Laurence Debray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Laurence Debray
Description de cette image, également commentée ci-après
Laurence Debray en 2013.
Naissance
Paris
Nationalité Française
Pays de résidence France
Activité principale
Femme de lettres
Autres activités
Journaliste
Distinctions
Famille
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Roman, Biographie

Œuvres principales

Juan Carlos d'Espagne (2013)
Fille de révolutionnaires (2017)

Laurence Debray, née en à Paris[1], est une femme de lettres française, fille d'Elizabeth Burgos et de Régis Debray.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Laurence Debray est la fille unique de l'intellectuel, ex-castriste et théoricien de la guérilla marxiste‑léniniste Régis Debray et de l'historienne vénézuélienne et guérillera proche de Fidel Castro, Elizabeth Burgos[1]. Elle est la filleule de l'actrice Simone Signoret et du peintre chilien Roberto Matta, et elle est également la petite-fille de Janine Alexandre-Debray[2]. À l'âge de 10 ans, elle est envoyée en camp de pionniers à Cuba, où elle apprend à tirer[3].

Ses parents révolutionnaires lui apportent une culture littéraire et intellectuelle et elle est très jeune entourée de réfugiés des dictatures d'Amérique du Sud, mais elle prend par la suite le contre-pied de son père, par ses études, par son mariage et par son désir de découvrir les États-Unis (dans l'éducation donnée par son père, raconte-t-elle, « c'était normal de ne même pas avoir envie de boire du Coca ou de manger des corn-flakes, parce que c'était américain ») ; elle se rapproche alors de ses grands-parents.

Elle fugue une première fois après que son père décroche une photo de Juan Carlos (« exemple du roi républicain ») sur un mur, pour la remplacer par une de François Mitterrand, et une seconde fois, lorsqu'il refuse qu'elle se fasse baptiser[4].

Elle est titulaire d’une maîtrise d’histoire à la Sorbonne sur la transition démocratique espagnole, sa thèse est publiée en Espagne en 2000 sous le titre La Forja de un Rey. Elle est diplômée de l'École des hautes études commerciales de Paris (HEC)[5].

Activités[modifier | modifier le code]

Laurence Debray a commencé sa carrière dans la finance, d'abord comme analyste financière pour Crédit Lyonnais et HSBC à New York[1], puis chez Lazard à Paris (sur la restructuration de la dette argentine), puis chez Colas (filiale de Bouygues)[6].

Elle a publié une biographie du roi d'Espagne, Juan Carlos, en France en 2013 puis en Espagne en 2014. Cet ouvrage a servi de base au documentaire, Moi, Juan Carlos, roi d'Espagne, réalisé par Miguel Courtois, dans lequel elle interviewe Juan Carlos et Felipe VI, diffusé en prime time sur France 3 le [7]. Lors du départ en exil de Juan Carlos en aout 2020, elle lui écrit une lettre ouverte publiée en Espagne par El Mundo[8] et en France par Le Figaro[9]. Un an plus tard, en octobre 2021 elle publie Mon Roi déchu après s'être entretenue en tête à tête avec Juan Carlos en exil à Abou Dhabi, une exclusivité journalistique mondiale.

En octobre 2017, elle publie l'ouvrage Fille de révolutionnaires aux éditions Stock[1]. L’occasion pour l'auteure de dresser un portrait intime et politique de ses parents[10].

Lors de L'Émission politique présentée par Léa Salamé le , elle questionne Jean-Luc Mélenchon sur ses positions favorables au gouvernement vénézuélien de Nicolas Maduro[11]. Le député de la France Insoumise s'emporte et la traite de menteuse[12],[13],[14]. À la suite du débat, Libération soutient que les propos tenus par Laurence Debray étaient exacts[15], tandis que Les Inrocks jugent que le choix de Laurence Debray comme intervenante a fait polémique[16].

En , lors de la 27e Journée du Livre politique à l'Assemblée nationale, organisée par l'association Lire la politique, elle reçoit pour son ouvrage Fille de révolutionnaires le Prix du livre politique dont le jury est présidé par Frédéric Mitterrand[17], le Prix des députés[18], et le Prix étudiant du livre politique France Culture[19]. Un triplé inédit[20].

Elle collabore régulièrement à Paris Match[21],[22], à Point de vue, hebdomadaire people spécialisé dans les familles royales d'Europe, et au magazine Le Point[23],[24],[25]. Elle a écrit une nouvelle exclusive pour le Figaro magazine "Ne pas faiblir"[26], le .

Elle a participé, avec une biographie de Fidel Castro, au livre collectif Le siècle des dictateurs sous la direction de Olivier Guez, publié par Perrin et Le Point en [27].

Elle réalise en 2019[28],[29],[30] le documentaire Venezuela, l'ombre de Chavez, produit par Day for Night et Arte[31] et diffusé sur Arte en [32],[33], qui sera primé par un Laurier de l'audiovisuel (première oeuvre, prix Marcel-Julian)[34],[35]. En 2021 il sera aussi diffusé en espagnol[36] et en anglais[37] sur la chaine allemande Deutsche Welle.

