Mamonovo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mamonovo
(ru) Мамоново
Blason de Mamonovo
Héraldique
Mamonovo
Château d'eau.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Kaliningrad
District fédéral Nord-Ouest
Sujet fédéral Drapeau de l'oblast de Kaliningrad Oblast de Kaliningrad
Code postal 238450
Code OKATO 27 203 510
Indicatif (+7) 40156
Démographie
Population 8 028 hab. (2013)
Densité 401 hab./km2
Géographie
Coordonnées 54° 28′ nord, 19° 56′ est
Altitude 15 m
Superficie 2 000 ha = 20 km2
Fuseau horaire UTC+02:00 (USZ1)
Heure de Kaliningrad
Divers
Fondation 1301
Statut Ville depuis 1946
Ancien(s) nom(s) Heiligenstadt
Heiligenbeil
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Russie
Voir sur la carte administrative de Russie
City locator 14.svg
Mamonovo
Géolocalisation sur la carte : oblast de Kaliningrad
Voir sur la carte administrative de l'oblast de Kaliningrad
City locator 14.svg
Mamonovo
Géolocalisation sur la carte : Russie européenne
Voir sur la carte administrative de Russie européenne
City locator 14.svg
Mamonovo
Géolocalisation sur la carte : Russie européenne
Voir sur la carte topographique de Russie européenne
City locator 14.svg
Mamonovo
Sources

Mamonovo (en russe : Мамоново ; en allemand : Heiligenbeil ; en polonais : Święta Siekierka ou Świętomiejsce ; en lituanien : Šventpilis) est une ville de l'oblast de Kaliningrad, en Russie, dans le raïon Bagrationovski. Sa population s'élève à 8 028 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située dans la région historique de Prusse, près de la lagune de la Vistule, à 45 km au sud-ouest de Kaliningrad, à 85 km au nord-ouest de Gdansk, en Pologne, et à 1 132 km à l'ouest de Moscou[1].

La route A194 faisant partie de la route européenne 28 traverse la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Une colonie des Prussiens, appelée Swento mest (« lieu sacré » en vieux-prussien, possiblement un sanctuaire) y existait déjà au Moyen-Age, lorsque les chevaliers de l'ordre Teutonique ont conquis le terrain en 1272. En 1238 déjà, ils étaient arrivés sur la terre par voie maritime de l'autre côté de la lagune de la Vistule, et fit construire la forteresse de Balga.

Les chevaliers teutoniques établirent la ville de Heiligenstadt (« ville sainte ») à proximité du village prussien en 1301, possédant des privilèges urbains selon le droit de Culm. En 1344, elle fut rebaptisée Heiligenbeil (dérivé de bila, « sermon »). Un couvent des ermites de Saint-Augustin y a été fondé en 1372.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Vue d'Heiligenbeil au XVIIe siècle, à l'époque du duché de Prusse.

À partir de 1525, la localité fit partie du duché de Prusse, successeur de l'État teutonique. Au cours des siècles, la ville a été touchée par de nombreux incendies. Les citoyens vivaient principalement de l'artisanat et d'agriculture. Au XVIIIe siècle déjà, une école latine y était établie.

Faisant partie du royaume de Prusse à partir de 1701, Heiligenbeil était le chef-lieu de l'arrondissement d'Heiligenbeil, entité administrative territoriale appartenant au district de Königsberg dans l'ouest de la province de Prusse-Orientale qui exista de 1818 jusqu'en 1945.

Après l'unification de l'Allemagne en 1871, la Prusse-Orientale faisait partie du Reich allemand. Heiligenbeil était réputée pour ses quelques hôtels de tourisme, comme l'hôtel Haus Wiens. Un aérodrome (Flugplatz Heiligenbeil) fut construit, et servit de base aérienne de la Luftwaffe à partir de 1936. En 1938, une section de l'autoroute reliant Berlin à Königsberg fut inaugurée à quelques kilomètres à l'est. Lors des élections législatives allemandes de mars 1933, la dernière consultation électorale libre en Allemagne avant la Seconde Guerre mondiale, la ville était un bastion du parti nazi. Un sous-camp du camp de concentration du Stutthof y fut installé après 1939.

Monument sur le site de l'ancien hôtel de ville.

Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, de violents combats eurent lieu, entre janvier et , pour la prise de la poche d'Heiligenbeil, provoquant la fuite des soldats de la 4e armée allemande par la mer. La plupart des civils de la ville s'enfuirent pour rejoindre Pillau sur la presqu'île de la Vistule par la mer gelée, ou Dantzig, contraire à l'interdiction du Gauleiter Erich Koch. Les derniers soldats de la Wehrmacht se retirèrent le . Le centre-ville historique fut complètement détruit dans les combats.

Après 1945[modifier | modifier le code]

Après sa conquête par l'Armée rouge, la région fut annexée à l'Union soviétique selon les accords conclus lors de la conférence de Potsdam. L'ancienne ville de Heiligenbeil est renommée Mamonovo en 1946. Ce nom lui fut donné pour honorer la mémoire du commandant de l'Armée rouge Nikolaï Vassilievitch Mamonov (Николай Васильевич Мамонов), né le et tué au combat près de Pułtusk (Pologne) le . Il devint à titre posthume Héros de l'Union soviétique le .

Population[modifier | modifier le code]

Recensements (*) ou estimations de la population[2]

Évolution démographique
1782 1875 1890 1910 1925
1 8003 3543 7604 8215 180
1933 1939 1959* 1970* 1979*
6 35610 6315 4597 2758 001
1989* 2002* 2010* 2012 2013
7 8167 3937 7618 0558 028

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :