Grave (film, 2016)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grave.
Grave
Réalisation Julia Ducournau
Scénario Julia Ducournau
Acteurs principaux
Sociétés de production Petit Film
Rouge International
Frakas Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre drame, comédie[1]
Durée 98 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Grave est un film franco-belge réalisé par Julia Ducournau, sorti en 2017[1].

Le film a été présenté en compétition au festival de Cannes 2016 pendant la Semaine de la critique.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Justine vient d'une famille de végétariens. À 16 ans, elle intègre une école vétérinaire en Belgique, où sa sœur aînée, Alexia, est également inscrite. Dans le cadre de son bizutage, Justine se voit contrainte de manger de la viande crue. Dégoûtée dans un premier temps, elle devient peu à peu obsédée par la viande et découvre sa véritable nature.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage du film a débuté le 3 novembre 2015 en Belgique et s'est étalé sur une période de 38 jours. La plupart des scènes ont été tournées à la clinique vétérinaire de l'université de Liège[2].

Soutenus par de nombreuses sociétés de production françaises et belges (parmi lesquelles Rouge International et Frakas Productions), Julia Ducournau et son équipe ont pu réunir un budget d'environ 3,5 millions d'euros[3].

Sortie[modifier | modifier le code]

Classification[modifier | modifier le code]

Du fait de ses nombreuses scènes violentes, gores et à caractère sexuel, Grave a fait l’objet d’une certaine censure par les associations cinématographiques chrétiennes.{{Référence souhaitée}}

En France, il a subi une interdiction de diffusion aux moins de seize ans, soit l’une des classifications les plus strictes. La Commission de classification des œuvres cinématographiques a justifié ce choix en précisant que le film « accumule les scènes de meurtre et de cannibalisme impressionnantes qui ne sont pas appropriées à un public jeune en dépit d'une volonté de second degré. »[4]

Aux États-Unis, la MPAA a attribué à Grave la classification « R » (pour restricted), soit une interdiction de diffusion aux mineurs de moins de dix-sept ans non accompagnés d’un adulte. En Irlande, en Norvège et en Grande-Bretagne, il a été interdit aux moins de dix-huit ans[5].

Promotion[modifier | modifier le code]

La première de Grave s’est tenue le dans le cadre de la 69e édition du festival de Cannes. Présenté dans la section de la Semaine de la critique, le long-métrage a obtenu le prix FIPRESCI.

Quelques mois plus tard, le 13 septembre, le film a été projeté en séance de minuit au festival international du film de Toronto, où il a provoqué l’évanouissement d’un couple de spectateurs en raison de ses scènes explicites[6]. D’après Ryan Werner, chargé de faire la promotion de Grave, aucun festivalier n’avait eu de telle réaction depuis la projection d’Antichrist de Lars von Trier en 2009[6].

Après plusieurs autres présentations, notamment au festival international du film de Chicago au festival de Sundance, le film est sorti en France le [7].

Dans les pays anglo-saxons, Grave a été promu avec l'utilisation de ce slogan : « What are you hungry for ? » (« Qu'est-ce qui vous ferait plaisir ? »)[8].

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Au cours de sa première semaine d’exploitation en France, du 15 au 21 mars 2017, Grave attire 62 340 spectateurs dans les salles, prenant la 16e place du box-office. Projeté dans un total de 79 salles, le film réunit donc 789 spectateurs par copie[9]. Lors de sa deuxième semaine, Grave se maintient à la 16e place en réunissant 30 669 spectateurs de plus, hissant son box-office à 93 009 entrées[10]. Après trois semaines d’exploitation, le film franchit le cap des 100 000 billets vendus. Il totalise pour l’instant 148 091 entrées[11].

Aux États-Unis, le film est sorti le 10 mars 2017 sous le titre Raw (« cru »). Malgré une exploitation limitée (Grave été projeté dans seulement deux salles pendant sa première semaine), il y a généré 96 930 dollars de recette en dix jours. Après huit semaines d'exploitation, les recettes totales sur le territoire américain s’élèvent à 514 870 dollars, le film ayant bénéficié d’une combinaison maximale de 45 salles[12].

