Agathe Rousselle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Agathe Rousselle
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (34 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Agathe Rousselle, née le [1], est une actrice, mannequin et photographe française.

Elle est la cofondatrice de la revue féministe Peach et de l'entreprise de broderie sur mesure Cheeky Boom. Elle est surtout connue du grand public pour son interprétation du personnage d'Alexia dans le film Titane de Julia Ducournau, qui a remporté la Palme d'or du Festival de Cannes 2021.

Biographie[modifier | modifier le code]

Journalisme culturel[modifier | modifier le code]

Agathe Rousselle commence sa carrière comme journaliste et rédactrice en chef. Elle participe en 2016 à la création de General Pop, un magazine web culturel dédié aux cultures émergentes[2]. La même année, elle cofonde la revue féministe Peach avec la comédienne et chanteuse Tifenn-Tiana Fournereau[3],[1]. Cette revue, entièrement réalisée par des femmes, a pour objectif de mettre en avant des artistes femmes et des créatrices, en réaction au constat de l'absence en France de collectifs artistiques exclusivement féminins. La revue est lancée le 22 septembre à Paris, lors d'une soirée au bar TDTF[3].

Agathe Rousselle explique son choix d'une revue exclusivement féminine ainsi :

« Tifenn et moi, on s'est rendu compte qu'entre filles on travaillait vraiment bien. Quand il y a un mec dans une rédaction de filles, très souvent, au final, c'est lui qui prend les décisions. »

La revue souhaite se démarquer de la presse féminine traditionnelle tout en visant un public aussi bien féminin que masculin. Elle prône également l'inclusivité, en acceptant pour sa réalisation des personnes trans et non binaires souvent marginalisées dans le monde professionnel[3].

Mode et entrepreunariat[modifier | modifier le code]

Passionnée de broderie qu'elle pratique comme hobby, Agathe Rousselle crée en 2012 la société Cheeky Boom avec son compagnon d'alors, Jean André de Trémontels, un graphiste freelance[4]. Cheeky Boom propose des T-shirts et culottes uniques car agrémentés de broderies réalisées sur commande[5],[1],[6],[7].

En 2015, Agathe Rousselle devient capitaine d'une équipe de course à pied et de running nommée Boost Pigalle, sponsorisée par l'équipementier sportif Adidas[6]. Elle est également photographe et mannequin[2].

Carrière cinématographique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Agathe Rousselle débute par des rôles mineurs et des apparitions courtes dans des longs métrages. En 2015, elle joue le premier rôle dans 5 vagues de l'avenir, un court métrage de Laurent Perreau[8].

Révélation au grand public[modifier | modifier le code]

Elle occupe le rôle principal d'Alexia dans le film Titane de Julia Ducournau, film qui reçoit une standing ovation après sa première présentation au Palais des festivals de Cannes[9],[10]. Le film est primé avec une Palme d'or au Festival de Cannes 2021[11],[12],[13],[14]. Ce succès critique et médiatique la révèle au grand public. L'équipe du film reçoit une standing ovation au 57th annual York Film Festival et est remarqué pour son traitement de la violence des femmes et son traitement quasi queer de l'histoire[15],[16].

Rôle dans Titane[modifier | modifier le code]

Agathe Rousselle interprète dans Titane le rôle d’Alexia, danseuse trentenaire, souffrant d'un syndrome post-traumatique (Alexia a en effet subi un grave accident de voiture dans son enfance et vit depuis lors avec une plaque de titane greffée à son crâne), prise de pulsions meurtrières[17]. Elle donne la réplique à Vincent Lindon, incarnant le personnage de Vincent. Le personnage joué par Agathe Rousselle se présente comme extrêmement violent, subvertissant les codes de genres en changeant d'apparence et de nom[18].

Elle éprouve depuis son accident d'enfance une attirance sexuelle inhabituelle et un désir immodéré pour les voitures et le métal. Alexia ne ressent d'ordinaire pas les émotions courantes, mais sa rencontre avec Vincent provoque en elle des changements[19],[20]. Pourchassée et poursuivie par la police, elle change d'identité pour jouer le rôle du fils disparu de Vincent, qui le retrouve dans le personnage d'Agathe Rousselle[21].

