Littérature victorienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La littérature victorienne suit celle de l'époque romantique précédente : tandis que la poésie était prédominante, l'époque victorienne privilégie le genre littéraire du roman. Charles Dickens (1812–1870) domine la première partie du règne de Victoria : son premier ouvrage, Les Papiers posthumes du Pickwick Club, est publié en 1836 et son dernier, L'ami commun, en 1864–5. L'ouvrage le plus connu de William Thackeray (1811–1863) La foire aux vanités paraît en 1848 et les trois sœurs Brontë, Charlotte (1816–55), Emily (1818–48) et Anne (1820–49) Brontë, publient aussi des œuvres marquantes dans les années 1840. Un roman important est celui de George Eliot (1819–80), Middlemarch (1872), tandis que l'auteur de roman marquant de la fin du règne de Victoria est Thomas Hardy (1840–1928), dont le premier roman, Under the Greenwood Tree, paraît en 1872 et le dernier, Jude l'Obscur, en 1895.

Poètes et écrivains ayant écrit sur les conditions de travail à l'époque victorienne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]