Khemis El Khechna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Khemis El Khechna
Noms
Nom arabe خميس الخشنة
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Boumerdès
Daïra Khemis El Khechna
Code ONS 3537
Démographie
Population 75 962 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 38′ 56″ nord, 3° 19′ 44″ est
Localisation
Localisation de Khemis El Khechna
Localisation de Khemis El Khechna

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Khemis El Khechna

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Khemis El Khechna

Khemis El Khechna (خميس الخشنة en arabe, Tizi Naïth Aïcha[2] en kabyle[réf. nécessaire], transcrit ⵜⵉⵣⵉ ⵏ ⴰⵜⵀ ⴰ̆ⵉⵛⴰ en Tifinagh ; Fondouk[3] pendant la colonisation française) est une ville d'Algérie, faisant partie de la wilaya de Boumerdès, dans la daïra de Khemis El Khechna, à 30 km à l'est d'Alger et à 30 km du chef-lieu de la wilaya de Boumerdès. Connue sous le nom de Fondouk avant l'année 1974.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Khemis el Kkhechna est construite sur le haouch belakehal, ancienne propriété de la région des khachnas de la plaine. Les colons ont utilisé le mot arabe fendek pour situer la région qui prendra le nom de Fondouk. Un hôtel y existait avant 1830, dans cet hôtel ont séjourné les arpenteurs pour établir la levée et la délimitations des propriétés arabes de la région des khachnas de la plaine et de la khachnas de la montagne. Sur le territoire de cette commune est enterré sidi Bannour l'un des grands imam ibadite. Un ancien puits historique nommé bir griche porte le même nom qu'un autre puits se trouvant à sidi m'hammed à Alger.

Communes limitrophes de Khemis El Khechna
Hammadi, Wilaya d'Alger Wilaya d'Alger, Ouled Hedadj, Ouled Moussa Ouled Hedadj
Hammadi Khemis El Khechna Larbatache, Ouled Moussa
Wilaya de Blida Wilaya de Médéa , Wilaya de Bouira, Larbatache Larbatache

Archéologie[modifier | modifier le code]

La wilaya de Boumerdès représente un trésor archéologique de par la multitude des sites historiques qu'abrite son territoire vaste de 1 456,16 km².

En effet, plusieurs centres de population ont été construits pendant plus de 20 siècles sur ces terrains de moyenne altitude que forme l'actuelle Basse Kabylie dont la ville de Boumerdès est l'actuel chef-lieu.

Le mausolée de Blad Guitoun, dans la commune de Si Mustapha, est un exemple illustratif des sites archéologiques qui étaient encore apparents en Basse Kabylie au début de la colonisation française dès 1837.

Le Bénian ntâa Soumâa, dans la commune de Thénia, est un autre site archéologique qui avait été merveilleusement préservé jusqu'au milieu du XIXe siècle.

Il est à noter que les populations berbères qui ont vécu autour de ces sites archéologiques, avant la colonisation française, ont préservé ce patrimoine culturel et identitaire.

La localisation de ces sites archéologiques sur les rives et les berges de l'oued Isser et de l'oued Sébaou, ainsi que sur la côte méditerranéenne, permet de classer la wilaya de Boumerdès parmi les riches niches archéologiques en Algérie

Durant les siècles passés, les différentes crues et inondations de l'oued Isser et de l'oued Sébaou, entre autres oueds de la Basse Kabylie, ont fait que le débordement de ces cours d'eau ont enseveli les cités numides sous le limon et la boue charriés par les torrents.

En effet, sous une profondeur d'environ 3 mètres sous terre, plusieurs découvertes dans la wilaya de Boumerdès, dont de nombreux vestiges et sites archéologiques, ont été mises au jour en 2009.

Au village de Béni H'mida dans la commune de Leghata, des vestiges d'une statue ont été trouvés aux côtés d'un plat en métal, des reliques de poterie et des ossements humains.

Au village Ouriacha dans la commune de Naciria (Laâziv Zaâmoum), une cruche contenant plus de 900 pièces de monnaie en argent gravées au nom de Bolokine Abderrahmane, a été découverte.

Au village de Titouna de Souk El Had, une pierre polie en forme de coffre, gravée sur sa face de devant avec une scène de ferronnerie, a été également découverte à 3 mètres sous terre lors de travaux de construction, et a déposée au niveau de la direction wilayale de la culture à Boumerdès[4].

