Saint-Vincent-de-Lamontjoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vincent.
Saint-Vincent-de-Lamontjoie
L'église de Saint-Vincent-de-Lamontjoie au matin de janvier par beau temps.
L'église de Saint-Vincent-de-Lamontjoie au matin de janvier par beau temps.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Nérac
Canton L'Albret
Intercommunalité Albret Communauté
Maire
Mandat
Pierre Dufust
2014-2020
Code postal 47310
Code commune 47282
Démographie
Gentilé Vincentmontjouais, Vincentmontjouaises
Population
municipale
259 hab. (2015 en augmentation de 0,78 % par rapport à 2010)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 09″ nord, 0° 30′ 47″ est
Altitude Min. 69 m
Max. 195 m
Superficie 15,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Vincent-de-Lamontjoie

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Saint-Vincent-de-Lamontjoie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-de-Lamontjoie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-de-Lamontjoie

Saint-Vincent-de-Lamontjoie est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Vincent-de-Lamontjoie
Saumont Laplume
Nomdieu Saint-Vincent-de-Lamontjoie
Lamontjoie

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Pierre Chiesa    
mars 2008 en cours Pierre Dufust   Retraité[1]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2015, la commune comptait 259 habitants[Note 1], en augmentation de 0,78 % par rapport à 2010 (Lot-et-Garonne : +0,69 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
572 621 559 630 670 609 593 576 565
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
574 547 515 522 440 460 407 406 358
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
363 371 346 336 305 349 309 326 299
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
277 245 216 189 197 235 241 246 257
2015 - - - - - - - -
259 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Vincent de Lamonjoie a la particularité d'avoir son clocher détaché de l'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

C'est à Saint-Vincent-de-Lamontjoie au lieudit Gardère, qu'est née, le 29 avril 1940 de Santé et Marie CASASOLA, Gabrielle CASASOLA.

Après la guerre, alors que la plupart des Italiens avaient laissé au pays leur famille, les missionnaires italiens avaient pris pour habitude de les emmener en pèlerinage à Bon-Encontre chaque 1er mai.

C'était la grande fête : ils revivaient leur culture gaie, enthousiaste et latine. Cela a duré pendant de nombreuses années. Puis cela a cessé en 1960. En 2002, c'est donc Gabrielle CASASOLA qui a eu l'idée de faire revivre ce rassemblement des Italiens à Bon-Encontre qui a eu un grand succès.Ces rassemblements se sont poursuivis au rythme de un tous les deux ans.

Le dernier s'est tenu en 2008. Ces rassemblements ont chaque fois accueilli jusqu'à 1 000 personnes. Tous venaient de régions différentes : Marseille, Perpignan, Bordeaux, Toulouse, Paris et surtout d'Italie.

Les relations avec le Friul étaient très étroites car la plupart des I lot et Garonnais, sont natifs de l'Italie du Nord. Ils avaient encore de la famille au pays et les maires et personnalités religieuses, organisaient des autocars pour venir à Bon Encontre participer à ces retrouvailles.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.adm47.asso.fr/annuaire.php?fiche=61&type=0 sur le site de l'Amicale des Maires de Lot-et-Garonne
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.