Mannitol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « E421 » redirige ici. Pour les autres significations, voir E421 (homonymie).
image illustrant un composé chimique image illustrant la pharmacie
Cet article est une ébauche concernant un composé chimique et la pharmacie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Mannitol
Mannitol
Identification
Nom UICPA hexane-1,2,3,4,5,6-hexol
Synonymes

D-mannitol

No CAS 69-65-8 (D)
No EINECS 200-711-8 (D)
Code ATC A06AD16, B05BC01, B05CX04
PubChem 6251
No E E421
Apparence Poudre blanche
Propriétés chimiques
Formule brute C6H14O6  [Isomères]
Masse molaire[1] 182,1718 ± 0,0076 g/mol
C 39,56 %, H 7,75 %, O 52,7 %,
Propriétés physiques
fusion 166 à 168 °C
ébullition 290 à 295 °C
Solubilité Soluble dans l'eau (216 g·L-1 à 25 °C)
Masse volumique 1,52
Précautions
SIMDUT[2]

Produit non contrôlé
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le mannitol ou 1,2,3,4,5,6-hexanehexol (C6H14O6) est un polyol (« sucre-alcool ») ; c'est un produit similaire au xylitol ou au sorbitol. Cependant, le mannitol a tendance à perdre un ion hydrogène en solution aqueuse, ce qui acidifie la solution. Pour cette raison, il n'est pas rare d'ajouter une substance pour ajuster son pH, comme le bicarbonate de sodium.


Applications[modifier | modifier le code]

En médecine[modifier | modifier le code]

Les solutés de mannitol à 10 ou 20 % sont hypertoniques. Ils sont utilisés surtout pour réduire la pression intra-cranienne dès les années 1960, en particulier dans certains cas de traumatisme crânien graves[3]. Ils semblent aussi efficace que les sérums salés hypertoniques[4].

Ces solutés sont également utilisés pour traiter les patients atteints d'insuffisance rénale oligurique. Ils sont administrés par voie intraveineuse.

Il est classé « C » au niveau de sa sécurité fœtale par le guide de référence Briggs sur le risque fœtal et néonatal[5].

On l'utilise de plus comme traceur du compartiment extra-cellulaire de l'organisme, généralement dans le but de déterminer l'hématocrite d'un patient, ou de diagnostiquer une vasodilatation, et ainsi orienter le diagnostic vers certaines pathologies ou au contraire d'en mettre certaines hors de causes.

Les solutés font partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en avril 2013)[6].

Autres[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

On l'utilise comme édulcorant naturel, agent de cohésion et excipient.

Le mannitol est un édulcorant naturel qui possède 0,7 fois le pouvoir sucrant du sucre ordinaire ; on le rencontre dans diverses plantes (surtout des algues marines). Il a une saveur douce sans arrière-goût et on l'utilise dans divers aliments. Hormis son usage comme édulcorant, on l'utilise également souvent parce qu'il procure une meilleure structure à certains produits alimentaires et prévient leur dessèchement.

Le mannitol est un additif alimentaire qui possède le numéro E421.

Le mannitol a une chaleur de solution négative (comme le sorbitol, le xylitol et l'érythritol)[7]. Pour cette raison, le mannitol est l'édulcorant de friandises « rafraîchissant l'haleine ».

À doses excessives (en moyenne plus de 15-20 grammes par jour), le mannitol peut avoir un effet laxatif.

Il est utilisé dans la recherche du caractère biochimique mannitol (bactérie capable de dégrader le mannitol ou non) en microbiologie.

Il est parfois utilisé comme diluant de l'héroïne ou d'autres drogues illicites.[réf. nécessaire]

C'est un excipient dit « à effet notoire ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. « Mannitol (d-) » dans la base de données de produits chimiques Reptox de la CSST (organisme québécois responsable de la sécurité et de la santé au travail), consulté le 25 avril 2009
  3. Wise BL, Chater N, The value of hypertonic mannitol solution in decreasing brain mass and lowering cerebro-spinal-fluid pressure, J Neurosurg, 1962;19:1038-1043
  4. Francony G, Fauvage B, Falcon D et al. Equimolar doses of mannitol and hypertonic saline in the treatment of increased intracranial pressure, Crit Care Med, 2008;36:795-800
  5. Briggs GG, Freeman RK, Yaffe SJ. Drugs in Pregnancy and Lactation: A Reference Guide to Fetal and Neonatal Risk, 8th edition. 2008. Published by: Lippincott Williams & Wilkins.
  6. WHO Model List of Essential Medicines, 18th list, avril 2013
  7. (en) R Steagall & L O’Brien Nabors, « Polyols: Beyond Sweet Taste », sur www.foodproductdesign.com,‎ (consulté le 18 juin 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]