Musée archéologique régional[modifier | modifier le code]

Collection exposée dans un musée archéologique.

Le projet de construction d'un musée archéologique régional est en gestation dans la wilaya de Boumerdès.

Ce musée devrait être érigé dans la commune de Si Mustapha (Blad Guitoun) qui présente l'intérêt de se positionner à l'intersection des 3 routes nationales RN5, RN12 et RN24.

Ce musée archéologique de la Basse Kabylie sera spécialisé dans l'exposition des objets archéologiques trouvés dans les sites archéologiques locaux.

Les fouilles archéologiques seront ainsi promues et encouragées dans les 32 communes de Boumerdès sous la direction spécialisée d'archéologues et d'historiens.

Ce musée permettra de constituer d'importantes collections d'antiquités numides.

Histoire[modifier | modifier le code]

Khemis El Khechna, anciennement Fondouck a été créée en 1845 par décret de Louis Philippe. Elle est promue commune en 1856 ; son premier maire est un dénommé Raboil. L'histoire de cette localité remonte avant 1830, où un hôtel fut construit pour les passagers qui transitaient par la région. Le chemin de Constantine passait par cette localité. Les habitants de la région se nomment khachnis qui signifient durs. Une anecdote circule encore : une personne khachni (L'un des propriétaires fonciers de la région), énervé par la dislocation de ses propriétés et partagée au profit des colons par la commission de transactions, n'a rien trouvé pour épuiser sa colère que d'attacher son âne à un arbre sans lui donner ni manger ni boire ; l’âne est décédé de cette sanction. La commission des transactions et partages a fait la levée de plusieurs propriétés qui sont les haouchs belakehal, ghalia, khodja el berry, ben griche, ben houria, ouzza, bounoua, benlatreche, ben chekir(ben seghir), kouchache, ben denoun.

Économie[modifier | modifier le code]

Fondouk était considérée comme l'une des régions les plus riches de l'Algérie suivant les articles publiés dans L'Écho d'Alger[réf. nécessaire] pendant les années 1950. Cette richesse provenait en majorité des vignobles et du barrage d'irrigation du hamiz. De même ses pêches étaient très renommées dites « Pêches de Fondouk ».

Viticulture[modifier | modifier le code]

De toutes les régions de l'Algérie viennent les grossistes de fruits et légumes s'approvisionner en raisin de table dans les vignobles autour de Thénia.

En effet, les viticulteurs des plaines entourant le Col des Béni Aïcha prennent la tête de l'innovation dans le domaine de la production du raisin de table.

Les 8 240 hectares consacrés au raisin de table ont donné durant la saison 2009-2010 une production de 2 525 000 quintaux, avec un rendement à l'hectare d'un peu plus de 306 quintaux par hectare[5].

À rappeler qu'entre 40%[6] à 45% de la production nationale algérienne de raisin de table proviennent des plaines et vignobles qui entourent le Col des Béni Aïcha dans la Wilaya de Boumerdès[7].

Les variétés récoltées sont le cardinal, le muscat, le dabuki, alphonse-lavallée, le red globe, le dattier, le victoria, le black pearl, et d'autres[8].

Les statistiques de la saison 2011-2012 indiquaient que parmi les 22 921 hectares de terre agricole destinés à l’arboriculture, pas moins de 8 682 hectares sont occupés par les vignobles.

Oléiculture[modifier | modifier le code]

Olives dans l'huilerie de Thénia
Olives de Thénia

L'huilerie d'extraction de l'huile d'olive à Thénia fait partie des 39 huileries que compte la Wilaya de Boumerdès, dont les principales se situent dans la daïra de Thénia et ses communes, Béni Amrane, Ammal, Thénia et Souk el Had.

Ces 39 huileries[9] se départagent en 5 huileries automatiques, 13 huileries semi-automatiques[10] et 21 huileries traditionnelles pour la production d'huile d'olive[11].

Dans la région de Thénia, un quintal d'olives peut donner normalement entre 9 et 26 litres d'huile[12].

La région de Thénia a produit 9 498 hectolitres d’huile d’olive en 2006-2007, pour une cueillette de 62 100 quintaux d’olives[13].

La production attendue d'huile d'olive en 2008-2009 n'a pas dépassé les 20 000 d'hectolitres, contre 80 000 d'hectolitres en 2007-2008[14].

La production oléicole de la saison 2008-2009, qualifiée de catastrophique, était de 36 971 quintaux et de 6 655 hectolitres[15].

