Malika Hamidi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Malika Hamidi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Formation
Activités
Sociologue, militante pour les droits des femmesVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

Malika Hamidi, née en à Guignes (France), est une sociologue du féminisme musulman.

Biographie[modifier | modifier le code]

Malika Hamidi naît à Guignes, en Seine-et-Marne[1]. Sa mère ne travaille pas, et son père est ouvrier[1]. Elle grandit en région parisienne, et est la seule de ses frères et sœurs à accéder à l’université, où elle suit une licence d’anglais[1].

En 1998, elle découvre le féminisme musulman à l’occasion d’un séminaire organisé par le groupe Présence musulmane et coordonné par Tariq Ramadan[1]. Elle se lance ensuite dans un master en sciences de l’éducation et dans l’étude d’ouvrages de théorisation anglo-saxonne[1].

En 2004, elle étudie le féminisme islamique dans le cadre de son DEA, et en 2006 elle se concentre sur l'émergence d'un mouvement féministe musulman en France. Elle se spécialise enfin sur les féministes européennes musulmanes dans le contexte postcolonial, cherchant à analyser le féminisme musulman en Europe[2]. En 2015, elle soutient une thèse doctorale intitulée Féministes musulmanes dans le contexte postcolonial de l’Europe francophone : stratégies identitaires et mobilisations transnationales[3],[4].

Elle est chercheuse associée du Laboratoire d'analyse des sociétés et pouvoirs / Afrique – Diasporas (LASPAD) de l'université Gaston-Berger de Saint-Louis-du-Sénégal et membre associée du Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS, EHESS, Paris)[5].

En 2008, elle cofonde le Groupe international d'étude et de réflexion sur les femmes en Islam (GERFI) en Espagne avec Yaratullah Monturiol et Asma Lamrabet[6].

Spécialiste du féminisme musulman en Europe, elle publie aux Éditions de l’Aube un ouvrage tiré de sa thèse doctorale intitulé Un féminisme musulman, et pourquoi pas ?, préfacé par Alain Gresh, en 2017 [7].

Elle co-écrit par ailleurs Des féminismes islamiques (La Fabrique, 2012) et contribue à plusieurs ouvrages collectifs. Elle prépare en 2018 un ouvrage collectif sur les Afro-féminismes et féminismes musulmans : Perspectives critiques, enjeux et pratiques qu’elle coordonne avec Fabienne Brion, Françoise Vergès et Christine Delphy[8],[1].

En 2015, elle est invitée à siéger au comité consultatif du projet européen «  Forgotten Women : the impact of islamophobia on Muslim women »[9],[10] initié par l’European Network Against Racism et soutenu par les institutions européennes[11].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (it) Malika Hamidi, Il femminismo musulmano in Europa, Milan, Fondazione Giangiacomo Feltrinelli,
  • Malika Hamidi (préf. Alain Gresh), Un Féminisme musulman, et pourquoi pas ?, Éditions de l’Aube,

Contributions à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • « Le féminisme musulman en Europe », dans Magdaléna Frouzova (dir.), (cs) Mříže v ráji: Muslimské ženy v Evropě,
  • « Le point de vue d'une féministe musulmane européenne ? », dans Commission Islam et laïcité (dir.), Existe-t-il un féminisme musulman ?, L'Harmattan,
  • « Le foulard à la croisée d'enjeux sociopolitiques », dans Jacquemain et Nadine Rosa Rosso (dir.), Du bon usage de la laïcité, Aden,
  • (en) « The Islamic veil: A focal point for social and political debate », dans Theodore Gabriel et Rabiha Hannan (dir.), Islam and the veil: Theoretical and regional contexts, Continuum Books Edition,
  • « Le Féminisme musulman en Europe : De « l’activisme Textuel » à la pratique transnationale », dans Zahra Ali (dir.), Des féminismes islamiques, La Fabrique,
  • (en) « Islamic feminism in the French-speaking post-colonial European context », dans Omaima Abou Bakr (dir.), Feminist and islamic perspectives: new Horizons of knowledge and reform, Le Caire, Women and Memory Forum,
  • « Féministes musulmanes de l’espace francophone : stratégies identitaires et mobilisations translocales », dans Rachid Id Yassine, Abdoul Aziz Kébé, Philippe Martin et Oissila Saaidîa (dir.), Religiosités musulmanes francophones dans le monde, Karthala,
  • « Existe-t-il un féminisme musulman », dans Jean Michel Ducompte et Pierre Tournemire (dir.), La Laïcité, des combats fondateurs aux enjeux d’aujourd’hui, actes de colloque de La Ligue de l’Enseignement, Éditions PRIVAT,

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Malika Hamidi, une quête spirituelle », sur Libération.fr, (consulté le ).
  2. « Malika Hamidi », sur lescahiersdelislam.fr (consulté le ).
  3. « Malika Hamidi, la foi au service du militantisme féministe », sur lallab.org, (consulté le ).
  4. « Malika Hamidi | EHESS-Ecole des hautes études en sciences sociales - Academia.edu », sur ehess.academia.edu (consulté le ).
  5. « Malika Hamidi, sociologue, musulmane et féministe. Un double engagement scientifique et militant », Nouvelles Questions Féministes, vol. 38, no 1,‎ , p. 136-149 (DOI 10.3917/nqf.381.0136, lire en ligne).
  6. Stéphanie Latte Abdallah, « Féminismes islamiques », dans Christine Bard (dir.), Dictionnaire des féministes : France, XVIIIe – XXIe siècle, Presses Universitaires de France, (lire en ligne).
  7. Malika Hamidi, Féministes musulmanes dans le contexte postcolonial de l'Europe francophone : stratégies identitaires et mobilisations translocales (lire en ligne).
  8. Marina Da Silva, « Un féminisme musulman, et pourquoi pas ? », sur Le Monde diplomatique, (consulté le ).
  9. « Forgotten Women : the impact of Islamophobia on Muslim (...) - European Network Against Racism », sur www.enar-eu.org (consulté le ).
  10. (en) Elsa Mescoli, “Forgotten women: the impact of islamophobia on Muslim women”, ENAR, coll. « National Report Belgium », (lire en ligne).
  11. « Malika HAMIDI » (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]