Köbi Kuhn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kuhn.

Köbi Kuhn
Image illustrative de l’article Köbi Kuhn
Köbi Kuhn en 2006.
Biographie
Nom Jakob Kuhn
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Naissance
Lieu Zurich (Suisse)
Décès (à 76 ans)
Lieu Zollikerberg (Suisse)
Taille 1,75 m (5 9)
Poste Milieu de terrain
Parcours senior1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1954-1959Drapeau : Suisse FC Wiedikon
1960-1977Drapeau : Suisse FC Zurich554 (103)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1962-1976Drapeau : Suisse Suisse063 0(5)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1983Drapeau : Suisse FC Zurich
1983-1984 Drapeau : Suisse FC Zurich
1991-1995 Drapeau : Suisse FC Zurich
(équipes juniors)
1995-1998Drapeau : Suisse Suisse juniors
1998-2001Drapeau : Suisse Suisse espoirs
2001-2008 Drapeau : Suisse Suisse
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 26 novembre 2019

Jakob Kuhn, dit Köbi Kuhn, né le à Zurich et mort le à Zollikerberg, est un joueur et entraîneur suisse de football.

Biographie[modifier | modifier le code]

En tant que joueur[modifier | modifier le code]

Köbi Kuhn en 1963.

En club[modifier | modifier le code]

Köbi Kuhn joue durant 17 ans pour le FC Zurich, entre 1960 et 1977, étant aligné à 554 reprises et marquant 103 buts[1].

En sélection[modifier | modifier le code]

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

Köbi Kuhn dirigeant un entraînement en préparation de l'Euro 2008.

En mai 1983, Köbi Kuhn est nommé par intérim, jusqu’au terme de la saison 1982-1983 entraîneur du FC Zurich, en remplacement de Max Merkel[2] et parvient à qualifier son équipe pour la Coupe UEFA[3]. En novembre de la même année, il retrouve le banc du Letzigrund lorsque Hans Kodric est remercié et lui cède la place jusqu’au terme de la saison 1983-1984[4]. Il travaille ensuite comme agent d’assurance[5] et, après avoir fait faillite en 1990[6], il est engagé par le FC Zurich en tant que coordinateur et entraîneur au sein du mouvement junior[7],[5]. En mars 1995, il est nommé assistant de Raimondo Ponte à la tête de la première équipe du FC Zurich[8].

En décembre 1995, il est engagé par l’Association suisse de football (ASF), où il prend la succession de Karl Engel dans le système de formation national alors nouvellement mis en place[9]. D’abord responsable des moins de 17 ans puis des moins de 18 ans, il est nommé, en 1998, à la tête de l’équipe de Suisse espoirs en remplacement de Michel Renquin[10]. Après trois années fructueuses avec les espoirs helvétiques, Kuhn est choisi, en 2001, pour devenir le sélectionneur de l’équipe de Suisse, où il remplace l’Argentin Enzo Trossero[11].

Köbi Kuhn prend sa retraite d'entraîneur national au terme du match Suisse-Portugal (2-0) lors de l'Euro 2008 en Suisse[12].

Mort[modifier | modifier le code]

Hospitalisé en raison de problèmes pulmonaires à l’hôpital de Zollikerberg[13], Köbi Kuhn y meurt le [14].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) FCZ, « Der FCZ trauert um Köbi Kuhn », sur fcz.ch, (consulté le 26 novembre 2019).
  2. (de) Si., « Köbi Kuhn ersetzt Merkel », Freiburger Nachrichten,‎ , p. 8 (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019).
  3. lg., « GC facilement », L’Impartial,‎ , p. 12.
  4. (de) Fredy Hunkeler, « Das « volle Vertrauen » hielt eine Woche », Walliser Volksfreund,‎ , p. 9 (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019).
  5. a et b (de) Hans Estermann, « Ein Star im Dienste der « Nati » von morgen », Walliser Bote,‎ , p. 29 (lire en ligne).
  6. (de) « Köbi Kuhn: Berufliche Niederlage - Konkurs », Thuner Tagblatt,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  7. (de) Si, « Fussball-News », Walliser Bote,‎ , p. 11 (lire en ligne).
  8. Si., « Zurich: Ponte pour Houghton », L’Express,‎ , p. 23.
  9. (de) Si, « Fussball-Legende Köbi Kuhn wird SFV-Nachwuchstrainer », Thuner Tagblatt,‎ , p. 20 (lire en ligne).
  10. (de) Si., « « Köbi » Kuhn wird U21-Nationaltrainer », Freiburger Nachrichten,‎ , p. 13 (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2019).
  11. Si., « Kuhn , le roi du dribble à la tête de l’équipe suisse », La Liberté,‎ (lire en ligne).
  12. « Kuhn arrête après l'EURO », sur uefa.com, (consulté le 21 août 2015).
  13. « Köbi Kuhn est décédé », sur lematin.ch, (consulté le 26 novembre 2019).
  14. (de) André Häfliger, « Fussball-Legende Köbi Kuhn ist tot », sur schweizer-illustrierte.ch, (consulté le 26 novembre 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Navigation[modifier | modifier le code]