La Ronde (Schnitzler)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Ronde.

La Ronde (en allemand : Reigen) est une pièce de théâtre de l'écrivain viennois d'origine juive Arthur Schnitzler écrite en 1897. La publication de la pièce en 1903, sa censure en 1904 déclenchèrent un long scandale de plus de deux décennies. La pièce ne fut créée que le 23 décembre 1920 à Berlin et le 1er février 1921 à Vienne. Les premières représentations donnèrent lieu à deux procès gagnés par les partisans de la pièce.

Le titre[modifier | modifier le code]

La pièce La Ronde. Dix dialogues fut d'abord intitulée Liebesreigen (La Ronde d'amour). Sur la suggestion d'Alfred Kerr, un de ses amis, Schnitzler accepta de modifier le titre en Reigen, pour minimiser le scandale et les risques de censure prévisibles[1],[2].

Argument[modifier | modifier le code]

La pièce est constituée de dix brefs dialogues entre deux personnages, un homme et une femme qui ont une relation sexuelle. Le spectateur assiste aux préliminaires, au jeu de séduction ou de pouvoir, et à la fin du tête-à-tête. L'acte sexuel lui-même n'est pas mis en scène. La ronde est constituée par le fait que chacun des protagonistes a deux partenaires successifs et apparaît donc dans deux scènes consécutives, et que le dernier personnage a une relation avec la première.

Arthur Schnitzler dépeint la société viennoise de la fin du XIXe siècle, en présentant des personnages issus de toutes les classes sociales. Selon son Journal, Schnitzler commence la pièce - qu'il qualifie d'« hémicycle de dix dialogues » - le 23 novembre 1896, et la termine le 24 février 1897. Il écrit à Olga Waissnix le 26 février « De tout l'hiver, je n'ai écrit qu'une suite de scènes parfaitement impubliables et sans grande portée littéraire, mais qui, si on l'exhume dans quelques centaines d'années, jettera sans doute un jour singulier sur certains aspects de notre civilisation »[3],[4].

Personnages[modifier | modifier le code]

Les personnages ne sont donnés que par leur type. Leur prénom n'est révélé qu'incidemment au cours du dialogue.

  • La prostituée (die Dirne), Léocadia
  • Le soldat (der Soldat), Franz
  • La femme de chambre (das Stubenmädchen), Marie
  • Le jeune monsieur (der junge Herr), Alfred
  • La femme mariée (die junge Frau), Emma
  • L'époux (der Ehemann ou der Gatte), Karl
  • La grisette (das süsse Mädel)
  • L'auteur (der Dichter), Robert
  • La comédienne (die Schauspielerin)
  • Le comte (der Graf)

Ordre des dialogues[modifier | modifier le code]

Les dialogues fixent l'ordre de la ronde. Les indications scéniques sont réduites. Cependant, Schnitzler indique assez précisément le lieu - dessinant une sorte de topographie viennoise du plaisir - et le moment des différents dialogues.

  1. La prostituée et le soldat
  2. Le soldat et la femme de chambre
  3. La femme de chambre et le jeune monsieur
  4. Le jeune monsieur et la femme mariée
  5. La femme mariée et l'époux
  6. L'époux et la grisette
  7. La grisette et l'auteur
  8. L'auteur et la comédienne
  9. La comédienne et le comte
  10. Le comte et la prostituée

Réception de l'œuvre[modifier | modifier le code]

En raison de sa thématique sexuelle, la pièce déclencha l'un des plus longs scandales de la littérature allemande[5]. Au-delà de la question des « bonnes mœurs » et de la censure, elle servit de vecteur à l'antisémitisme.

La pièce parut à deux cent exemplaires pour la première fois en 1900 pour des amis aux frais de l'auteur[6]. Cependant, même si cette édition n'était pas destinée à la vente, la pièce donna lieu à une recension critique d'Alfred Kerr dans la Neue deutsche Rundschau[7].

