Fête de la science

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Fête de la science est un évènement annuel francophone de culture scientifique qui se déroule sur une dizaine de jours, en octobre pour la France métropolitaine et en novembre pour l’Outre-mer et l’international.

Initiée par Hubert Curien et proposée, depuis 1991, par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation[1], la Fête de la science accueille tous publics[2].

Historique[modifier | modifier le code]

La création de la Fête de la science a été annoncée en 1991 par Hubert Curien, alors ministre de la Recherche et de l’Espace. A l’occasion du 10e anniversaire de la création des jardins du ministère, il annonce leur ouverture au public. Ces portes ouvertes furent un prélude à l’organisation de la première édition de la manifestation à l’échelle nationale l’année suivante[3].

Considérant que la recherche et la technologie sont l’affaire de tous[4], Hubert Curien souhaite rapprocher le citoyen de la science et de ses acteurs, et espère encourager les jeunes à s’engager dans les métiers de la recherche et de la technologie.

D'abord nommé Science en fête puis Semaine de la science entre 1998 et 1999, l'événement devient Fête de la science et propose, depuis 2016, une thématique nationale qui permet d’intégrer toutes les disciplines scientifiques[5]. Chaque édition est également portée par un parrain ou une marraine[6].

La Fête de la science rassemble des milliers de porteurs de projet qui portent des projets gratuits, qui doivent comprendre un contenu scientifique de qualité, à travers une médiation adaptée aux publics ciblés.

Organisation[modifier | modifier le code]

À l’échelle nationale, la manifestation est portée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de l’Innovation et de la Recherche en collaboration avec les régions et d’autres partenaires scientifiques et culturels.

L’événement est mis en œuvre à l’échelle régionale, avec la contribution des Régions mais aussi de certains Départements et Communes et sous la coordination des DRARI et des coordinations régionales de la Fête de la science, principalement des associations ou des universités, qui animent le réseau local des porteurs de projet, parfois via l’intermédiaire de coordinations départementales ou territoriales.

Chaque édition est lancée au printemps par l’ouverture des appels à projets dans les régions, afin de sélectionner les événements qui seront au programme de la Fête de la science[7].

Controverse[modifier | modifier le code]

En 2021, Le Monde indique que la session lyonnaise de l'événement est marquée par un certain nombre de conflits d'intérêts impliquant son organisateur, le président local de l'Association française pour l'information scientifique et une intervenante, travaillant tous les deux pour BASF[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tout savoir sur Fête de la science », sur Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (consulté le )
  2. « La Fête de la Science », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports (consulté le )
  3. Marie-Claude Ledur, « La science en fête. Hubert Curien créa La science en fête en 1992 pour faire connaître à tous les Français le monde de la recherche. Trente ans plus tard la fête existe toujours et mobilise de plus en plus de participants. Dix autres pays ont créé, depuis, un tel événement. », Histoire de la recherche contemporaine. La revue du Comité pour l’histoire du CNRS, no Tome V-N°2,‎ , p. 162–164 (ISSN 2260-3875, DOI 10.4000/hrc.1356, lire en ligne, consulté le )
  4. Dominique Ferriot, « Hubert Curien et le partage de la science. Populariser la science, partager les connaissances, une constante dans l’action d’Hubert Curien, physicien, délégué général à la recherche, ministre, président de l’Europe spatiale, académicien. Avec l’ambition de donner un « passeport pour la recherche » au plus grand nombre et en tout premier lieu à la jeunesse. », Histoire de la recherche contemporaine. La revue du Comité pour l’histoire du CNRS, no Tome V-N°2,‎ , p. 154–161 (ISSN 2260-3875, DOI 10.4000/hrc.1344, lire en ligne, consulté le )
  5. « Historique de la Fête de la science », sur Fête de la science (consulté le )
  6. « Ils parrainent et incarnent la Fête de la science », sur Fête de la science (consulté le )
  7. « Programme | Fête de la science », sur www.fetedelascience.fr (consulté le )
  8. Stéphane Foucart et Stéphane Mandard, « Quand l’agrochimie s’invite à la Fête de la science pour parler des abeilles », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )