Julia Ducournau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Julia Ducournau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (37 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine
Membre de
Distinction
Palme d'or ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales

Julia Ducournau, née le à Paris, est une réalisatrice et scénariste française.

Diplômée de la Fémis en 2008, elle retient l'attention de la presse et obtient plusieurs prix avec son premier long-métrage, Grave (2016). En 2021, son deuxième long métrage, Titane, lui vaut de remporter la Palme d'or au festival de Cannes, devenant alors la deuxième femme à obtenir cette récompense et la première à la remporter seule.

Elle est aujourd'hui présentée comme l'une des personnalités importantes du cinéma de genre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formations[modifier | modifier le code]

Julia Ducournau naît en , à Paris. Sa mère, une gynécologue, et son père, un dermatologue, sont tous deux cinéphiles[1],[2].

Elle aime écrire depuis son enfance, des poèmes, des histoires. Pendant les vacances scolaires, elle demandait même à ses parents des sujets de rédaction, pour s'y atteler[3],[2]. Son attirance pour les histoires gore date de ses six ans lorsqu'elle voit en cachette le film Massacre à la tronçonneuse, et de la lecture des livres de médecine de ses parents. Elle cite aussi comme influence déterminante la découverte des Histoires extraordinaires d'Edgar Allan Poe[2].

En 2003, elle entre en 3e année de double licence de lettres modernes-anglais à la Sorbonne-Paris IV, après avoir effectué deux années de classes préparatoires littéraires (spécialité lettres modernes) au lycée Henri-IV à Paris[1].

En 2004, elle obtient sa double licence avec mention assez bien. La même année, elle intègre le département scénario de La Femis[1]. Dans le cadre de ses études à La Femis, en partenariat avec l'école, elle a l'occasion de participer à un atelier d'écriture scénaristique à l'Université Columbia encadré par Israël Horovitz[4]. Elle sort diplômée de La Femis en 2008[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 2011, son premier court métrage Junior obtient le Petit Rail d'or au festival de Cannes[6].

En 2012, elle coréalise avec Virgile Bramly le téléfilm Mange pour Canal+, qui est centré sur une jeune fille boulimique cherchant à se venger de son bourreau d'université.

En , elle tourne son premier long métrage Grave en Belgique[7]. Aprés sa présentation en au festival de Cannes et sa sortie en , en France, il reste à l'affiche pendant encore plusieurs mois et achève son exploitation en avec un total de 149 239 entrées[8]. Il est également projeté aux États-Unis[9]. Le , elle reçoit le Grand prix de la 24e édition du festival international du film fantastique de Gérardmer[10],[11]. Son film est nommé dans six catégories à la cérémonie des César, mais ne récolte aucune récompense.

En , on révèle qu'elle est membre du collectif 50/50 qui a pour but de promouvoir l’égalité des femmes et des hommes et la diversité sexuelle, de genre, de classe et de race dans le cinéma et l’audiovisuel[12],[13]. En , elle écrit et tourne son deuxième long métrage Titane, avec les acteurs Vincent Lindon et Agathe Rousselle[14],[15], puis en 2020, deux épisodes de la série américaine Servant, créée et produite par M. Night Shyamalan, pour Apple TV+[16].

En 2021, elle présente Titane au Festival de Cannes et remporte la Palme d'or, créée par la joaillière Lucienne Lazon en 1955[17],[18],[19], devenant la seconde femme à obtenir cette récompense, 28 ans après Jane Campion[20] et première à l'obtenir seule. Le cinéaste et président du jury Spike Lee a déclaré lors de la remise du prix : « La folie de Julia Ducournau m'a conquis. Le fait qu'elle soit une femme n'est pas entré en ligne de compte au cours des discussions »[21]. Lors de son discours, la réalisatrice remercie le jury de « reconnaître le besoin viscéral qu’on a d’un monde plus inclusif et plus fluide et d’avoir laissé entrer les monstres »[22].

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant que réalisatrice[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

En tant que scénariste[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Court métrage[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Julia Ducournau : « On nous fait croire que le genre n’est pas français depuis la Nouvelle Vague, alors que c’est faux » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. a b et c « Qui est Julia Ducournau, la lauréate de la palme d'or 2021? », sur rts.ch,
  3. Maroussia Dubreuil, « Julia Ducournau, dame de « Titane » : portrait d’une réalisatrice nourrie au cinéma d’horreur et à la mythologie », sur lemonde.fr,
  4. Mathieu Macheret, « « Grave » : festin de chairs à l’école vétérinaire », sur lemonde.fr,
  5. CC.Communication/CanalCast.Com, « Julia Ducournau - Fiche Artiste », sur agencesartistiques.com (consulté le )
  6. « Julia Ducournau », sur La Fémis (consulté le ).
  7. « Tournage imminent pour Grave de Julia Ducournau », sur cineuropa (consulté le ).
  8. « Box-office français pour Grave », sur JP's Box-Office (consulté le ).
  9. « Julia Ducournau : « On nous fait croire que le genre n’est pas français depuis la Nouvelle Vague, alors que c’est faux » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  10. « Cannes 2016 - De la Femis à Grave, le parcours saignant de Julia Ducournau, révélation cannoise », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Grave, le film qui fait s'évanouir le public », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Femmes dans le cinéma : "La parité n'est pas qu'un problème de nana !" », sur L'Express, (consulté le ).
  13. « Le collectif 5050 », sur collectif5050.com (consulté le ).
  14. (en) Rebecca Rubin, « Neon Nabs Titane, Follow-Up Feature From ‘Raw’ Director Julia Ducournau », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. (en) Fabien Lemercier, « Kirill Serebrennikov’s Petrov's Flu for Arte France Cinéma », sur Cineuropa, (consulté le ).
  16. Charles Martin, « La réalisatrice de Grave engagée par Shyamalan pour la saison 2 de Servant », sur Première, (consulté le ).
  17. « Histoire de la Palme d'or, de Lucienne Lazon à Chopard », sur journaldesfemmes.fr,
  18. « Cannes : derrière la Palme, trouvez les femmes », sur information.tv5monde.com,
  19. « Petite histoire de la Palme. Secrets de fabrication », sur festival-cannes.com,
  20. « Festival de Cannes : Julia Ducournau remporte la Palme d'or pour "Titane" », sur ladepeche.fr (consulté le )
  21. Stéphanie Belpeche, « Palme d'Or de Julia Ducournau à Cannes : "Le fait qu'elle soit une femme n'est pas entré en ligne de compte" », sur lejdd.fr,
  22. « Qui est Julia Ducournau qui a conquis Spike Lee avec « Titane » ? », sur www.20minutes.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]