La production attendue durant l'hiver 2009-2010 était de 142 000 quintaux à travers la collecte des 39 huileries en exercice[16].

La saison de l'hiver 2010-2011 s’annonçait bonne et les prévisions avancées étaient de l’ordre de 139 650 quintaux d’olives et une production de 8 728 hectolitres d’huiles[17].

La production d'huile d'olive avait enregistré durant l'hiver 2011-2012, autour de Thénia, un volume de 7 000 hectolitres[18].

La production de d'huile d'olive a dépassé en hiver 2012-2013 les 32 700 hectolitres au niveau des 39 huileries autour de Thénia[19].

Il est à rappeler qu’au cours de cette même saison 2012-2013, la cueillette d’olive avait été estimée à 163 500 quintaux[15].

Pour la campagne oléicole 2013/2014, la production prévue était de plus de 161 000 quintaux d’olives de table, dite «la Sigoise», et une production d’huile de 29 000 hectolitres[11].

Production oléicole autour de Thénia (39 huileries)
Année Vergers d'oliviers (hectares) Nombre d'oliviers Rendement (quintaux/hectare) Quantité d'olives (quintaux) Rendement (litres/quintal) Volume d'huile d'olive (hectolitres) Nombre d'huileries
1er 2006-2007 62 100 23 9 498
2e 2007-2008 1 000 000 16 80 000
3e 2008-2009 6 070 18 36 971 19 5 946 39[20]
4e 2009-2010 6 210 620 000 10 139 650 9 8 728
5e 2010-2011 6 650[21] 688 000 20 140 000 18 7 000 39[22]
6e 2011-2012 6 722 672 200 142 000 16 50 000
7e 2012-2013 6 800 680 350 163 500 25 32 700
8e 2013-2014 7 500 753 515 24 49 000[10] 18 90 000 39[11]
9e 2014-2015 En cours En cours En cours En cours En cours En cours 39

L'histogramme suivant montre la variation de la production oléicole (en quintaux et en hectolitres) des montagnes entourant Thénia des Béni Aïcha.

250 000
500 000
750 000
1 000 000
1 250 000
1 500 000
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
  •   Olives (quintaux)
  •   Huile d'olive (hectolitres)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Boumerdès : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. Cf. Google Maps.
  3. http://www.hierlalgerie.com/index.php/fr/articles-de-presse/136-liste-des-anciens-noms-francais-de-communes-d-algerie
  4. http://www.djazairess.com/fr/infosoir/98613
  5. http://www.djazairess.com/fr/lesoirdalgerie/114090
  6. http://www.lejourdalgerie.com/Editions/200912/Rubriques/Region.htm
  7. http://www.vitaminedz.com/fr/Boumerdes/Arboriculture/543/Photos/1.html
  8. http://www.liberte-algerie.com/actualite/nous-allons-exporter-le-raisin-de-table-abdelwahab-nouri-ministre-de-l-agriculture-a-boumerdes-228254
  9. http://dlibrary.univ-boumerdes.dz:8080/jspui/bitstream/123456789/268/3/Sifoun,%20Naima.pdf
  10. a et b http://www.dknews-dz.com/article/4030-boumerdes-baisse-drastique-de-la-production-oleicole.html
  11. a, b et c http://www.lejourdalgerie.com/Editions/061113/Rubriques/Region.htm
  12. http://www.djazairess.com/fr/lemidi/1012200305
  13. http://www.olives101.com/2007/03/05/boumerdes-baisse-de-la-production-oleicole/
  14. http://www.djazairess.com/fr/infosoir/107579
  15. a et b http://www.lejourdalgerie.com/Editions/170313/Rubriques/Region.htm
  16. http://www.djazairess.com/fr/lqo/5163229
  17. http://www.lejourdalgerie.com/Editions/030111/Rubriques/Region.htm
  18. http://www.siwel.info/La-production-oleicole-enregistre-un-recul-de-70-a-Boumerdes_a2893.html
  19. http://portail.cder.dz/spip.php?article3055
  20. http://www.kabyle.com/revue-de-presse/oleiculture-boumerdes-production-deux-millions-litres-attendue-1652
  21. http://www.djazairess.com/fr/apsfr/99164
  22. http://www.kabyle.com/node/14851/backlinks

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sites forestiers[modifier | modifier le code]

Sites archéologiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]