Elle est membre du jury du prix de la biographie Le Point présidé par Dominique Bona[38], et du prix du livre géopolitique - Lire la Société présidé par Jean-Yves Le Drian[39].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est mariée à Émile Servan-Schreiber, fils de Jean-Jacques Servan-Schreiber[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Caroline Eliacheff, « Vive le roi ! », sur HuffPost, .
  • (es) Juan Carlos de España (trad. Íñigo Sánchez-Paños, Elena M. Cano), Editorial Alianza, (présentation en ligne)
(es) Natalia Junquera, « Un padre contra un rey », El País,‎ (présentation en ligne).

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Venezuela, l'ombre de Chavez, Day-for-Night et Arte, 2019[32],[33].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Le Vaillant 2017.
  2. Raffy 2017.
  3. Manguez 2017.
  4. Fulda 2017.
  5. Laurence Debray : historienne France Inter
  6. « CV LinkedIn », sur Linkedin.com (consulté le ).
  7. « Documentaire – Moi, Juan Carlos, roi d'Espagne », sur Cinétévé.
  8. (es) « Carta a 'Juan Carlos I de España' de su biógrafa francesa: "¿Sin usted habrían existido el genio de Almodóvar y la Movida?" », sur ELMUNDO, (consulté le )
  9. « Lettre ouverte à Juan Carlos, par Laurence Debray », sur LEFIGARO (consulté le )
  10. de Montclos 2017.
  11. Extrait de l'émission: https://www.youtube.com/watch?v=hwkaChJ3PoA&feature=youtu.be
  12. « Invité de L'Émission politique, Mélenchon s'enlise dans les polémiques », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Laurence Debray, l'historienne pro-Macron attaquée par Mélenchon », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « "L'Émission politique": Mélenchon en colère quand on lui parle du Venezuela », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Mélenchon dans «l'Emission politique» : les questions que vous nous avez posées », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Qui étaient vraiment les deux invitées face à Jean-Luc Mélenchon dans l'Emission politique ? », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Prix du Livre Politique Site de l’Assemblée nationale, avril 2018
  18. Le Prix du Livre politique 2018 pour Laurence Debray Livres hebdo, 9 avril 2018
  19. « Laurence Debray, Jessica Oublie et Marie Ange Rousseau lauréates des Prix étudiant du Livre et de la BD politique FC / France Culture », sur France Culture (consulté le ).
  20. Tugdual Denis, « Prix du livre politique : Laurence Debray fait l'unanimité », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Laurence Debray et Karen Isère, « Cuba libre! », sur Paris Match, .
  22. Laurence Debray, « Mariela Castro vante les mérites de la « Revolucion », sur parismatch.com, Paris Match, .
  23. Le Point, magazine, « Laurence Debray - Comment Chávez a ruiné le Venezuela », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Le Point, magazine, « Laurence Debray : lettre au roi d'Espagne », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. Laurence Debray, « Venezuela, le grand roman du chaos », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « Découvrez Ne pas faiblir, la nouvelle inédite de Laurence Debray », sur LEFIGARO (consulté le )
  27. Le siècle des dictateurs | Lisez! (lire en ligne)
  28. (es) « Laurence Debray: "Es muy lindo defender las revoluciones desde París, pero en Venezuela la gente se está muriendo de hambre" », sur Infobae (consulté le )
  29. (es) Alonso Moleiro, « Laurence Debray: “Es muy fácil defender a Maduro desde un café de París” », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le )
  30. (es) Clarín.com, « Laurence Debray: "Venezuela sepultó por segunda vez el sueño de los revolucionarios de los años 60" », sur www.clarin.com (consulté le )
  31. « Venezuela : Révolution au pays du pétrole - » (consulté le )
  32. a et b Paris Match, « "Venezuela, l'ombre de Chavez" : un film "pour sensibiliser au grand désespoir vénézuélien" », sur parismatch.com (consulté le )
  33. a et b Arte, « Venezuela, l'ombre de Chavez », sur arte.tv (consulté le )
  34. « Le SPI félicite ses adhérents récompensés à la cérémonie des Lauriers de l’audiovisuel. | SPI », sur lespi.org (consulté le )
  35. « Le Club de l’audiovisuel décerne ses Lauriers », sur Ecran Total, (consulté le )
  36. « - YouTube », sur www.youtube.com (consulté le )
  37. « - YouTube », sur www.youtube.com (consulté le )
  38. « Le prix Biographie 2020 du Point pour Jean-Luc Bitton », sur Livres Hebdo (consulté le )
  39. « Jury du Prix du Livre de Géopolitique 2019 », sur Lire la Société (consulté le )
  40. Juan Carlos d'Espagne - Laurence Debray - Perrin - Grand format - Place des Libraires (présentation en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]