Marais de Goulaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marais de Goulaine
Marais de goulaine.JPG
Le marais en février 2012.
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
2 000 ha plus 1 215 ha inondables
Administration
Type
Zone humide, marécage (en), maraisVoir et modifier les données sur Wikidata
Statut patrimonial
Administration
Syndicat mixte Loire et Goulaine
Site web
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Green pog.svg
Localisation sur la carte de Loire-Atlantique
voir sur la carte de Loire-Atlantique
Green pog.svg

Le (ou les) marais de Goulaine est une zone géographique humide, située en plein cœur du pays du Vignoble nantais, en France.

Toponymie[modifier | modifier le code]

C'est un étranglement qui donne naissance aux marais[2] et donne son nom à la rivière Goulaine, son principal versant : Gula-ana (goulet d’étranglement), ce qui correspond assez bien à la topographie de son cours inférieur, étranglé entre des barres granitiques, au niveau du pont de l'Ouen, avant de rejoindre la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé au sud-est de Nantes, il s’étend sur 2 000 hectares plus une zone inondable de 1 215 hectares, sur les communes de Saint-Julien-de-Concelles et du Loroux-Bottereau au nord, du Landreau à l'est, de La Chapelle-Heulin au sud-est et de Haute-Goulaine au sud.

Il est divisé en deux bassins : l'étang amont, baptisé Claude Dupas et l'étang aval, baptisé Adrien Menereau, lesquels sont séparés par un passage resserré traversé par le pont de l'Ouen, qui permet à la D105 de franchir le marais. Cet ouvrage d'art reconstruit après les inondations de 1910, se trouve à proximité de la « Maison Bleue », lieu d'exposition permanent des Marais de Goulaine.

De nombreux sites bordent les marais :

  • le château de Goulaine, situé à proximité des rives sud du bassin septentrional, à 1,2 km à l'ouest de Pont-de-l'Ouen ;
  • le four à chaux du Montru (La Chapelle-Heulin) ;
  • quelques belles demeures…

Histoire[modifier | modifier le code]

Le marais, ouvert sur la Loire, est utilisé dès la préhistoire. Son aménagement est effectué par les marquis de Goulaine, dès le XVIIe siècle. Gabriel II de Goulaine le strie de douves (canaux) utilisées par les paysans pour l'import-export, via la Loire, de vins, eaux-de-vie, chaux, céréales… Ces aménagements permettent, notamment, à La Haie-Fouassière, pourtant située sur la Sèvre nantaise, de disposer d'un second débouché vers la Loire[2].

En 1847, la construction de la levée de la Divatte enferme le marais et met fin à l'activité économique qu'il générait et contribue à son envasement.

Protection[modifier | modifier le code]

De nos jours, le marais est un grand réservoir piscicole : c'est la plus grande frayère à brochets de France. Néanmoins, elle subit les ravages de la prolifération des écrevisses de Louisiane depuis l'introduction de cette espèce dans les marais en 2012. En effet, même si celle-ci détruit la jussie, elle mange aussi les œufs et tous les alevins, notamment des brochets, carpes et des batraciens. Les pêcheurs professionnels parviennent cependant à réguler l'espèce, mais la municipalité de Haute-Goulaine souhaiterait inciter la population à venir pêcher à bas coût afin de l'éradiquer totalement[3].

Le marais est un site naturel inscrit depuis 1970 et un site naturel classé depuis 2001. Il est aussi inclus dans le réseau européen Natura 2000[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :