Verdinaso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la politique
Cet article est une ébauche concernant la politique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le drapeau du Verdinaso.

Le Verdinaso (Verbond der Dietsche Nationaal-Solidaristen - Union des national-solidaristes thiois) est une organisation politique flamande, née en 1931. Le parti, qui est actif en Belgique et aux Pays-Bas, est dirigé par Joris Van Severen. Son existence prend fin en 1941.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Le parti se revendique du mouvement de national-solidarisme[1], développé en Flandre durant les années 1930. Autoritariste et militariste, nationaliste flamand, le Verdinaso trouve rapidement des adeptes, dans un contexte d'entre-deux-guerres favorable aux mouvements radicaux.

Partisan d'un Ordre nouveau, sous le contrôle de l'Eglise catholique, le Verdinaso prône la solidarité de toutes les classes sociales pour le bien de la nation, cette dernière se muant en système autarcique, rejetant les opposants.

Le Verdinaso milite pour la constitution d'un État thiois, jusqu'en 1934 par la séparation de Belgique et la réunion de la Flandre aux Pays-Bas et après 1934 par la reconstitution du Royaume-Uni des Pays-Bas voire des Pays-Bas Belgiques.

Il défend les politiques de Hitler et de Mussolini: le journal du mouvement, Hier Dinaso, publie régulièrement les comptes rendus officiels du NSDAP.

Les membres du Verdinaso rejoignent ceux du VNV à la mort de Joris van Severen en 1940, fusillé par des soldats français.

Antisémitisme[modifier | modifier le code]

Ce parti est en outre antisémite. Dans "Hier Dinaso!", le journal du Verdinaso il est, entre autres, écrit: « Le peuple juif présente aujourd'hui, plus que d'autres peuples, des signes de dégénérescence très graves, d'origine sexuelle »[2]. Le journal publie également des listes de Juifs et de francs-maçons.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au cœur de l'idéologie national-solidariste, Alexandre Vick, Résistances.be, 11 novembre 2009
  2. Les origines de l’extrême-droite en Belgique, Lutte ouvrière, 14 septembre 2004

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]