Djinet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Djanet.
Djinet
Le port au premier plan et la plage de Djinet
Le port au premier plan et la plage de Djinet
Noms
Nom arabe جنات
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Alger
Wilaya Boumerdès
Daïra Bordj Menaïel
Président de l'APC Nacer Bennebri
2012-2017
Code ONS 3509
Démographie
Population 21 966 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 52′ 37″ nord, 3° 43′ 23″ est
Altitude 32 m
Localisation
Localisation de Djinet
Localisation de Djinet

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Djinet

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Djinet

Djinet (جنات en arabe, Tizi Naïth Aïcha[2] en kabyle, transcrit ⵜⵉⵣⵉ ⵏ ⴰⵜⵀ ⴰ̆ⵉⵛⴰ en Tifinagh ; Djinet[3] pendant la colonisation française) est une commune de la wilaya de Boumerdès dans la région de Kabylie en Algérie, dans la daïra de Bordj Ménaïel.

Géographie[modifier | modifier le code]

Djinet est une petite ville côtière algérienne, située dans le littoral du Daïra de Bordj Menaiel, entourée par bordj menaiel, sidi daouad et lagata. Elle est située à 15 km au Nord-Est de Bordj Menaïel, la plus grande ville des environs, et à 25 km du chef-lieu de wilaya.

Communes limitrophes de Djinet
Mer Méditerranée Mer Méditerranée Mer Méditerranée, Sidi Daoud
Mer Méditerranée, Leghata Djinet Sidi Daoud, Ouled Aïssa
Leghata Leghata, Bordj Menaïel, Ouled Aïssa Ouled Aïssa

La ville compte 21 966 habitants depuis le dernier recensement de la population (2008).

Routes[modifier | modifier le code]

La commune de Djinet est desservie par plusieurs routes nationales:

Code postal[modifier | modifier le code]

Algérie Poste

Le Code postal de Djinet est passé par plusieurs étapes depuis l'époque coloniale jusqu'à nos jours.

Avant le découpage administratif de l'Algérie en 1984, Djinet relevait de la Wilaya de Tizi Ouzou.

Son code postal était alors 15000 et il n'y avait pas de caractérisation numérique des daïras, des communes et des douars.

Mais après ce découpage territorial, Djinet a été rattachée à la Wilaya de Boumerdès portant le numéro: 35.

De ce fait, le code postal de Djinet a pris la forme numérique générique sur cinq chiffres 35xxx.

Mais puisque Djinet dépendait de la Daïra de Bordj Ménaïel portant le numéro 2 dans la Wilaya de Tizi Ouzou avant 1984, le code postal de Djinet devint 352xx.

Puis, le chef-lieu de la commune de Djinet a reçu le numéro 1 de façon à le doter du code postal 3521x.

Finalement, le centre-ville de Djinet a reçu le numéro 0 donnant ainsi le code postal 35210.

Ainsi, Djinet a pris sa place dans la liste des codes postaux d'Algérie avec le code postal 35210.

Mais en 2008, Djinet a reçu un nouveau code postal qui est 35024[4] dans le cadre du renouveau qu'a entrepris Algérie Poste.

Archéologie[modifier | modifier le code]

La wilaya de Boumerdès représente un trésor archéologique de par la multitude des sites historiques qu'abrite son territoire vaste de 1 456,16 km².

En effet, plusieurs centres de population ont été construits pendant plus de 20 siècles sur ces terrains de moyenne altitude que forme l'actuelle Basse Kabylie dont la ville de Boumerdès est l'actuel chef-lieu.

Le mausolée de Blad Guitoun, dans la commune de Si Mustapha, est un exemple illustratif des sites archéologiques qui étaient encore apparents en Basse Kabylie au début de la colonisation française dès 1837.

Le Bénian ntâa Soumâa, dans la commune de Thénia, est un autre site archéologique qui avait été merveilleusement préservé jusqu'au milieu du XIXe siècle.

Il est à noter que les populations berbères qui ont vécu autour de ces sites archéologiques, avant la colonisation française, ont préservé ce patrimoine culturel et identitaire.

