L'Interview qui tue !

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Interview (homonymie).
L'Interview qui tue !
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du film

Titre original The Interview
Réalisation Evan Goldberg
Seth Rogen
Scénario Evan Goldberg
Seth Rogen
Dan Sterling
Acteurs principaux
Sociétés de production Point Grey Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Durée 152 minutes
Sortie 2014

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Interview qui tue ! (The Interview) est un film américain écrit et réalisé par Evan Goldberg et Seth Rogen et sorti en 2014.

À la suite d'une vague de piratage et à des menaces terroristes, Sony Pictures Entertainment annonce l'annulation de la sortie du film prévue pour le 25 décembre 2014 pour raisons de sécurité avant de faire volte-face et de finalement autoriser la sortie dans quelques salles américaines pour le jour de Noël et en VàD aux États-Unis dès le [1]. Le film a engrangé 1 million de dollars le jour de sa première diffusion[2].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dave Skylark (James Franco) anime le talk-show Skylark Tonight, au cours duquel il interroge des célébrités sur des sujets intimes. Alors que Dave et son équipe fêtent leur 1000e épisode, ils découvrent que le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (Randall Park) est un fan de leur émission, ce qui incite le producteur de l'émission Aaron Rapoport (Seth Rogen) à lui proposer une interview. Cependant l'agent de la CIA, Lacey (Lizzy Caplan) propose à Dave et Aaron d'assassiner Kim pour faciliter un coup d'État. Ces derniers acceptent à contrecœur. Arrivés en Corée du Nord, ils s'apercevront que tout ne se passera pas aussi bien que prévu.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[8] et selon le carton du doublage français cinématographique.

Production[modifier | modifier le code]

Le budget de production s’est élevé à 44 millions de dollars américains et la campagne de promotion avait déjà coûté environ 35 millions avant son interruption[9].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

L'Interview qui tue ! reçoit en majorité des critiques mitigées. L'agrégateur Rotten Tomatoes rapporte que 52 % des 64 critiques ont donné un avis positif sur le film, avec une moyenne de 5,9/10[10]. De même, l'agrégateur Metacritic donne une note de 52 sur 100 indiquant des « critiques mitigées »[11], certains journaux comparent même le côté comique du film à une « pénurie alimentaire communiste ».

Box-office[modifier | modifier le code]

L'Interview qui tue ! est distribué en salles aux États-Unis en sortie limitée le dans 331 salles[12] et engrange 1 million de dollars le jour de sa sortie[13]. Le magazine Variety annonce que ce résultat obtenu à cette période est un « lancement impressionnant pour un titre joué dans seulement 300 salles indépendantes aux États-Unis »[14]. Finalement, le long métrage, qui n'a jamais été diffusé au-delà de 581 salles au cours de son exploitation, engrange 6 105 175 $ de recettes[13]. À l'international, il totalise 5,2 millions de dollars supplémentaires, portant le total pour les recettes mondiales à 11 305 175 $[13].

Dans les quatre jours de sa sortie en vidéo à la demande le , L'Interview qui tue ! totalise 15 millions de dollars de recettes dans les locations et achats en ligne, devenant le film le plus rentable de Sony Pictures sur ce marché, dépassant Arbitrage (14 millions de $), Bachelorette (8,2 millions de $) et Snowpiercer (7 millions de $)[15]. Il s'agit du film le plus vendu en 2014 sur Google Play et YouTube[16]. Au , L'Interview qui tue ! a déjà engrangé plus de 40 millions de dollars de recettes dans la vente en ligne et la location[17].

Controverse[modifier | modifier le code]

À la sortie de la bande-annonce du film, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un réagit vivement contre le film. Il demande même à l'ONU de sévir contre James Franco et Seth Rogen. Son porte-parole déclare ainsi : « Il y a ceci d'ironique dans l'intrigue, qui montre le désespoir du gouvernement des États-Unis et de la société américaine. L'assassinat d'un leader étranger renvoie à ce que les États-Unis ont fait en Afghanistan, Irak, Syrie et Ukraine. Et n'oublions pas qui a tué Kennedy : les Américains »[18]. En novembre 2014, le régime nord-coréen publie même un communiqué de presse[19] :

« Ces cinéastes vulgaires, appâtés par quelques dollars jetés vers eux par des conspirateurs, ont sali la dignité et la conscience du cinéma en osant produire et réaliser un tel film. En conséquence, ils doivent être sévèrement punis. […] Pitoyables sont les États-Unis, cherchant désespérément à affaiblir l'autorité de notre République, pourtant plus puissante chaque jour, avec un film minable, alors qu'aucune pression ou menace n'a jamais fonctionné contre nous. »

Sony, le propriétaire du studio Columbia, fait l'objet d'une cyberattaque d'un groupe de hackers se faisant appeler « Guardians of Peace » dans le but de voler des informations confidentielles autour du film et qu'ils ont commencé à dévoiler publiquement, comme les salaires de Seth Rogen et James Franco. Ce groupement aurait également menacé de publier des informations encore plus sensibles concernant les comédiens et le studio[20],[21].