Grave a joui d’une très large exploitation en salles puisqu'il a également été diffusé dans d'autres pays d'Europe, en Asie, en Amérique du Sud et en Océanie[13].

Box-office mondial
Pays Dates de sortie Box-office Date d'arrêt du
box-office
Nombre de semaines
Drapeau de la France France 148 091 entrées 11
Drapeau des États-Unis États-Unis 514 870 dollars 8
Drapeau de l'Espagne Espagne 364 530 dollars 4
Drapeau de la Grèce Grèce 21 465 dollars 4
Drapeau de Singapour Singapour 16 230 dollars 4
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 182 223 dollars 1
Drapeau du Mexique Mexique 158 199 dollars 1
Drapeau de la Norvège Norvège 49 089 dollars 1
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 5 968 dollars 2
Drapeau de l'Australie Australie 51 294 dollars 1

Mis à jour le 4 juin 2017.

Critique[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Grave a été très largement salué par la critique. Les journalistes ont notamment reconnu l’audace visuelle et scénaristique du film, ainsi que les qualités de la mise en scène de Julia Ducournau et de l’interprétation de l’actrice principale, Garance Marillier.

Mathieu Macheret, du Monde, estime par exemple que la réalisatrice « accomplit un coup d’éclat, en important la dialectique horrifique dans le cadre ordinaire de la fiction française. » Il ajoute :

« Rares sont les premières œuvres aussi fiévreuses, aussi électrisantes, d’un romantisme aussi échevelé et d’une si complète désinhibition[14]. »

Christophe Carrière, de L’Express, note quant à lui que, « au-delà du côté viscéral qui fera pousser des cris aux plus sensibles, il y a un épatant talent de mise en scène et de narration qui apporte relief et profondeur à une histoire plus émouvante qu'elle ne paraît. Aucun cadrage, aucune valeur de plan ne sont innocents. » Il souligne également le fait que Julia Ducournau est « sûre d'elle et portée par une inspiration longuement mûrie[15]. »

Emily Barnett, des Inrockuptibles, parle d’un film « gonflé, poétique, féroce » qui « incarne la prise de pouvoir d’une nouvelle génération fracassante de réalisatrices[16]. »

Pour Philippe Guedj, du Point, « Grave choque avec un sens aigu de la provoc. Mais il le fait adroitement sans jamais dérailler vers une forme hideuse. » C’est un « premier film bien maîtrisé [qui] orchestre savamment sa plongée dans l'horreur, jusqu'à un épilogue en forme de twist façon Quatrième dimension[17]. »

Dans une critique enthousiaste écrite pour le compte de Bande à part, Olivier Pélisson loue la réalisation et le scénario de Julia Ducournau, dont le talent « embrase l’écran ». Selon lui, il est « passionnant de voir une réalisatrice s’approprier de manière aussi personnelle et affirmée la fiction, le récit, l’écran, avec une audace proportionnelle à la justesse recherchée pour suivre la ligne d’action de son personnage central[18]. »

Pour Cécile Mury, de Télérama, Grave est un « une sombre rêverie sur le sang », « un cauchemar faussement réaliste et vraiment dérangeant » dont l’histoire de « cannibalisme est une bombe métaphorique[19]. »

Parmi les journaux français, l’une des rares critique négative émane de Libération. Julien Gester assimile en effet Grave à une « farce gore » qui, « avec un dégoût manifeste de la demi-mesure, de l’ambiguïté, du plan moyen, fait feu nourri de musiques, cadres et lumières pour cocher toutes les cases transgressives et imprimer ainsi à toute chose qui le traverse une efficience, un rendement de bulldozer[20]. »

Le site Allociné recense 28 critiques de presse et calcule une note moyenne de 4,1/5[21].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Chaleureusement accueilli en France, Grave a également été plébiscité par les journalistes Outre-Atlantique. Le site américain Rotten Tomatoes recueille 90% de critiques favorables (103 positives, 11 négatives) et attribue au film une note moyenne de 7,9/10, avec le consensus suivant : « La violence et la sexualité lugubres de Grave sont à la hauteur de son titre, mais elles s’inscrivent dans une ambiance immersive et un symbolisme profond qui persistent longtemps après que les images provocantes ne s’estompent. » Ce taux de critiques favorables vaut à Grave le label « Certifié frais »[22].