La localisation de ces sites archéologiques sur les rives et les berges de l'oued Isser et de l'oued Sébaou, ainsi que sur la côte méditerranéenne, permet de classer la wilaya de Boumerdès parmi les riches niches archéologiques en Algérie

Durant les siècles passés, les différentes crues et inondations de l'oued Isser et de l'oued Sébaou, entre autres oueds de la Basse Kabylie, ont fait que le débordement de ces cours d'eau ont enseveli les cités numides sous le limon et la boue charriés par les torrents.

En effet, sous une profondeur d'environ 3 mètres sous terre, plusieurs découvertes dans la wilaya de Boumerdès, dont de nombreux vestiges et sites archéologiques, ont été mises au jour en 2009.

Au village de Béni H'mida dans la commune de Leghata, des vestiges d'une statue ont été trouvés aux côtés d'un plat en métal, des reliques de poterie et des ossements humains.

Au village Ouriacha dans la commune de Naciria (Laâziv Zaâmoum), une cruche contenant plus de 900 pièces de monnaie en argent gravées au nom de Bolokine Abderrahmane, a été découverte.

Au village de Titouna de Souk El Had, une pierre polie en forme de coffre, gravée sur sa face de devant avec une scène de ferronnerie, a été également découverte à 3 mètres sous terre lors de travaux de construction, et a déposée au niveau de la direction wilayale de la culture à Boumerdès[5].

Musée archéologique régional[modifier | modifier le code]

Collection exposée dans un musée archéologique.

Le projet de construction d'un musée archéologique régional est en gestation dans la wilaya de Boumerdès.

Ce musée devrait être érigé dans la commune de Si Mustapha (Blad Guitoun) qui présente l'intérêt de se positionner à l'intersection des 3 routes nationales RN5, RN12 et RN24.

Ce musée archéologique de la Basse Kabylie sera spécialisé dans l'exposition des objets archéologiques trouvés dans les sites archéologiques locaux.

Les fouilles archéologiques seront ainsi promues et encouragées dans les 32 communes de Boumerdès sous la direction spécialisée d'archéologues et d'historiens.

Ce musée permettra de constituer d'importantes collections d'antiquités numides.

Ressources hydriques[modifier | modifier le code]

Lacommune est traversée par l'Oued Isser.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Djinet remonte à la ville antique punique, puis romaine, dont l'identité a été longtemps contestée. Elle a été établie par la découverte d'une dédicace des Cissiani à Sévère Alexandre qui a permis l'identification définitive de sept villes antiques de la côte kabyle, entre Rusguniae au cap Matifou et Saldae, près de Bougie[6],[7].

Économie[modifier | modifier le code]

Djinet se trouve en zone montagneuse agropastorale possédant un port de pêche.

Viticulture[modifier | modifier le code]

Viticulture autour de Thénia
Viticulture autour de Thénia

De toutes les régions de l'Algérie viennent les grossistes de fruits et légumes s'approvisionner en raisin de table dans les vignobles autour de Thénia.

En effet, les viticulteurs des plaines entourant le Col des Béni Aïcha prennent la tête de l'innovation dans le domaine de la production du raisin de table.

Les 8 240 hectares consacrés au raisin de table ont donné durant la saison 2009-2010 une production de 2 525 000 quintaux, avec un rendement à l'hectare d'un peu plus de 306 quintaux par hectare[8].

À rappeler qu'entre 40%[9] à 45% de la production nationale algérienne de raisin de table proviennent des plaines et vignobles qui entourent le Col des Béni Aïcha dans la Wilaya de Boumerdès[10].

Les variétés récoltées sont le cardinal, le muscat, le dabuki, alphonse-lavallée, le red globe, le dattier, le black pearl, et d'autres[11].

Les statistiques de la saison 2011-2012 indiquaient que parmi les 22 921 hectares de terre agricole destinés à l’arboriculture, pas moins de 8 682 hectares sont occupés par les vignobles.

Pêche[modifier | modifier le code]

Port de pêche
Port de pêche

Réputée pour être une destination privilégiée d’un grand nombre des pêcheurs de l'Algérie, la côte de la Basse Kabylie s’étend sur une distance de 90 kilomètres, allant de la région d’Afir à l’est, jusqu’à Boudouaou El Bahri à l’ouest.