Peu après, ces mêmes pirates menacent d'attaquer les endroits où serait diffusé le film :

« Nous allons vous montrer clairement dans tous les lieux où L'interview qui tue ! sera diffusé, notamment lors de l'avant-première, à quel destin tragique sont voués ceux qui cherchent à se moquer de la terreur. Rappelez-vous le 11 septembre 2001. Nous vous recommandons de vous tenir à distance des endroits [où le film sera projeté]. » « Et si votre maison est à proximité, vous devriez partir. »

Face à ces menaces, seule l'avant-première new-yorkaise du film ainsi que sa tournée de promotion sont annulées[22]. Cependant, devant le nombre important de chaînes de cinémas annulant leurs projections, Sony décide de ne pas sortir le film en salle[23], avant de faire volte-face sous le flot de critiques, et de finalement autoriser la sortie dans quelques salles américaines pour le jour de Noël et en VàD aux États-Unis dès le [24].

En France, après l'annulation, pendant un temps, de la sortie dans les salles américaines et mondiales, L'Interview qui tue ! voit sa date de sortie repoussée au , mais est finalement distribué dans 120 salles le [25],[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Volte-face de Sony Pictures : “L’interview qui tue” sort en salles, Euronews.fr, le 24 décembre 2014.
  2. « « The Interview » : 1 million de dollars de recette dès le premier jour de diffusion ».
  3. http://www.allocine.fr/film/fichefilm-219994/dvd-blu-ray/?cproduct=295631
  4. (en) Seth Rogen and Evan Goldberg to Direct THE INTERVIEW; James Franco May Star - Collider.com
  5. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  6. http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/The-Interview-sortira-finalement-en-France-fin-janvier-4112810
  7. http://www.superclub.videotron.com/film.aspx?id=10799
  8. « Fiche du doublage français du film » sur RS Doublage
  9. https://www.lemonde.fr/economie/article/2014/12/18/sony-cede-aux-hackeurs-et-annule-la-sortie-de-son-film_4542736_3234.html#Rjlyqo5CufWbpwMa.99
  10. (en) « The Interview (2011) », sur rottentomatoes.com, Rotten Tomatoes (consulté le 26 décembre 2014)
  11. (en) « The Interview », sur metacritic.com, Metacritic (consulté le 26 décembre 2014)
  12. (en) Lisa de Moraes, Nellie Andreeva, « ‘The Interview’ Release: 331 Theaters Aboard For Christmas Day », Deadline.com, (consulté le 27 décembre 2014)
  13. a b et c (en) « The Interview », sur Box Office Mojo (consulté le 27 décembre 2014)
  14. Dave McNarry, « Box Office: ‘The Interview’ Earns $1 Million on Christmas; ‘Unbroken,’ ‘Into the Woods’ Surging to $40M », Variety, (consulté le 27 décembre 2014)
  15. Brent Lang, « Sony: 'The Interview' Has Made Over $15 Million Online », Variety, (consulté le 29 décembre 2014)
  16. The Year's top-selling movie on YouTube, Google Play. Entertainment Weekly. Retrieved December 31, 2014.
  17. Brent Lang, « 'The Interview' Makes $40 Million Online and On-Demand », Variety,‎ (lire en ligne)
  18. « Secrets de tournage », sur AlloCiné (consulté le 28 novembre 2014)
  19. « L'interview qui tue : la Corée du Nord veut punir James Franco et Seth Rogen "sévèrement" », sur AlloCiné, (consulté le 28 novembre 2014)
  20. « L’Interview qui tue: Seth Rogen et James Franco victimes d'une cyberattaque ! », sur Allociné.fr,
  21. Michaël Szadkowski, « Que sait-on des hackeurs de Sony Pictures ? », sur Le Monde, (consulté le 25 décembre 2014)
  22. « L'Interview qui tue : les spectateurs américains menacés », sur Allociné.fr
  23. « Sous la menace, Sony Pictures renonce à la sortie de « The Interview » », sur lemonde.fr
  24. Volte-face de Sony Pictures : “L’interview qui tue” sort en salles, Euronews.fr, le 24 décembre 2014
  25. http://www.leparisien.fr/cinema/actualite-cinema/l-interview-qui-tue-sortira-le-28-janvier-en-france-09-01-2015-4432819.php
  26. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18639114.html

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]