Lennart Meri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lennart Meri
Lennart Meri, le 3 juillet 2004
Lennart Meri, le
Fonctions
Président de la République d'Estonie

(9 ans et 2 jours)
Élection
Réélection
Premier ministre Tiit Vähi
Mart Laar
Andres Tarand
Tiit Vähi
Mart Siiman
Mart Laar
Prédécesseur Konstantin Päts
Heinrich Mark (exil)
Arnold Rüütel (président du Conseil suprême)
Successeur Arnold Rüütel
Ministre des Affaires étrangères estonien
Président Arnold Rüütel (président du Conseil suprême)
Premier ministre Edgar Savisaar
Tiit Vähi
Prédécesseur Olev Olesk (exil)
Successeur Jaan Manitski
Biographie
Nom de naissance Lennart-Georg Meri
Date de naissance
Lieu de naissance Tallinn (Estonie)
Date de décès (à 76 ans)
Lieu de décès Tallinn (Estonie)
Nature du décès Tumeur au cerveau
Nationalité estonienne
Parti politique Union Pro Patria
Conjoint Regina Ojavere(divorcés)
Helle Pihlak
Enfants Premier mariage :
Mart Meri
Kristjan Meri
Deuxième mariage :
Tuule Meri
Diplômé de Université de Tartu
Profession historien
dramaturge
producteur de radio
écrivain

Lennart Meri
Présidents de la République d'Estonie

Lennart Meri, né le à Tallinn et mort le dans la même ville, est un écrivain, cinéaste et homme politique estonien. Il est ministre des Affaires étrangères de 1990 à 1992 et président de la République de 1992 à 2001.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Né à Tallinn, fils du diplomate et traducteur de Shakespeare Georg Meri, et de la Suédoise d'Estonie Alice-Brigitta Engmann, Lennart Meri quitte l'Estonie très jeune et étudie dans neuf écoles et quatre langues. Il vit notamment à Paris, où il fréquente le lycée Janson-de-Sailly.

En 1941, peu après l'annexion de l'Estonie par l'Union soviétique, il est déporté avec sa famille en Sibérie, où il commence à travailler à l'âge de douze ans comme ouvrier forestier.

Revenu en Estonie, il suit des études d'histoire à l'université de Tartu où, en 1953, il obtient un doctorat, avec les félicitations du jury[1].

Il parle couramment six langues, l'estonien, le finnois, le français, l'allemand, l'anglais et le russe.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

De 1953 à 1955, il travaille comme dramaturge au théâtre de Vanemuine à Tartu, puis comme producteur de pièces radiophoniques à la radio estonienne jusqu'en 1961. En 1958, un voyage en Asie centrale lui inspire son premier livre et lui révèle sa vocation d'écrivain. Au cours des décennies qui suivent, de nouveaux voyages dans des régions d'URSS difficiles d'accès lui fournissent la matière de nouveaux ouvrages, ainsi que de films documentaires dans lesquels il manifeste son intérêt pour la culture des petits peuples indigènes. Son film Les Vents de la Voie lactée (en coproduction avec la Finlande et la Hongrie) lui vaut une médaille d'argent au Festival du film de New York. En 1986, il est nommé docteur honoris causa de l'université d'Helsinki.

Entre ses voyages, Lennart Meri traduit en estonien des ouvrages de nombreux auteurs étrangers comme Erich Maria Remarque, Graham Greene, Vercors, Pierre Boulle ou Alexandre Soljénitsyne. On lui doit également des essais spéculatifs sur l'histoire ancienne de l'Estonie et de la région baltique tel que Blanc d'argent.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Ministre des Affaires étrangères[modifier | modifier le code]

À la fin des années quatre-vingt, Lennart Meri s'engage dans l'action politique. Il fonde l'Institut estonien en 1988, afin de développer les contacts culturels avec les pays occidentaux. Il devient ministre des Affaires étrangères le 12 avril 1990, dans le gouvernement d'Edgar Savisaar, issu des premières élections libres depuis l'occupation soviétique. À ce poste, il pose les bases de la politique étrangère de l'Estonie, jusqu'alors inexistante, et rassemble autour de lui de jeunes cadres efficaces et non compromis avec le régime soviétique.

