L'inspecteur ne renonce jamais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir The Enforcer.
L’inspecteur ne renonce jamais
Titre original The Enforcer
Réalisation James Fargo
Scénario Stirling Silliphant
Dean Riesner
Acteurs principaux
Sociétés de production Malpaso
Warner Bros.
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Policier
Durée 93 minutes
Sortie 1976

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L’inspecteur ne renonce jamais (The Enforcer) est un film américain de James Fargo sorti en 1976. Il s'agit du troisième film de la série L’Inspecteur Harry.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Quelques années après avoir vaincu l'escadron de la mort[1], Harry Callahan enquête sur un groupe terroriste appelé la Force de Frappe du Peuple, dont le chef Bobby Maxwell est vétéran du Vietnam, et rayé de l'armée à cause de sa schizophrénie. Cette organisation extrémiste réclame deux millions de dollars à la ville de San Francisco.

Irrité par la violence qu'utilise Harry ainsi que par les dégâts qu'il a faits lors d'une prise d'otage au début du film, le lieutenant Mc Cay décide de le muter au service du personnel. Il fait partie du jury pour un examen d'embauche, où le maire a donné l'ordre d'accepter cinq hommes et trois femmes futurs inspecteurs. Harry agacé par cette idée fait tout pour décourager une des candidates, Kate Moore, à devenir inspecteur. Néanmoins, les ordres du maire passent dessus toute logique et Kate se fait embaucher d'office comme inspecteur bien qu'elle ait neuf ans d'expérience au service du personnel, sans avoir fait aucune arrestation dans sa carrière ni avoir été confrontée à des situations périlleuses.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Drapeau des États-Unis États-Unis :
Drapeau de la France France :

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le premier script, intitulé Moving Target, est écrit par deux jeunes étudiants en cinéma de San Francisco, Gail Morgan Hickman et S.W. Schurr. Fans des deux premiers films, ils s'inspirent du kidnapping de Patricia Hearst en 1974 par l'Armée de libération symbionaise pour écrire leur scénario. Ne connaissant personne dans le milieu cinématographique, ils décident de se rendre au restaurant de Clint Eastwood à Carmel-by-the-Sea, le Hog's Breath Inn. Ils le donnent à l'associé d'Eastwood qui, d'abord réticent, le donne à l'acteur. Ce dernier est séduit par l'idée globale, malgré quelques retouches à prévoir[2].

Clint Eastwood devait à l'origine réaliser le film. Mais en raison de son implication sur Josey Wales hors-la-loi, il passe la main à James Fargo, son assistant-réalisateur sur Josey Wales hors-la-loi et La Sanction[2].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu principalement à San Francisco, mais également à Fort Baker, Mill Valley ou sur l'Île d'Alcatraz[4].

Musique[modifier | modifier le code]

The Enforcer
The Original Score
Bande originale de Jerry Fielding
Sortie [5] (CD)
Durée 40:11
Genre musique de film
Critique

Albums de Jerry Fielding

Bandes originales de L'Inspecteur Harry

La musique du film est composée par Jerry Fielding. C'est le seul film de la saga où la musique n'est pas composée par Lalo Schifrin.

Liste des titres
No Titre Durée
1. Prologue / Main Title 3:20
2. Harry's World 1:03
3. Warehouse Heist 5:20
4. Code Blue 1:16
5. Rooftop Chase 6:20
6. Raid On Mustafa 1:17
7. Kidnap Zap 3:46
8. Tiffany's Number Eleven 3:18
9. The Shooting Nun 1:15
10. Alcatraz Encounter 4:26
11. Death On The Rock 3:06
12. Finale (Elegy For Inspector Moore) 3:00
13. Finale (Alternate) 2:56

Réplique culte[modifier | modifier le code]

Face aux méthodes expéditives de Harry, le capitaine McKay, son supérieur, est un petit roquet incarnant la pesanteur bureaucratique. Cassant, imbu de lui-même, il s'attire des répliques cinglantes de Harry. La plus mémorable est délivrée en présence du maire :

McKay : Rendez-moi votre étoile !
Harry : Tenez, ça va vous faire un suppositoire à sept branches !
McKay : Qu'est-ce que vous osez dire ?
Harry : J'ai dit : « Collez-vous l'étoile dans le cul ! »[7]

Box-office[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Accusation de plagiat[modifier | modifier le code]

Un auteur accusa Clint Eastwood de plagiat pour le titre du film, The Enforcer. Clint Eastwood se défendit en précisant que le titre était un hommage au titre original du film La Femme à abattre avec Humphrey Bogart sorti en 1951[2].

Version française[modifier | modifier le code]

Dans la VF, pour simplifier la prononciation, Harry ne se fait plus appeler Callahan, mais Callagan.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. voir Magnum Force
  2. a, b, c et d (en) Anecdotes - Internet Movie Database
  3. Dates de sortie - Internet Movie Database
  4. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  5. (en) Fielding – The Enforcer (The Original Score) L'inspecteur ne renonce jamais sur Discogs
  6. (en) « Jerry Fielding - The Enforcer (1976 Soundtrack) », sur AllMusic (consulté le 13 décembre 2015)
  7. « L'inspecteur ne renonce jamais », sur kaakook.fr (consulté le 24 décembre 2015).
  8. (en) [boxofficemojo.com/movies/?id=enforcer.htm Box-office] - Box Office Mojo. Consulté le .
  9. (fr) Box-office - Jp's Box-office. Consulté le .