La première publication publique par un récent éditeur viennois Wiener Verlag eut lieu le 2 avril 1903[8],[9]. Le succès fut immédiat : en onze jours, 4 000 exemplaires avaient été écoulés. Les ventes atteignirent 11 000 exemplaires à la fin 1903, puis 20 000 en mars 1904[10], etc. Plusieurs critiques parurent dans la presse. Les premières crispations relative au thèmes se font alors sentir : le rédacteur en chef du Neuer Wiener Tagblatt refuse d'en faire paraître une critique, et déclare : « Was brauch (sic) ein Jud solche Schweinereien zu schreiben »[11].

L'interdiction en 1904 n'empêcha pas la circulation du texte, qui trouva un éditeur allemand en 1908. La pièce est créée seulement en 1921 à Berlin. Elle faisait toujours scandale à cause de son sujet, la sexualité. Son auteur était considéré par Sigmund Freud comme son « sosie » sur le plan artistique et les deux ont fait l'objet d'attaques antisémites tant à Berlin qu'à Vienne.

« On assista à des protestations violentes contre "l'ouvrage ignoble de ce juif viennois (...) et on entendit scander « À bas les juifs ! » À Vienne, la presse conservatrice nationaliste avait entretenu contre l'auteur un climat antisémite en qualifiant de « pornographe » ou de « cochon de littérateur juif ». (…) Le député chrétien-social Ignaz Seipel sut récupérer politiquement cette hostilité ambiante en affirmant que « la social-démocratie ne peut s'empêcher d'intervenir et de déclencher des manifestations violentes chaque fois qu'il s'agit de défendre une quelconque machination juive[12]. »

La première traduction en français paraît en 1912 et est due à Maurice Rémon et Wilhelm Bauer[13].

Adaptation au cinéma[modifier | modifier le code]

Opéra[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Introduction à La Ronde de Brigitte Vergne-Cain, La Pochothèque, p. 45.
  2. Pfoser 1993, p. 28
  3. Introduction à La Ronde de Brigitte Vergne-Cain, p. 44.
  4. Pfoser 1993, p. 43
  5. Pfoser 1993, p. 9
  6. Pfoser 1993, p. 44
  7. Pfoser 1993, p. 45
  8. Introduction à La Ronde de Brigitte Vergne-Cain, p. 46.
  9. Pfoser 1993, p. 46
  10. Pfoser 1993, p. 49
  11. Pfoser 1993, p. 50
  12. Karl Fallend : « Le prof. Freud demande la tolérance ! » et des points de suspension qui ont agité le divan et la politique p. 106-107-108.; in : Anna G (carnets) : Mon analyse avec le Professeur Freud., Ed. Aubier, psychanalyse, 2010, (ISBN 978-2-7007-0405-1)
  13. Note de La Ronde de Brigitte Vergne-Cain, p. 1173.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Éditions françaises[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

  • (de) Alfred Pfoser, Kristina Pfoser-Schewig et Gerhard Renner, Schnitzlers « Reigen » : Zehn Dialoge und ihre Skandalgeschichte, t. 1 : Der Skandal. Analysen und Dokumente, Frankfurt am Main, Fischer Taschenbuch Verlag, coll. « Information und Materialen zur Literatur »,‎ juin 1993 (1re éd. 1993), 421 p. (ISBN 978-3-596-10894-7) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (de) Alfred Pfoser, Kristina Pfoser-Schewig et Gerhard Renner, Schnitzlers « Reigen » : Zehn Dialoge und ihre Skandalgeschichte, t. 2 : Die Prozesse. Analysen und Dokumente, Frankfurt am Main, Fischer Taschenbuch Verlag, coll. « Information und Materialen zur Literatur »,‎ juin 1993 (1re éd. 1993), 373 p. (ISBN 978-3-596-10895-4) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Article connexe[modifier | modifier le code]