Ligne du Dorat à Limoges-Bénédictins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne du
Dorat à Limoges-Bénédictins
Image illustrative de l’article Ligne du Dorat à Limoges-Bénédictins
Une composition M+R+M X 2800 en gare de Nieul
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Le Dorat, Bellac, Limoges
Historique
Mise en service 1880 – 1881
Concessionnaires État (Non concédée) (1880 – 1883)
PO (1883 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 606 000
Longueur 55,404 km
Vitesse de référence 80 km/h
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 20 
Nombre de voies Voie unique
Signalisation BAPR
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER et fret

La ligne du Dorat à Limoges-Bénédictins est une ligne de chemin de fer française de la Haute-Vienne, à écartement standard et à voie unique, qui relie Le Dorat sur la ligne de Mignaloux - Nouaillé à Bersac, à la préfecture de Limoges.

Elle est empruntée par les TER qui assurent la relation de Poitiers à Limoges ainsi que par des trains de fret.

Elle constitue la ligne 606 000[1] du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ouverture de la ligne en 1881 a raccourci la liaison entre Poitiers et Limoges.

La loi du 31 décembre 1875[2] déclarait d'utilité publique, toutefois sans désigner de concessionnaire, une ligne de Limoges au Dorat via Bellac. Une loi du 14 juin 1878[3] a autorisé le ministère des transports à engager les travaux de construction, l'achat du matériel roulant étant exclu. La loi du 15 janvier 1881[4] a autorisé et régularisé l'exploitation de la ligne, toujours non concédée, par l'État. La section du Dorat à Couzeix - Chaptelat a été ouverte le 31 décembre 1880, et celle de Couzeix - Chaptelat à Limoges-Bénédictins le 21 février 1881. La ligne est cédée par l'État à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans selon les termes d'une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 28 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[5].

L'ouverture de cette ligne a permis de réduire la distance entre Poitiers et Limoges, liaison précédemment assurée via Bersac.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le profil de cette ligne à voie unique est difficile avec des déclivités qui atteignent 20 . Les nombreuses courbes de 300 m de rayon (et même accidentellement 230 m) limitent la vitesse des rames et des trains de voyageurs à 80 km/h.

La ligne comporte également un viaduc sur le Vincou de 172 m de long, à la sortie de Bellac. Elle comporte également le tunnel de La Bastide de 667 m de long, peu avant son entrée en gare de Limoges-Bénédictins.

Exploitation[modifier | modifier le code]

La ligne est parcourue par les TER de la relation de Poitiers à Limoges. Elle est également ouverte au service des marchandises.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-44-0), volume 2, page 29.
  2. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1875, page 626.
  3. « N° 7097 - Loi qui autorise le ministre des Travaux publics à entreprendre l'exécution des travaux de superstructure des chemins de fer énoncés à l'article 1er de la loi du 16 décembre 1875, et aux articles 1er et 3 de la loi du 31 décembre 1875 : 14 juin 1978 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 17, no 398,‎ , p. 13 - 14 (lire en ligne).
  4. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1881, page 31.
  5. « N° 14217 - Loi qui approuve la convention passée, le 28 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de Paris à Orléans : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 352 - 359 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]