Lama Denys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dhondup.
Lama Denys Rinpoché
Description de cette image, également commentée ci-après

Lama Denys Rinpoché

Naissance 1949
Paris (France)
École/tradition Kagyüpa (Bouddhisme tibétain)
Maîtres Kalou Rinpoché, Dudjom Rinpoché, Kangyur Rinpoché, 10e Pawo Rinpoché, Dilgo Khyentsé Rinpoché, 16e Karmapa

Rinpoché

Lama Denys Teundroup Rinpoché est un maître bouddhiste français de la tradition kagyüpa du bouddhisme tibétain. Principal héritier occidental de Kalou Rinpoché, il est le fondateur et le supérieur du Sangha Dashang Rimay, une communauté bouddhiste devenue congrégation[1]. Il œuvre aujourd'hui à la transmission de la tradition du Bouddha à travers le monde, en particulier dans sa filiation Shangpa Kagyü, Mahâmudrâ et Dzogchen. Il est l'auteur de nombreuses traductions de textes traditionnels et dirige aujourd'hui, suivant les instructions de Kalou Rinpoché, la traduction française du Trésor des Connaissances, la grande encyclopédie du Dharma compilée au XIXe siècle par Jamgön Kongtrül Lodrö Tayé. Il participe très activement au dialogue inter-religieux et est à l'initiative de nombreuses rencontres inter-traditions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lama Denys et Kalou Rinpoché à l'Institut Karma Ling en Savoie

Lama Denys est né à Paris en 1949. À 18 ans, il rencontre lors d'un voyage dans l'Himalaya indien le grand maître bouddhiste tibétain Kalou Rinpoché. Lama Denys apprend la langue tibétaine, s'installe en Inde quelques années plus tard et entame une formation traditionnelle. Il devient le disciple et traducteur personnel de Kalou Rinpoché qui lui transmet l'expérience et les enseignements du Mahâmudrâ et du Dzogchen lors de nombreuses retraites.

Il reçoit ensuite plusieurs transmissions des lignées kagyüpa, nyingmapa et sakyapa par le biais de grands maîtres tels que Dudjom Rinpoché, Kangyur Rinpoché, le 10e Pawo Rinpoché, Dilgo Khyentsé Rinpoché ou encore le 16e Karmapa.

Kalou Rinpoché lui demande d'enseigner dès 1979, et le reconnaît Vajrâchârya (maître du Vajrayâna) en 1984. Depuis, Lama Denys Rinpoché dirige le centre de retraite traditionnelle de trois ans à l'institut Karmaling.

En 1994, Taï Sitou Rinpoché (l’un des quatre régents de l’école karma-kagyu) l'investit comme Supérieur ou Lama Rinpoché de la communauté Sangha Dashang Rimay.

Lama Denys Rinpoché est également président honoraire de l'Union bouddhiste européenne[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Avec Jean-Yves Leloup et Faouzi Skali, Guérir l'esprit. Le colloque de Bodhgaya, Albin Michel, 2001. ; réed. Albin Michel, coll. Espaces libres, 2004.
  • La lignée Shangpa Kagyu, revue Dharma no 50, éditions Prajna.
  • Le Dharma et la vie, éditions Albin Michel, 1993.
  • Avec Arnaud Desjardins, Dialogue à deux voies, éditions La Table Ronde.
  • La voie du Bonheur, éditions Actes Sud.
  • Dialogue avec un Lama Occidental, entretiens avec Philippe Kerforne, éditions Dervy-livres, collections À mots ouverts, novembre 1991.
  • Comprendre dans l'expérience, éditions Rimay, juillet 2009.
  • L'entraînement de l'esprit, éditions Rimay, avril 2010.
  • Les préliminaires du vajrayâna, éditions Rimay, juillet 2010
  • Un nouveau monde en marche, éd. Yves Michel, 2012, de Laurent Muratet et Étienne Godinot, collectif avec entre autres Akhenaton, Christophe André, Stéphane Hessel (préface), Jean-Marie Pelt, Pierre Rabhi, Matthieu Ricard, Jean Ziegler.
  • Traduction de : Dezhung Rinpoché, Le Flambeau de la Voie de la Libération, Editions Rimay, 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reconnue par Décret d’état publié au Journal Officiel le 21 février 1994.
  2. Sur le site de l'EBU

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]