L'Incendie de Borgo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Incendie de Borgo
0 Chambre de Raphaël - L'Incendie du Borgo (1).JPG
Artiste
Date
Type
Huile sur panneau
Technique
Dimensions (H × L)
500 × 670 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Mouvement
Collection
Localisation
Détail.

L'Incendie du Bourg est une fresque monumentale conçue par Raphaël (sur 6,70 m de large), réalisée de 1514 à 1517 avec l'aide de ses disciples Giulio Romano et Giovan Francesco Penni, pour le Palais du Vatican à Rome.

Histoire[modifier | modifier le code]

La peinture fait partie de la commande passée à Raphaël pour décorer les chambres maintenant connues comme les Stanze di Raffaello, dans le Palais apostolique du Vatican ; elle se trouve dans la pièce portant son nom « Stanza dell'incendio di Borgo ».

S'il est communément admis que Raphaël est le réalisateur des dessins préparatoires pour la composition, la fresque a probablement été peinte par ses assistants Giovan Francesco Penni (premier plan) et Giulio Romano (fond).

La fresque est issue d'un événement qui est documenté dans le Liber Pontificalis : un incendie qui a éclaté dans le Borgo un rione de Rome en l'an 847[1].

Selon la tradition rapportée par le Liber Pontificalis, le pape Léon IV a imparti un signe de croix solennel, depuis le balcon extérieur de la basilique Saint-Pierre, vers la gauche, en direction du quartier du Borgo, suite à quoi les gigantesques flammes régressèrent sur-le-champ et l'incendie fut alors rapidement maîtrisé.

Description[modifier | modifier le code]

Les dramatiques effets de l'incendie sont très éloquemment représentés, tandis que, dans le centre et au fond, le pape Léon IV est en train d'impartir la bénédiction apostolique. En effet, le Pape paraît dans le lointain étant donné qu'il traça le signe de la croix à distance, depuis le balcon de la basilique vaticane. La fresque est donc principalement occupée par l'agitation du peuple paniqué par le drame en cours et les personnes se précipitant pour éteindre le sinistre.

Sur la gauche, le jeune homme, portant un vieil homme sur son dos au premier plan, est un rappel du thème classique d'Énée portant son père Anchise lors de l'incendie de Troie, une allusion à l'idée traditionnelle de Rome succédant à Troie.

L'épisode historique est surtout raconté par l’intermédiaire de l'architecture. En partant du fond, on distingue la basilique paléochrétienne de Saint-Pierre. L'édifice de style Renaissance, au balcon duquel paraît le pape Léon IV, coiffé de la tiare, qui donne sa bénédiction à la Ville, se reconnaît aux flèches qui le couronnaient encore dans les années 1400 et aux petites loggias des années 1500, avant de faire place à l'actuelle basilique Saint-Pierre. Les colonnes de gauche qui représentent le Septizodium et soutiennent une partie de l'entablement sont composites et corinthiennes, tandis que celles de droite sont d'ordre ionique.

Analyse[modifier | modifier le code]

Avec cette œuvre, Raphaël effectue une transformation radicale de son style, ouvrant la voie au Maniérisme, un nouvel horizon dans l'histoire de la peinture. En effet, l’intérêt du peintre est consacré en premier lieu à l'expression des simples sujets représentés et se concentre sur les actions des protagonistes. Le décor architectural, omniprésent, participe à cette intense dramatisation. Les figures nues, à la musculature très prononcée, seraient toutes dues au pinceau de Jules Romain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Vatican

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]