Ligne de Briouze à Couterne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ligne Briouze - Couterne)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Briouze à Couterne
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Briouze, La Ferté-Macé, Bagnoles-de-l'Orne
Historique
Mise en service 1869 – 1873
Fermeture 1940 – 1992
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 433 000 de Couterne à La Ferté-Macé
434 000 de Briouze à La Ferté-Macé
Longueur 22,9 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Anciennement à voie unique

La ligne de Briouze à Couterne est une ancienne ligne de chemin de fer française, située dans le département de l'Orne et la région Basse-Normandie. Elle reliait les localités de Briouze et de Couterne par La Ferté-Macé et Bagnoles-de-l'Orne et, plus largement, les villes précitées à la gare de Paris-Montparnasse d'une part, et à la gare d'Alençon d'autre part.

La section de Couterne à La Ferté-Macé constitue la ligne 433 000[1] du réseau ferré national. Celle de Briouze à La Ferté-Macé constitue la ligne 434 000[1] du réseau ferré national.

La section de Bagnoles-de-l'Orne à Couterne fut fermée dès 1940 et déferrée après la Seconde Guerre mondiale, alors que la section entre Briouze et Bagnoles-de-l'Orne continua d'être exploitée jusqu'en 1992.

Cette ligne d'intérêt local raccordait donc, jusqu'en 1940, la ligne de Paris à Granville à la ligne d'Alençon à Domfront par La Ferté-Macé et Bagnoles-de-l'Orne, avant de devenir un embranchement ferroviaire depuis la ligne de Paris à Granville afin de desservir le pays d'Andaine.

Historique[modifier | modifier le code]

La ligne de Briouze à la Ferté-Macé est déclarée d'utilité publique au titre de l'intérêt local par un décret impérial du 24 juin 1868. Ce même décret approuve la convention signée le 31 août 1867 entre le Conseil Général de l'Orne et Monsieur Girard pour la concession de la ligne[2].

La section de Couterne à La Ferté-Macé est déclarée d'utilité publique par une loi le [3]. Une loi du 31 juillet 1879 autorise le ministère des Travaux publics à entamer les travaux de construction de cette section[4]. La section de Couterne à Ferté-Macé est cédée par l'État à la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 17 juillet 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[5].

La section de Briouze à la Ferté-Macé est intégrée au réseau d'intérêt général et concédée à titre définitif à la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest par une loi le 15 mars 1886[6].

Mise en service :

  • De Briouze à La Ferté-Macé, le (Compagnie du chemin de fer d'intérêt local de Briouze à La Ferté-Macé).
  • De Couterne à La Ferté-Macé, le (Compagnie du Chemin de fer de l'Ouest).
L'ancienne voie à Lonlay-le-Tesson.

Fermeture au trafic voyageurs :

Fermeture au trafic marchandises :

  • De Couterne à Bagnoles-de-l'Orne, en 1954.

Déclassement :

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Gares desservies

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bulletin Officiel RFF n° 16 de novembre 2006 - page 22.
  2. « N° 16297 - Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer d'intérêt local de la station de Briouze (ligne de Paris à Granville) à la ville de La Ferté-Macé : 24 juin 1868 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 32, no 1629,‎ , p. 347 - 363.
  3. « N° 4891 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement de divers chemins de fer dans la région Ouest : 16 décembre 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 11, no 285,‎ , p. 1281 - 1283 (lire en ligne).
  4. « N° 8252 - Loi qui autorise le ministre des Travaux publics à entreprendre l'exécution des travaux de superstructure de divers chemins de fer : 31 juillet 1979 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 461,‎ , p. 109 - 110 (lire en ligne).
  5. « N° 14218 - Loi qui approuve la convention passée, le 17 juillet 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 359 - 367 (lire en ligne).
  6. « N° 16491 - Loi qui concède divers chemins de fer à la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest : 15 mars 1886 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 32, no 1003,‎ , p. 406 - 407 (lire en ligne).
  7. Journal officiel de la République française du 12 novembre 1954, page 10676

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]