Aude Lancelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lancelin (homonymie).
Aude Lancelin
Image illustrative de l'article Aude Lancelin

Naissance
Tours
Profession journaliste
Spécialité culture, politique
Médias
Presse écrite ex-directrice adjointe de Marianne puis de L'Obs

Aude Lancelin (née en 1973, Tours) est une journaliste française.

Elle a été directrice adjointe de la rédaction de L'Obs de 2014 à 2016, et de la rédaction de Marianne de 2011 à 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancienne élève du lycée Henri-IV, en hypokhâgne et khâgne, puis étudiante à la Sorbonne-Paris IV, Aude Lancelin est agrégée de philosophie en 1996. Elle enseigne dans un établissement classé ZEP de l'Essonne, puis entre au master Médias de l'ESCP Europe[1].

En 2000, elle est engagée par Le Nouvel Observateur, où elle couvre les domaines de la culture et des idées, en particulier la critique littéraire[1] et la philosophie. Elle réalise notamment pour l'hebdomadaire des entretiens avec des philosophes contemporains : Alain Badiou, Jean Baudrillard, Jean-Claude Michéa, Peter Sloterdijk, Jacques Rancière ou encore Slavoj Žižek.

Parallèlement, elle collabore aux émissions télévisées Culture et dépendances (France 3) et Postface (i-télé, Canal+).

En 2008, elle publie avec la journaliste Marie Lemonnier un ouvrage intitulé Les Philosophes et l'amour (de Socrate à Simone de Beauvoir).

Elle relève[2] en 2010 que Bernard-Henri Lévy a cité naïvement (elle parle d'« autorité du cuistre ») un auteur imaginaire, Jean-Baptiste Botul, dans son ouvrage alors à paraître[3], ce qui provoque une vague de réactions amusées ou consternées.

En 2011, elle publie dans Le Nouvel Observateur un article titré « L'inconnue du Collège de France »[4] sur Claudine Tiercelin. Cet article est vivement critiqué par le philosophe Jacques Bouveresse dans une lettre[5] adressée à la rédaction.

En août 2011, elle rejoint Marianne en tant que directrice adjointe de la rédaction, responsable des pages « Culture » et « Idées » de l'hebdomadaire.

En 2014, après la nomination de Matthieu Croissandeau à la direction de la rédaction, elle revient à L'Obs. Elle est licenciée par celui-ci en mai 2016. Cette décision, imposée, selon Mediapart, par les actionnaires, en l’occurrence Claude Perdriel et Xavier Niel, est présentée comme un choix managérial, mais une partie de la presse y voit des motivations politiques. Claude Perdriel a en effet ouvertement reproché à Aude Lancelin d'avoir publié des textes « anti-démocratiques », c'est-à-dire trop à gauche, dans les pages « Débats » de L'Obs et d'avoir soutenu le mouvement Nuit debout. Le fait que son compagnon soit Frédéric Lordon, figure de la gauche de gauche, pourrait aussi avoir motivé l'éviction[6]. Le 25 mai 2016, une quarantaine d'intellectuels publient dans Libération une lettre de protestation contre le licenciement de la journaliste[7].

Suite à son licenciement, elle publie un livre intitulé Le Monde libre dans lequel elle raconte de l'intérieur « la dérive du système médiatique français »[8],[9]. Cet ouvrage lui vaut le prix Renaudot de l'essai 2016 et une lettre ouverte virulente de Jean Daniel dans L'Obs[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Aude Lancelin est la compagne de Frédéric Lordon.

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]