Parfaitement francophone et francophile, il aurait souhaité que la France s’intéresse davantage aux pays baltes, mais l'attitude hautaine et frileuse, par crainte des soviétiques, de Roland Dumas, ministre des Affaires étrangères de François Mitterrand, le déçoit profondément en refusant de lui parler lors du sommet d'Helsinki de 1992 car ses conseillers lui avaient assuré que Meri candidat à la présidence de l'Estonie n'avait aucune chance.

Après le rétablissement de l'indépendance, il est nommé ambassadeur en Finlande le .

Président de la République[modifier | modifier le code]

Le , lors de la première élection présidentielle après l'indépendance de l'Estonie, il se place en deuxième position lors du vote populaire avec 29 % des voix, derrière Arnold Rüütel qui obtient 42 %. Lors du second tour organisé au Parlement le suivant, il est élu président de la République par 59 voix contre 31 pour son adversaire. Il entre en fonctions le lendemain pour un mandat de quatre ans. Le , il est réélu pour un second mandat qui prend fin en octobre 2001.

Il est jusqu'en 2004 l'un des 105 membres de la Convention sur l'avenir de l'Europe chargée de rédiger le traité établissant une Constitution pour l'Europe, représentant le gouvernement estonien.

En 2001, il devient membre de l'Académie estonienne des Sciences.

Lennart Meri décède le des suites d'une tumeur du cerveau. Lors des cérémonies officielles, est jouée Für Lennart in memoriam du compositeur Arvo Pärt auquel Lennart Meri avait peu de temps avant son décès passé commande d'une œuvre.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Lennart Meri se marie deux fois. Sa première épouse, Regina, émigre en 1987 au Canada. En 1992, il épouse Helle Pihlak (née en 1949), comédienne au Théâtre dramatique estonien. Il a deux fils, Mart (né en 1959) et Kristjan (né en 1966), et une fille, Tuule (née en 1985).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Il a publié 11 livres et produit 5 films documentaires[1].

Livres[modifier | modifier le code]

  • Kobrade ja karakurtide jälgedes, 1959, Eesti Riiklik Kirjastus (Livre de voyage en Asie centrale)
  • Laevapoisid rohelisel ookeanil, 1961, Eesti Riiklik Kirjastus (Livre de voyage en Sibérie)
  • Tulemägede maale. Reisipäevik 160. meridiaanilt, 1964, Eesti Riiklik Kirjastus (Livre de voyage en Kamtchatka)
  • Virmaliste väraval, 1974, Eesti Raamat
  • Hõbevalge, Lennart Meri Euroopa SA,
  • Lähenevad rannad, 1977, Eesti Raamat
  • Hõbevalgem, 1984, Lennart Meri Euroopa SA
  • Tulen maasta, jonka nimi on viro, 1995
  • Presidendkõned, 1996 (discours présidentiels)
  • Tacituse tahtel, 2000 (in mare nostrum - mare balticum)
  • Riigimured, 2001
  • Poliitiline testament, 2007

Traduits en français[modifier | modifier le code]

  • Lennart Meri, Dans le silence des glaces [« Virmaliste väraval »], Radouga, , 349 p.

Livres traduits par L. Meri[modifier | modifier le code]

Films documentaires[modifier | modifier le code]

  • Veelinnunrahva, (1970)
  • Linnunradan tuulet (1978)
  • Kaleva hääled (1986) (Les Sons du Kalevala)
  • Toorumi pojas – ostjakkien karhunpeijaiset (1989) (Les fils de Thorum)
  • Šamaan (1990)

Décorations et distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Petri Liukkonen, « Lennart Meri (1929-2006) », Kuusankosken kaupunginkirjasto,‎ (consulté le 13 décembre 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]