Edgar Savisaar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Estonie
Cet article est une ébauche concernant l’Estonie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Edgar Savisaar
Image illustrative de l'article Edgar Savisaar
Fonctions
Maire de Tallinn

(8 ans 5 mois et 25 jours)
Prédécesseur Jüri Ratas
Successeur Taavi Aas
Ministre estonien des Affaires économiques et des Communications

(1 an 11 mois et 23 jours)
Gouvernement Ansip I
Prédécesseur Andrus Ansip
Successeur Juhan Parts
Maire de Tallinn

(2 ans 10 mois et 1 jour)
Prédécesseur Tõnis Palts
Successeur Tõnis Palts
Ministre estonien de l'intérieur

(5 mois et 28 jours)
Gouvernement Vähi II
Prédécesseur Kaido Kama
Successeur Tiit Vähi
Premier ministre d'Estonie
(intérim)

(5 mois et 9 jours)
Président Arnold Rüütel
(président du Conseil suprême)
Prédécesseur Otto Tief (indirectement)
Successeur Tiit Vähi (intérim)
Mart Laar
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Harku, RSS d'Estonie (URSS)
Nationalité estonienne
Parti politique EER
EK

Edgar Savisaar
Premiers ministres d'Estonie

Edgar Savisaar, né le à Harku, est un homme politique estonien, membre du Parti du centre (EK). Il est Premier ministre d'Estonie de 1990 à 1992 puis ministre de l'Économie et maire de Tallinn de 2007 à 2015

Biographie[modifier | modifier le code]

Le , il annonce que Tallinn va devenir la première capitale européenne à instaurer la gratuité dans les transports en commun publics à partir du [1].

Le , il est interpellé et inculpé dans le cadre d'une affaire de corruption, pour avoir reçu des pots-de-vin à plusieurs reprises[2]. Il doit alors quitter ses fonctions de maire de la capitale.

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les transports bientôt gratuits à Tallinn », sur Le Figaro,‎ (consulté le 5 mars 2016).
  2. « Corruption: le maire de Tallinn interpellé », sur Le Figaro,‎ (consulté le 5 mars 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]