablement sous l'emprise de l'alcool[1], des militaires français procèdent, sur ordre oral du capitaine Marcel Dingeon, par groupes de quatre à l'exécution sommaire des prisonniers détenus dans le kiosque. Le lieutenant Jean Leclabart mettra fin au massacre, en demandant l'ordre écrit d'exécution que personne ne put — et pour cause — produire[2].

Le fondateur et dirigeant du mouvement d'extrême-droite flamand Verdinaso, Joris Van Severen, et son secrétaire, Jan Ryckoort, sont ainsi exécutés, ainsi que le conseiller communal communiste de Saint-Gilles, Lucien Monami, des Italiens anti-fascistes, des Juifs allemands et hongrois, des espions nazis, allemands et belges[1].

Jugement allemand[modifier | modifier le code]

Du au , d'abord à Abbeville (reconstitution) et à Amiens, puis devant le conseil de guerre allemand du grand Paris, Émile Molet, sergent-chef de réserve et son supérieur direct, le lieutenant René Caron, sont jugés par les Allemands pour le massacre d'Abbeville. Ils sont condamnés à mort et exécutés au Mont Valérien, le . Le capitaine Marcel Dingeon était passé en zone libre où il s'était donné la mort à Pau, le [3],[4].

Après-guerre, une rue d'Abbeville a été baptisée en mémoire de René Caron : la rue du Lieutenant-Caron[Note 2]. Son nom est également gravé sur le monument aux morts de Noyelles-en-Chaussée, la commune où il résidait[5].

Liste des personnes fusillées[modifier | modifier le code]

Les corps de Jan Ryckoort, Joris Van Severen, Lucien Monami, René Wéry, et de deux Italiens.
Les corps de Jan Ryckoort, Joris Van Severen, Lucien Monami, René Wéry, et de deux Italiens.
  • Canadien
    • Robert Bell, entraîneur de l'équipe nationale allemande de hockey sur glace[3],[7].
  • Hongrois
  • Italiens
    • Ferrucio Bellumat[7],[Note 4], antifasciste et escroc notoire. Il est condamné en Italie et en France, dont il est expulsé. Il s'installe ensuite en Belgique.
    • Luigi Lazzarelli, responsable du PSI en Belgique[7], [9].
    • Giuseppe Mantella[7].
    • Mirko Taccardi[7].
  • Néerlandais
  • Tchécoslovaque
    • Léon Hirschfeld, Juif, schizophrène, il est arrêté à Geel parce que parlant allemand[11],[7].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Suspects de mai 1940 », dans Paul Aron et José Gotovitch (dir.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique, Bruxelles, André Versaille éditeur, , 560 p. (ISBN 978-2-87495-001-8), p. 420-421.
  • (nl) Tom Cobbaert, « De lijken van de kiosk : Op zoek naar een graf voor de 21 slachtoffers van Abbeville », ADVN-Mededelingen, no 50,‎ , p. 4-10 (lire en ligne [PDF]).
  • Tim Trachet, Het drama van Abbeville, Houtekiet, 2009, 174 p. 
  • Etienne Verhoeyen, « Achille Mareel en de ‘Organisation Parti’ », dans Etienne Verhoeyen, Spionnen aan de achterdeur : Duitse Abwehr in België 1936-1945, Anvers, Maklu (no vol. IV), , 622 p. (ISBN 978-9-04660-427-4), p. 553 et sq.
  • (nl) Etienne Verhoeyen, « De Abwehr en ‘de verdachten van mei 1940’ », Wetenschappelijke Tijdingen (nl), vol. LXVIII, no 4,‎ , p. 302-316 (lire en ligne).
  • Carlos Vlaeminck, Dossier Abbeville, Leuven, Davidsfonds, 1977, 424 p. 
  • Gaby Warris, Het bloedbad van Abbeville, Hadewijch, Antwerpen, 1994, 93 p. 

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce parc est, dans les années 2010, appelé jardin d'Argos. Il est situé à proximité du centre de natation de la communauté d'agglomération de la Baie de Somme.
  2. Cette rue est en partie située à moins de 100 mètres du kiosque concerné.
  3. a, b et c Réhabilitation par les autorités belges en 1978.
  4. Ferrucio Bellumat est né à Feltre en Italie, le . Réfugié politique antifasciste, marié, il est propriétaire d'un magasin de lingerie en Belgique. Plus jeune, il avait été condamné en Italie comme voleur et faussaire (Carlos H. De Vlaeminck, Dossier Abbeville: arrestaties en deportaties in mei 1940, Davidsfond, 1977, 424 p. , pp. 259 et sq.). À 23 ans, en 1926, il est valet de chambre de la famille Bouvery à Montégut-Ségla. Il disparaît, en emportant pour 150 000 francs de bijoux appartenant à la veuve Bouvery de Pau (en visite chez ses enfants à Muret) et de 3 à 4 000 francs en espèces. Il dérobe également une bicyclette pour prendre la fuite. Il est condamné par défaut à trois années de prison (L'Express du Midi, no 12298 du [PDF], consulté le  ; L'Express du Midi, no 12381 du [PDF], consulté le ). En 1934, il est de retour sur le territoire français et séjourne à Marseille puis à Carcassonne, avant d'être arrêté à Toulouse pour infraction à l'arrêté d'expulsion pris à son encontre (40 jours de prison) (L'Express du Midi, no 15285 du [PDF], consulté le ). Il s'installe par la suite en Belgique où il figurera sur les listes de l'administration belge conduisant à son arrestation en et à son transfert à Abbeville.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Paul Aron, José Gotovitch, Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique, éditions André Versaille, Bruxelles, 2008, (ISBN 9782874950018), p. 420 et sq.
  2. « Quelques points d'histoire "oubliés" : Le kiosque d'Abbeville », sur francaislibres.net (consulté le 15 juillet 2016) : « Le lieutenant Jean Leclabart du 28e RR qui lui aussi passait par là et qui connaissait le règlement militaire s'exclame: "Mais enfin, êtes-vous devenu fou?" et demande l'ordre d'exécution. Comme personne ne peut montrer un tel ordre, il fait arrêter le massacre. »
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Maurice de Wilde, België in de Tweede Wereldoorlog. Deel 5: De kollaboratie. DNB/Uitgeverij Peckmans, Kapellen 1985, pp. 20-23.
  4. Mémoire des hommes.
  5. Daniel Grason.
  6. Etienne Verhoeyen 2009, p. 307-308.
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t et u Tom Cobbaert, (nl) « De lijken van de kiosk, Op zoek naar een graf voor de 21 slachtofffers van Abbeville » [PDF], ADVN-Mededelingen, no 50, 2015, pp. 4-10.
  8. (nl) « Nieuwe voorzitter voor Abbevillecomité », sur nieuwsblad.be, (consulté le 9 février 2015).
  9. Anne Morelli, « Les Italiens de Belgique face à la guerre d'Espagne », Revue belge d'histoire contemporaine, no 1-2,‎ , p. 196 ; 211-212 (lire en ligne [PDF]).
  10. Etienne Verhoeyen 2008, p. 125 et sq..
  11. Jean Vanwelkenhuyzen, Jacques Dumont, 1940, le grand exode, RTBF éditions, 1983, 355 p. , (ISBN 9782801104743).