Sur le site Metacritic, l’appréciation de Grave monte à 81/100 sur la base de 33 critiques, avec la mention « acclamation générale » [23].

Accueil public[modifier | modifier le code]

Du fait de ses nombreuses scènes choquantes, Grave a suscité les plus vives réactions chez les spectateurs. En septembre 2016, lors de sa projection au festival de Toronto, deux personnes s'évanouissent, contraignant les organisateurs à appeler une ambulance afin de les évacuer[6]. En mars 2017, peu après sa sortie aux États-Unis, le film fait de nouveau perdre conscience à plusieurs spectateurs lors d'une séance au Nuart Theatre de Los Angeles, au moins une autre personne ayant également vomi. À la suite de cet événement, un employé du cinéma a l’idée de distribuer des sacs en papier aux spectateurs, par mesure de prévention[24].

Malgré ces incidents, Grave a été très bien reçu par le public, aussi bien en France que dans les pays anglophones. Sur Allociné, son appréciation moyenne atteint 3,9/5, sur la base de 1498 notes dont 204 critiques[25]. Sur l’IMDb, Grave est noté 7,5/10 sur la base de 3 675 avis, ce qui fait de lui le 46e film le plus populaire de l’année 2016 d’après les critères du site[26].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « — Rattachez-vous Grave au film d'horreur ?
    — Non, pas du tout. J'ai voulu déranger les gens, […], mais pas leur faire peur. Grave entrecroise la comédie, le drame, le teen movie et la body horror. »

    « La morale des cannibales », entretien avec Julia Ducournau, Cahiers du cinéma, mars 2017, n° 731
  2. (fr) Tournage imminent pour Grave de Julia Ducournau – cineuropa.org
  3. (en) Box office & Business for RawIMDb
  4. (fr) Grave : Itinéraire sans-faute d’un film qui ébranle le monde du cinéma – L’Express.fr
  5. (en) Parents Guide for Raw – IMDb
  6. a, b et c (en) « Toronto : Multiple Moviegoers Pass Out During Screening of Cannibal Movie Raw », The Hollywood Reporter.
  7. (en) Release date for Raw – IMDb
  8. (en) Fiche IMDb de Grave (2016) – IMDb
  9. (fr) Classement hebdomadaire France 15-21/03/2017 – JP’s Box-Office
  10. (fr) Classement hebdomadaire France 22-28/03/2017 – JP’s Box-Office
  11. (fr) Box-office français pour Grave – JP’s Box-Office
  12. (en) Gross for Raw – Box Office Mojo
  13. (en) Foreign gross for Raw – Box Office Mojo
  14. (fr) « Grave : festin de chairs à l’école vétérinaire », Le Monde.
  15. (fr) « Grave, sanglante tragédie », L’Express.
  16. (fr) « Grave : le cinéma français s’offre de la chair fraîche », Les Inrockuptibles.
  17. (fr) « Grave, la claque sanglante », Le Point.
  18. (fr) « Grave : diabolo sang », Bande à part.
  19. (fr) Critique de Grave par Cécile Mury, Télérama.
  20. (fr) « Élans charnels et liens du sang », Libération.
  21. (fr) Revue de presse pour Grave sur Allociné.
  22. (en) Raw (2017) – Rotten Tomatoes, consulté le 18 avril 2017
  23. (en) Raw (2017) – Metacritic, consulté le 14 avril 2017
  24. (en) « L.A. Theater Provides Barf Bags for Cannibal Movie Raw », The Hollywood Reporter.
  25. (fr) Critiques spectateurs pour Grave sur Allociné, consulté le 18 avril 2017.
  26. (en) « Most Popular Feature Films Released 2016-01-01 to 2016-12-31 » sur IMDb, consulté le 18 avril 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]