La Huitième Fille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Huitième Fille
Auteur Terry Pratchett
Pays d’origine Royaume-Uni
Genre Fantasy
Apercu
Personnages Eskarina Lefèvre ;
Mémé Ciredutemps
Lieux Lancre ;
Ankh-Morpork
Thèmes Fantasy ;
Féminisme
Version originale
Titre original Equal Rites
Éditeur original Victor Gollancz
Langue originale anglais
Parution originale 1987
Version française
Parution 1994
Précédent Le Huitième Sortilège
Suivant Mortimer

La Huitième Fille est le troisième livre des Annales du Disque-monde de l'écrivain anglais Terry Pratchett. Traduit par Patrick Couton, il fut publié en France en 1994 chez L'Atalante (ISBN 2-905158-84-0) et en 2000 chez Pocket (ISBN 2-266-11151-5). L'œuvre originale fut publiée en 1987 sous le titre Equal Rites.

Résumé[modifier | modifier le code]

Ce roman est totalement indépendant des deux premiers des Annales et commence la sous-série des sorcières.

Le mage Tambour Billette, sachant sa fin proche, doit transmettre sa magie avant de suivre la Mort. Il se rend dans un village où la naissance du huitième fils d'un huitième fils va avoir lieu ; cette généalogie particulière est un présage de magie forte. Billette parvient à convaincre le futur père, le forgeron Lefèvre, de le laisser léguer sa magie et son bourdon au nouveau-né. Ce n'est qu'une fois que la Mort a pris son âme que Billette réalise que l'enfant est une fille, Eskarina, or aucune femme ne peut prétendre devenir mage, mais il est trop tard.

La fillette grandit et montre peu à peu des signes magiques qu'elle ne contrôle pas. Son père décide de confier l'enfant à Mémé Ciredutemps, une sorcière vivant proche de son village, mais cette dernière comprend également qu'elle sera incapable d'apprendre à Esk comment maîtriser sa magie et décide de la faire inscrire à l'Université de l'Invisible d'Ankh-Morpork, en dépit de la règle qui veut qu'aucune femme ne puisse suivre les cours de l’Université.

Devant les mages amusés, Esk ne parvient pas à se faire reconnaître comme mage, Mémé Ciredutemps la fait donc engager comme servante, déguisant son bourdon comme un balai. Esk suit ainsi discrètement les cours mais aussi les progrès de Simon, un étudiant qu'elle a rencontré sur la route d'Ankh-Morpork, de grand talent, ayant une vision radicalement différente de l'univers et de la magie mais à la timidité maladive.

La magie de Simon provoque accidentellement une nouvelle brèche vers les Dimensions de la Basse-Fosse, entrainant Esk. Son bourdon, doué d'une volonté propre et protégeant son possesseur, assomme Simon, ce qui permet la fermeture de la brèche mais enferme l'esprit de Simon dans les Dimmensions. Esk repousse son bourdon dans la rivière et part sauver son ami. En réaction, le bourdon crée une forte tempête qui provoque des inondations dans la ville et l'université. Mémé Ciredutemps doit convaincre l'Archichancelier Biseauté, directeur de l’Université, de venir en aide à la fillette ; la dispute vire au duel de magie, qui se termine en un match nul.

Esk et Simon se retrouvent dans les Dimensions et ensemble, trouvent la faiblesse des créatures peuplant ce monde : ils sont effrayés par les mages puissants qui choisissent de ne pas faire usage de leur pouvoir. Mémé Ciredutemps et Biseauté retrouvent le bourdon, grâce auquel ils ramènent Esk et Simon. La fillette est finalement acceptée au sein de l'Université, où avec Simon, elle va développer une nouvelle forme de magie.

Thèmes[modifier | modifier le code]

  • La place des hommes et des femmes dans les traditions, l'égalité des sexes ;
  • Les placebos et la médecine traditionnelle rurale (une grande partie de la magie de Mémé Ciredutemps est fondée sur les croyances des gens du village).

Personnages[modifier | modifier le code]