Larry Kramer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Larry Kramer
Image dans Infobox.
Larry Kramer en 2007.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université Yale (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Fratrie
Arthur Kramer (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Gay Men's Health Crisis (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Archives conservées par

Larry Kramer est un écrivain et scénariste américain né le à Bridgeport (Connecticut) et mort le à Manhattan (New York). Il s'est particulièrement fait remarquer en tant que militant pour les droits des homosexuels et contre le sida.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Larry Kramer est né le à Bridgeport (Connecticut) et grandi près de Washington[1]. Fils d'un avocat et d'une travailleuse sociale pour la Croix-Rouge, l a un frère aîné, Arthur Kramer, qui devient lui aussi avocat à New York[1]. Larry Kramer suit des études secondaires à la Woodrow Wilson High School à Washington[1]. Il a une relation difficile avec son père : selon lui, celui-ci le frappait et lui lançait des injures homophobes[1]. Originellement, Larry Kramer voulait aller à l'université Harvard, mais son père a déchiré son inscription[1]. En lieu et place, il intègre l'université Yale, comme son père et son frère avant lui[1].

En octobre 1953, pendant sa première année à Yale, Larry Kramer fait une tentative de suicide par surdosage d'aspirine[1],[2]. Par la suite, il fait son coming out à son frère Arthur, qui lui apporte un soutien psychologique[1]. Pendant cette période, il est membre du Glee Club de l'université[1].

Après ses études, Larry Kramer s'enrôle dans les forces armées des États-Unis[1]. Il est notamment stationné à Governors Island, où il peut visiter Manhattan et le quartier de Greenwich Village[1], bien connu pour son association au mouvement de libération gay.

Débuts de carrière[modifier | modifier le code]

Son premier emploi hors l'armée est à la salle du courrier du William Morris Agency[1]. Il prend ensuite un poste comme opérateur de téléscripteur à Columbia Pictures, où il demeure pendant environ un an[1]. Il étudie le théâtre au Neighborhood Playhouse School of the Theatre avec Sanford Meisner et Sydney Pollack[1].

En 1960, Larry Kramer est à nouveau employé par Columbia Pictures en tant que lecteur de script[1]. Il est invité par Mo Rothman à travailler au studio de Columbia à Londres en 1961[1]. Il retourne à New York en 1965 pour travailler en tant qu'assistant de David V. Picker aux United Artists, mais il souhaite retourner en Europe travailler sur des films[1]. Picker le nomme producteur assistant sur le film Trois petits tours et puis s'en vont (Here We Go Round the Mulberry Bush), Kramer en réécrit notamment le scénario[1].

Larry Kramer est ensuite producteur du film Love (Women in Love), une adaptation du roman Femmes amoureuses (Women in Love) par D. H. Lawrence, à la demande de Silvio Narizzano[1]. Kramer souhaite que le dramaturge David Mercer écrive le scénario, ce qu'il finit par faire lui-même par faute de financement[1]. Le film, sort en 1969[3], mis en scène par Ken Russell, est nommé pour quatre Oscars du cinéma, dont un pour le scénario de Kramer[1]. Il écrit ensuite le scénario pour la comédie musicale Les Horizons perdus en 1970, remake du film de 1937 ; le film n'est pas un succès, mais Kramer peut investir l'argent qu'il a gagné et porter son attention vers son premier roman, Faggots[1], paru en 1978[2]. Le roman est controversé car perçu comme condamnant du style de vie de la communauté gai[2].

L'épidémie du sida[modifier | modifier le code]

Larry Kramer est l'un des premiers militants face à l'épidémie du sida. Il cofonde l'organisation Gay Men's Health Crisis (en) dès janvier 1982[1], quand l'épidémie terrifie mais reste mal connue scientifiquement. L'organisation est responsable de la première ligne directe d'info et d'aide sur le sida[1]. Dès le début de l'organisation, Kramer a une relation difficile avec le maire de New York, Ed Koch, ne le trouvant pas assez impliqué dans la crise[1].

À la suite de nombreux désaccords avec les membres de Gay Men's Health Crisis, Larry Kramer quitte l'organisation[1]. Il en fonde une nouvelle pour affronter la crise du sida, Act Up, en 1987[1]. Il donne un discours cette même année au Lesbian and Gay Community Services Center, puis il publie un op-ed dans le New York Times reprochant à la Food and Drug Administration le manque d'accès à des traitements contre le sida[1]. Act Up est reconnu pour avoir changé l'attitude de la Food and Drug Administration, des National Institutes of Health et du Congrès des États-Unis sur le sida et le traitement des patients[1]. Cependant, l'organisation a également attiré de la controverse pour la distribution de drogues qui n'avait pas été suffisamment testées[1].

Larry Kramer est connu durant les années de l'épidémie pour son attitude militante et ses coups d'éclat. il est l'un des manifestants contre le cardinal John Joseph O'Connor le 10 décembre 1989 à la Cathédrale Saint-Patrick de New York, et il organise ou participe à d'autres actions manifestantes, tels que couvrir la maison du sénateur Jesse Helms d'un préservatif géant et la fermeture du New York Stock Exchange par des manifestants[1].

