Ligne de Mignaloux - Nouaillé à Bersac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Mignaloux - Nouaillé à Bersac
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1867
Concessionnaires PO (1857 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 604 000
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 12,5 
Nombre de voies Voie unique
Signalisation BAPR jusqu'au Dorat
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Fret, TER

La ligne de Mignaloux - Nouaillé à Bersac est une ligne ferroviaire française à voie normale qui relie Mignaloux - Nouaillé (Vienne) sur la ligne de Saint-Benoît au Blanc à Bersac-sur-Rivalier (Haute-Vienne), sur la ligne des Aubrais - Orléans à Montauban-Ville-Bourbon.

Elle est empruntée entre Mignaloux - Nouaillé et Le Dorat par les TER qui relient Poitiers à Limoges. Partiellement déclassée, elle connaît également une activité fret.

Elle constitue la ligne 604 000[1] du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la suite de la déconfiture financière de la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France, son démantèlement est organisé en 1857 au profit de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans et de la constitution de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée. Dans ce cadre, la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans reçoit, à titre complémentaire, notamment la concession à titre éventuel d'une ligne « de Poitiers à Limoges, ledit chemin se reliant à la ligne de Châteauroux à Limoges à ou près le point de raccordement de cette dernière ligne avec le chemin de Montluçon à Limoges » par la convention signée le 11 avril 1857 avec le ministre des Travaux publics. Cette convention est approuvée par décret le 19 juin 1857[2]. La concession est devenue définitive lors de la déclaration d'utilité publique du 22 juin 1861[3]. Elle a été ouverte à l'exploitation le 23 décembre 1867.

À l'origine, les relations de Poitiers à Limoges se faisaient via Bersac. Il a fallu attendre l'ouverture de la ligne du Dorat à Limoges-Bénédictins en 1880 pour mettre fin à ce détour.

Dates de déclassement[modifier | modifier le code]

  • Le Dorat à Château-Ponsac (PK 419,840 à 436,210) : 26 juillet 1973[4].
  • Châteauponsac à Bessines-sur-Gartempe (PK 436,210 à 445,900) 15 novembre 2006[5] (décision de fermeture).

Tracé, parcours[modifier | modifier le code]

La ligne est d'orientation générale du nord-ouest au sud-est. Elle est établie dans des régions peu accidentées. Elle traverse la vallée de la Vienne à Lussac-les-Châteaux et celle de la Gartempe à Montmorillon.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

C'est une ligne à voie unique au profil moyen, les déclivités atteignent 12,5 ‰. La vitesse des trains de voyageurs est limitée à 100 km/h avec ralentissement à 90 km/h de Lussac-les-Châteaux à Montmorillon.

Exploitation[modifier | modifier le code]

La section de Mignaloux - Nouaillé au Dorat est desservie par la relation TER de Poitiers à Limoges. Il existe des dessertes fret sur les parties non déclassées de la ligne.

En janvier 2018, la société canadienne Transpod envisage l'installation d'une piste d'essai de l'Hyperloop de 3 km près de Châteauponsac, sur une portion désaffectée de la ligne[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-44-0), volume 2, page 28.
  2. « N° 4796 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 11 avril 1857, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans : 19 juin 1857 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie impériale, série XI, vol. 10, no 522,‎ , p. 244 - 274.
  3. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglements, et avis du Conseil d'État, année 1861, page 300.
  4. Journal Officiel de la République Française du 22 août 1973, page 9 123.
  5. Bulletin officiel des actes du réseau ferré de France, n°17, janvier 2007.
  6. « Innovation - Une piste pour l'Hyperloop à l'étude au nord de la Haute-Vienne », www.lepopulaire.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]