Le rôle d'Alexia qu'Agathe Rousselle interprète a parfois été critiqué comme tombant dans le travers de la fétichisation du corps des personnes transgenres. L'iconographie de la transition des hommes trans est ainsi régulièrement convoquée au cours du film (comme, par exemple, les pratiques de bandage de la poitrine par l'usage d'un binder). L'identification de genre du personnage d'Agathe Rousselle est de fait variable au cours du film : présentée dans un premier temps comme une femme, elle n'en utilise pas moins le personnage d'Adrien en transformant son apparence, pour échapper à la police[22]. Le film présente également des ressemblances de traitement avec le texte I Sexually Identify as an Attack Helicopter[18].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Long métrage[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Agathe Rousselle - La biographie de Agathe Rousselle avec Gala.fr », sur Gala.fr (consulté le )
  2. a et b AlloCine, « Agathe Rousselle », sur AlloCiné (consulté le )
  3. a b et c Marc Bonomelli, « "Peach", le magazine 100% fait par des filles - Les Inrocks », sur https://www.lesinrocks.com/ (consulté le )
  4. « T-shirt personnalisé : découvrez les meilleurs sites pour personnaliser un T-shirt - Elle », sur elle.fr, (consulté le )
  5. « Cheeky Booom, les tee-shirts brodés avec amour », sur Madmoizelle, (consulté le )
  6. a et b « Le dressing de Agathe Rousselle : créatrice de mode », sur Be, (consulté le )
  7. « Wyborcza.pl », sur www.wysokieobcasy.pl (consulté le )
  8. a b et c Gérard Crespo, « Agathe Rousselle », sur CinéDweller, CineDweller (consulté le ).
  9. Elodie Bardinet, « Cannes 2021 : Julia Ducournau triomphe avec Titane [photos] », sur Premiere.fr, (consulté le )
  10. « Comment Agathe Rousselle est devenue l’héroïne de "Titane", la Palme d’or de Julia Ducournau », sur LCI (consulté le )
  11. a et b (de) Hannah Pilarczyk, DER SPIEGEL, « »Titane« in Cannes: Brüste, gefüllt mit Motoröl statt Muttermilch », sur www.spiegel.de (consulté le )
  12. Madame Figaro, « Violence extrême et corps malmenés : avec "Titane", Julia Ducournau et Agathe Rousselle bousculent le Festival de Cannes », sur Madame Figaro, (consulté le )
  13. « Palme d'or pour "Titane" de la réalisatrice française Julia Ducournau », sur rts.ch, (consulté le )
  14. (en-US) Adam Rathe, « These 21 Movies May Rule 2021's Awards Season », sur Town & Country, (consulté le )
  15. (es) Por Carlos Loureda, « ‘Titane’, en el imperio queer el hijo es la madre », sur Fotogramas, (consulté le )
  16. (en-US) Valerie Complex et Valerie Complex, « Julia Ducournau & Agathe Rousselle Talk ‘Titane’ And Violent Women In Cinema », sur Deadline, (consulté le )
  17. « "Titane" de Julia Ducournau représentera la France aux Oscars : le gore élevé au rang des beaux-arts », sur Franceinfo, (consulté le )
  18. a et b (en-US) « ‘Titane’ is a Twisted Exploration of Gender, Violence and Metal », sur Observer, (consulté le )
  19. « Le film 'Titane', Palme d'or à Cannes : "Titanesque" », sur RTBF Info, (consulté le )
  20. Cathy Immelen, « Rencontre avec Agathe Rousselle, l’actrice de Titane, palme d’or du meilleur film cette année », RTBF,‎ (lire en ligne)
  21. (en-US) Erik Piepenburg, « Their Film Is One of the Weirdest Prizewinners of the Year. Deal With It. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  22. (en) Jude Dry et Jude Dry, « Cross Dressing and Car Fetishes: ‘Titane’ Twists Trans Tropes Into Perverse, Lifeless Body Horror », sur IndieWire, (consulté le )
  23. (en-US) Peter Debruge et Peter Debruge, « ‘Titane’ Review: ‘Raw’ Director Delivers Psycho-Sexy French Thriller », sur Variety, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]