Le littoral autour des Béni Aïcha compte 9 plages d’échouage et trois ports principaux d’une capacité d’accueil globale de 409 embarcations de pêche, dont 200 unités au port de Zemmouri El Bahri, 100 au port de Dellys, et une centaine au port de Cap Djinet.

Secteur de la pêche autour de Thénia des Béni Aïcha
Années Nombre de plages d'échouage Nombre de ports Nombre total d'embarcations de pêche Port de Zemmouri El Bahri (embarcations) Port de Dellys (embarcations) Port de Cap Djinet (embarcations)
1er 2008-2014 9 3 409 200 100 109

En 2011, le secteur de la pêche autour du Col des Béni Aïcha comptait plus de 4.000 marins et artisans immatriculés, parmi lesquels 3.700 marins pêcheurs, les autres étaient des artisans spécialisés dans les métiers de la pêche et de la mer[12].

Secteur de la pêche autour de Thénia des Béni Aïcha
Année Marins immatriculés
1er 2008-2011 4 000
2e 2012 3 900
3e 2013 3 500[13]
4e 2014 3 700

La côte de la Basse Kabylie avait enregistré son plus bas niveau de production piscicole en 2010 avec une prise de 6 500 tonnes, au moment où l’année 2009 avait enregistré une production de 10 000 tonnes de poissons.

À rappeler que les prises de poissons avaient fluctué de 2001 à 2008 entre 10 000 et 15 000 tonnes par an.

Production piscicole (en tonnes) autour de Thénia des Béni Aïcha
Année Production de poissons Port de Zemmouri El Bahri (tonnes) Port de Dellys (tonnes) Port de Cap Djinet (tonnes) Ports d'échouage (tonnes)
1er 2001-2007 Entre 10 000 et 15 000
2e 2008 11 000
3e 2009 13 000[14] 6 500 5 600 110 790
4e 2010 6 500[15]
5e 2011 10 000
6e 2012 11 000[16]
7e 2013 7 600[17]
8e 2014 En cours En cours En cours En cours En cours

La plus importante quantité de la prise de poissons sur le littoral autour des Béni Aïcha est représentée par le poisson bleu, la sardine en l'occurrence, dont la région de Basse Kabylie en détient la première place en matière de capture à l'échelle nationale Algérienne[18].

Variétés de poissons prises autour de Thénia des Béni Aïcha
Année Sardine (tonnes) Crustacés (tonnes) Moules (tonnes)
1er 2009 11 700 650 650

Culture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wilaya de Boumerdès : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. Cf. Google Maps.
  3. http://www.hierlalgerie.com/index.php/fr/articles-de-presse/136-liste-des-anciens-noms-francais-de-communes-d-algerie
  4. http://www.algerie-poste.net/code-postal/35-boumerdes.html
  5. http://www.djazairess.com/fr/infosoir/98613
  6. Jean-Pierre Laporte, Cap Djinet : Une dédicace des Cissiani à Sévère Alexandre, in BCTH[pas clair], n.s., B, 9, 1973, p. 25-37.
  7. Jean-Pierre Laporte, Cissi, Cap-Djinet, dans l'Encyclopédie berbère, t. XIII, 1994, p. 1977-1980.
  8. http://www.djazairess.com/fr/lesoirdalgerie/114090
  9. http://www.lejourdalgerie.com/Editions/200912/Rubriques/Region.htm
  10. http://www.vitaminedz.com/fr/Boumerdes/Arboriculture/543/Photos/1.html
  11. http://www.liberte-algerie.com/actualite/nous-allons-exporter-le-raisin-de-table-abdelwahab-nouri-ministre-de-l-agriculture-a-boumerdes-228254
  12. http://www.lemidi-dz.com/index.php?operation=voir_article&id_article=midi_centre%40art1%402011-07-16
  13. http://www.lemaghrebdz.com/?page=detail_actualite&rubrique=Agriculture&id=54069
  14. http://www.lemidi-dz.com/index.php?operation=voir_article&id_article=midi_centre%40art1%402010-01-06
  15. http://www.elmoudjahid.com/fr/mobile/detail-article/id/17570
  16. http://www.lejourdalgerie.com/Editions/120213/Rubriques/Region.htm
  17. http://www.djazairess.com/fr/apsfr/404189
  18. http://www.djazairess.com/fr/lexpression/140473

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sites archéologiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]