Lamontjoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lamontjoie
Lamontjoie
La mairie et l'église Saint-Louis.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Nérac
Intercommunalité Communauté de communes Albret Communauté
Maire
Mandat
Pascal Boutan
2020-2026
Code postal 47310
Code commune 47133
Démographie
Population
municipale
604 hab. (2018 en augmentation de 19,6 % par rapport à 2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 04′ 34″ nord, 0° 31′ 18″ est
Altitude Min. 87 m
Max. 201 m
Superficie 17,75 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Agen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de l'Albret
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Lamontjoie
Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne
Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Lamontjoie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lamontjoie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lamontjoie

Lamontjoie est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine d'Agen. Elle est limitrophe du département du Gers.

Accès[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Petit Auvignon, le Ruisseau de Barrail, le Ruisseau de Junca et le Ruisseau de la Jorle sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Lamontjoie et des proches communes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lamontjoie est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Agen, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 81 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (94,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (80,4 %), zones agricoles hétérogènes (9 %), forêts (5,3 %), prairies (2,4 %), zones urbanisées (1,4 %), eaux continentales[Note 3] (1,4 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'oïl montjoie est attesté au sens de « monticule servant d’observatoire, tas de pierre ou édicule pour indiquer le chemin ou pour garder un souvenir glorieux »[8] et sa traduction en occitan montjòia prend le sens de « bloc de pierre servant de borne ou de limite ou consacrant un souvenir ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Des reliques de saint Louis, le roi de France Louis IX, sont à Lamontjoie depuis que le petit-fils de saint Louis, Philippe Le Bel les a envoyées en 1299, au moment où il confirme l'acte de fondation de la bastide de Lamontjoie de Saint-Louis[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 1977 Émile Soler    
1977 ? René Itard    
mars 2001 décembre 2004 Michel Moreau    
février 2005 mars 2008 Gilbert Carrère    
mars 2008 En cours Pascal Boutan DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2018, la commune comptait 604 habitants[Note 4], en augmentation de 19,6 % par rapport à 2013 (Lot-et-Garonne : −0,36 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
641682755804795803941954958
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
962964938927874866826826739
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
684655630555571550536518544
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
494471411390400455491497523
2018 - - - - - - - -
604--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune domine un lac de 13 hectares au bord duquel se situe un camping 3 étoiles appelé Sites et Paysages Saint-Louis.

On y pratique des activités nautiques et la pêche à la carpe.

Se trouvent à Lamontjoie une caserne de pompiers SDIS, une maison de retraite avec 70 lits, une pharmacie, un restaurant réputé, une épicerie multi-services avec tout ce qui est indispensable ainsi que la presse, le tabac et un service postal,

Des marchés de producteurs ont lieu l'été tous les jeudis à 19h.

La fête des plantes rares, de plus en plus appréciée, a lieu le 3ème dimanche d'avril : Prochaine édition le .

Santé[modifier | modifier le code]

Sont présents sur Lamontjoie un médecin, un pharmacien, un ostéopathe et deux infirmières

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jules Poirée (1817-1866), ingénieur spécialiste des chemins de fer, né sur la commune.
  • Marie Poirée (1848 - 1911), née à Lamontjoie (Garcin), militante républicaine, défenseur de l'enseignement public et de l'éducation des femmes, amie d'Armand Fallières et des épouses de Jules Grévy et Jules Ferry.
  • Étienne Charles René Souèges, botaniste français, président de la société botanique de France né le sur la commune et mort le
  • André Gil d'Artagnan, passionné d'aventure et d'histoire maritime. Il part avec son épouse Nady et leurs enfants, Bérénice et Aurélien pour réaliser un tour d'Afrique avec un bateau réalisé selon le modèle de l'Égypte antique appelé Le Pount. L'objectif est d'apporter la preuve que les marins égyptiens en avaient déjà fait le tour.
  • Gilbert Carrère (1925-2015), né à Lamontjoie, préfet de région honoraire, proche collaborateur du Général de Gaulle et du président Pompidou, ancien maire de Lamontjoie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ernest Crozet, Notice historique et archéologique sur la commune de Lamontjoie, p. 331-339, Recueil des travaux de la Société d'agriculture, sciences et arts d'Agen, 1858-1859, tome 9 (lire en ligne)
  • Jean Payen, Bastide et église de Lamontjoie, p.  113-116, dans Congrès archéologique de France. 127e siècle. Agenais. 1969, Société française d'archéologie, Paris, 1969

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 29 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 29 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 29 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 avril 2021)
  8. « Étymologie Montjoie », wiktionnaire (consulté le 4 décembre 2015).
  9. Sud-Ouest : Lamontjoie (47) : la bastide exhume son roi et le consacre (30/6/2014).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. « Château d'Escalup », notice no PA47000040, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Inventaire général : maison forte dite Château d'Escalup », notice no IA47000754, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « église Saint-Louis », notice no PA00084143, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « retable du maître-autel », notice no IM47001156, base Palissy, ministère français de la Culture.
  18. J. R. Marboutin, Autel du Paravis, p. 289-300, Revue de l'Agenais, 1909, tome 36 (lire en ligne)