Loterie de la Draft de la NBA

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La loterie de la Draft de la NBA est une part de hasard introduite par une loterie pour l'obtention du premier choix de la Draft de la NBA (aussi appelée repêchage pour les Québécois, Acadiens et Franco-Ontariens), qui permet en général d'obtenir les meilleurs jeunes joueurs.

En NBA[modifier | modifier le code]

Ce choix était dévolu à la dernière équipe jusque 1965. En 1966, la ligue décide d'introduire une part de hasard dans l’obtention du premier choix : la plus mauvaise équipe de chaque conférence jouera à pile ou face ce choix. Le système dure jusqu’en 1984, quand de lourds soupçons pèsent sur les Rockets de Houston. Alors que le 6 mars, les Texans avaient un bilan de 24 victoires (39,3 %) pour 37 défaites avec trois rencontres d'avance sur le plus mal classé de la conférence Ouest, les Clippers de Los Angeles, Houston ne remporta que 5 des 21 matches restant à jouer pour terminer avec 29 victoires et 53 défaites, une rencontre devant les Clippers (30-52) alors que pour la dernière journée Houston perdit contre les Kings de Kansas City et que Los Angeles l'emporte sur le Jazz de l'Utah (au bilan de pourtant 45 victoires - 37 défaites) en inscrivant 146 points, sa meilleure marque depuis le début de la saison. Au contraire des Clippers n'avait rien à espérer de la dernière place puisque les droits de leur premier tour de draft 1984 avaient été transférés aux 76ers de Philadelphie en... 1978 lors du transfert de Lloyd Free en Californie. David Stern instaure donc une loterie en 1985[1].

L’année suivante, la loterie évolue pour garantir au minimum le quatrième choix à la plus mauvaise équipe. De plus, seuls les trois premiers choix sont joués à la loterie, le reste des choix étant établi dans l'ordre inverse du classement de la saison précédente.

Ce système dure jusqu'en 1989, pour être remplacé par une loterie pondérée : parmi les onze équipes non qualifiées (la ligue s'agrandit entre-temps), la plus mauvaise reçoit onze chances sur 66 d'obtenir le premier choix, quand la onzième n'obtient qu’une chance sur 66. Néanmoins, le Magic d'Orlando remporte le premier choix deux saisons d'affilée : en 1992, alors deuxième plus mauvaise équipe de la ligue avec dix chances sur 66, et en 1993, avec une chance sur 66.

Une grande surprise survient lors de la Draft 1993 de la NBA lorsque le Magic remporte la loterie malgré seulement 1,5 % de chances. Ce coup du hasard pousse la NBA à modifier les règles : en 1994, les chances de remporter le premier choix passent de 16,7 à 25 % pour la plus mauvaise équipe, et régressent de 1,6 à 0,5 % pour la « moins mauvaise ». Le tirage de la loterie ne sort plus le nom d’une équipe mais une combinaison à quatre chiffres, chaque équipe se voyant confier aléatoirement de 250 à 5 combinaisons.

L'autre grande surprise est le premier choix obtenu par les Bulls lors de la Draft 2008 de la NBA avec seulement 1,7 % de chances[2].

Depuis la création du mécanisme en 1985, seules 16 des 30 franchises l'ont remportée au moins une fois. Les Cavaliers de Cleveland restent les plus assidus à l'obtention du premier choix (5 fois). Derrière, les Nets du New Jersey, le Magic d'Orlando et les Clippers de Los Angeles l'ont remportée trois fois. Depuis la création de la loterie pondérée en 1990, seules trois équipes avec le plus mauvais taux de victoires ont remporté la loterie, contre quatre fois pour la seconde équipe la plus mal classée.