The Normal Heart et The Destiny of Me[modifier | modifier le code]

Ses pièces de théâtre The Normal Heart (1985) et The Destiny of Me (1992) sont des pièces autobiographiques sur l'épidémie du sida[1]. The Normal Heart est une pièce réaliste qui présente une version fictive de la fondation de Gay Men's Health Crisis au début de l'épidémie[4]. Le personnage principal, Ned Weeks, est l'équivalent de Kramer, et tout comme Kramer et son frère Arthur, Ned est aidé après un certain temps par son frère hétérosexuel Ben[4].

The Destiny of Me est une pièce rétrospective qui suit The Normal Heart, où Ned dialogue avec une version plus jeune de lui-même, Alexander, pendant qu'il reçoit des traitements pour le sida[4]. La pièce a reçu de nombreuses distinctions, dont un prix Obie pour l'écriture dramatique[5], et des nominations aux prix Pulitzer[6] et prix Lambda Literary[7].

The Normal Heart a été adapté comme téléfilm en 2014 ; Kramer a écrit le scénario pour le film[3]. Une adaptation de The Destiny of Me, également avec scénario de Kramer, a été discutée à la suite du succès de The Normal Heart[8].

Larry Kramer Initiative for Lesbian and Gay Studies[modifier | modifier le code]

Le 2 avril 2001, l'université Yale fonde le Larry Kramer Initiative for Lesbian and Gay Studies[2]. Larry Kramer demandait que l'institution entreprenne une telle initiative depuis 1997 et il a fallu l'appui financier de son frère Arthur pour que l'université accepte[1],[2].

Santé[modifier | modifier le code]

Larry Kramer contracte le virus de l'immunodéficience humaine et l'hépatite B dans les années 1970[2]. Il est identifié comme séropositif en 1988[1]. En 2001, on lui a donné six mois à vivre en raison de l'hépatopathie, et il est initialement inéligible pour une transplantation hépatique[2]. Il reçoit cependant la transplantation le 21 décembre 2001 pendant une chirurgie de treize heures à Pittsburgh[1]. Un journal titre : « L'activiste anti-sida Larry Kramer est mort » (« AIDS activist Larry Kramer dies ») par erreur, puisque Kramer survit à l'opération [1].

Décès[modifier | modifier le code]

Larry Kramer meurt d'une pneumonie le 27 mai 2020, à l'âge de 84 ans[9],[10],[11].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Larry Kramer était marié à David Webster, un architecte rencontré dans les années 1970 et qu'il épouse le 3 juillet 2013 dans le NYU Langone Medical Center, où Larry Kramer reçoit des traitements à la suite d'une chirurgie de pontage[12]. Il a utilisé leur relation comme inspiration pour son premier roman, Faggots[12].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Fiction[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant que scénariste[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae af ag ah ai et aj (en) Michael Specter, « Larry Kramer, Public Nuisance », sur The New Yorker (consulté le )
  2. a b c d e f et g « Yale Alumni Magazine: Larry Kramer ’57 », sur archives.yalealumnimagazine.com (consulté le )
  3. a et b « Larry Kramer », sur IMDb (consulté le )
  4. a b et c (en) Larry Kramer, The Normal Heart and The Destiny of Me, New York, Grove Press, , 252 p.
  5. a et b (en-US) « 93 », sur Obie Awards (consulté le )
  6. a et b (en) « Drama », sur www.pulitzer.org (consulté le )
  7. a et b (en) « Previous Winners » (consulté le )
  8. (en) « Larry Kramer Hard at Work on The Normal Heart HBO Sequel & Hopes the Cast Will Reprise Their Roles », sur Broadway.com (consulté le )
  9. (en-US) Daniel Lewis, « Larry Kramer, Author and Outspoken AIDS Activist, Dies at 84 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  10. (en) Greg Evans et Greg Evans, « Larry Kramer Dies: The Normal Heart Playwright, AIDS Activist Was 84; Remembered As “An Undeniable Accelerant” For Change », sur Deadline, (consulté le )
  11. Gilles Paris, « Larry Kramer, dramaturge et cofondateur d’Act Up, est mort à 84 ans », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le )
  12. a et b (en-US) Patrick Healy, « Larry Kramer Is Married in Hospital Ceremony », sur ArtsBeat, (consulté le )
  13. a b c d et e Chambers, Colin., The Continuum companion to twentieth century theatre, Continuum, 2006, ©2002, 896 p. (ISBN 978-0-19-975472-4, 0-19-975472-1 et 978-1-84714-612-0, OCLC 823862760, lire en ligne)
  14. a et b Jenny Stringer, The Oxford Companion to Twentieth-century Literature in English, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-151647-4, 978-0-19-172757-3 et 0-19-172757-1, OCLC 435804110, lire en ligne)
  15. (en-US) « The American People: Volume 1 », sur US Macmillan (consulté le )
  16. (en-US) « The American People: Volume 2 », sur US Macmillan (consulté le )
  17. (en-US) « Awards – American Academy of Arts and Letters » (consulté le )
  18. (en) « 2013 PEN/Laura Pels International Foundation for Theater Award for a Master American Dramatist », sur PEN America, (consulté le )
  19. (en-US) « Winners », sur tonyawards.com (consulté le )
  20. « Film in 1970 », sur awards.bafta.org (consulté le )
  21. (en) « The 43rd Academy Awards », sur Oscars.org | Academy of Motion Picture Arts and Sciences (consulté le )
  22. (en) « Outstanding Writing In A Miniseries Or A Special Nominees / Winners 2014 », sur Television Academy (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]