Listes des drafts NBA[modifier | modifier le code]

Année Équipe Saison précédente Chances Probabilité
1985 Knicks de New York 24–58 (3e pire) 14,29 %[B]
1986 76ers de Philadelphie[A] 54–28 (20e pire) 14,29 %[B]
1987 Spurs de San Antonio 28–54 (4e pire) 14,29 %[B]
1988 Clippers de Los Angeles 17–65 (dernier) 14,29 %[B]
1989 Kings de Sacramento 27–55 (6e pire) 11,11 %[C]
1990 Nets du New Jersey 17–65 (dernier) 11 sur 66 16,67 %
1991 Hornets de Charlotte 26–56 (5e pire) 7 sur 66 10,61 %
1992 Magic d'Orlando 21–61 (2e pire) 10 sur 66 15,15 %
1993 Magic d'Orlando 41–41 (11e pire) 1 sur 66 1,52 %
1994 Bucks de Milwaukee 20–62 (2e pire) 163 sur 1000 16,30 %
1995 Warriors de Golden State 26–56 (5e pire) 94 sur 1000 9,40 %
1996 76ers de Philadelphie 18–64 (2e pire) 200 sur 593[D] 33,73 %
1997 Spurs de San Antonio 20–62 (3e pire) 157 sur 727[D] 21,60 %
1998 Clippers de Los Angeles 17–65 (3e pire) 157 sur 696[D] 22,56 %
1999 Bulls de Chicago 13–37[E] (3e pire) 157 sur 1000 15,70 %
2000 Nets du New Jersey 31–52 (7e pire) 44 sur 1000 4,40 %
2001 Wizards de Washington 19–63 (3e pire) 157 sur 1000 15,70 %
2002 Rockets de Houston 28–54 (5e pire) 89 sur 1000 8,90 %
2003 Cavaliers de Cleveland 17–65 (dernier) 225 sur 1000 22,50 %
2004 Magic d'Orlando 21–61 (dernier) 250 sur 1000 25,00 %
2005 Bucks de Milwaukee 30–52 (6e pire) 63 sur 1000 6,30 %
2006 Raptors de Toronto 27–55 (5e pire) 88 sur 1000 8,80 %
2007 Trail Blazers de Portland 32–50 (6e pire) 53 sur 1000 5,30 %
2008 Bulls de Chicago 33–49 (9e pire) 17 sur 1000 1,70 %
2009 Clippers de Los Angeles 19–63 (2e pire) 177 sur 1000 17,70 %
2010 Wizards de Washington 26–56 (5e pire) 103 sur 1000 10,30 %
2011 Cavaliers de Cleveland 19–63 (2e pire) 227 sur 1000 22,70 %
2012 Hornets de La Nouvelle-Orléans 21–45 (3e pire) 137 sur 1000 13,70 %
2013 Cavaliers de Cleveland 24–58 (3e pire) 156 sur 1000 15,60 %
2014 Cavaliers de Cleveland 33–49 (9e pire) 17 sur 1000 1,70 %
2015 Timberwolves du Minnesota 16–66 (dernier) 250 sur 1000 25,00 %
2016 76ers de Philadelphie 10–72 (dernier) 250 sur 1000 25,00 %
  • A  Les Sixers de Philadelphie gagnent la loterie grâce au choix précédemment dévolu aux Los Angeles Clippers à cause du transfert de Joe Bryant aux Clippers le 6 octobre 1979[3].
  • B 1 2 3 4  De 1985 à 1988, les sept équipes non qualifiées pour les play-offs ont des chances égales d'obtenir le premier choix soit 14,29 % de chances.
  • C  En 1989, les neuf équipes non qualifiées pour les play-offs ont des chances égales d'obtenir le premier choix soit 11,11 % de chances.
  • D 1 2 3  Les Raptors de Toronto et les Grizzlies de Vancouver n'étaient pas éligibles au premier choix de la loterie en 1996, 1997 et 1998 en vertu d'un accord convenu lors de la draft d'expansion.
  • E  En raison du lockout, la saison NBA 1998-1999 a été raccourcie à 50 matches de saison régulière.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sean Deveney, « Rockets tanked in 1984 — or else Michael Jordan would have been a Sixer », sportingnews.com, (consulté le 29 juillet 2015)
  2. (en) Erik Matuszewski, « Bulls Win NBA's Draft Lottery, Eye Beasley, Rose With Top Pick », Bloomberg, Bloomberg L.P, (consulté le 22 août 2009)
  3. (en) « All-Time Transactions », NBA.com/Clippers, Turner Sports Interactive, Inc (consulté le 22 août 2009)