Juana de Ibarbourou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant uruguayen
Cet article est une ébauche concernant un écrivain uruguayen.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Juana Fernández Morales
Description de l'image Juana de Ibarbourou from Estampas de la Biblia.jpg.
Nom de naissance Juana Fernández Morales
Alias
Juana de Ibarbourou; Juana de América; Jeanette d'Ibar
Naissance
Melo, Uruguay
Décès (à 87 ans)
Montevideo, Uruguay
Auteur
Langue d’écriture espagnol
Genres
Billet de banque uruguayen à l'effigie de la poétesse Juana de Ibarbourou.

Juana de Ibarbourou est une poétesse uruguayenne[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Le 10 août 1929, la poétesse Juana de Ibarbourou a reçu des mains de l'écrivain Juan Zorrilla de San Martín le titre de "Juana de América" au Palais législatif de l'Uruguay à Montevideo.

Juana de Ibarbourou fut membre de l'Académie nationale des Lettres de l'Uruguaydès sa création en 1947.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie
  • Las lenguas de diamante (1919)
  • Raíz salvaje (1922)
  • La rosa de los vientos (1930)
  • Perdida (1950)
  • Azor (1953)
  • Mensaje del escriba (1953)
  • Romances del Destino (1955)
  • Angor Dei (1967)
  • Elegía (1968)
  • Obra completa (Acervo del Estado) (cinq volumes; responsable de l'édition: Jorge Arbeleche. 1992)
  • Obras escogidas (sélection, prologue et notes de Sylvia Puentes de Oyenard. Santiago de Chile, Editorial Andrés Bello, 1999)
  • Rapsodia de Juana de Ibarbourou (selección et prologues de Jorge Arbeleche et Andrés Echevarría. Editorial Rumbo, publication de AGADU et du Parlement uruguayen, 2009)
Prose
  • Cántaro fresco (1920)
  • Ejemplario (1928, pour des enfants)
  • Loores de Nuestra Señora (1934)
  • Estampas de la Biblia (1934)
  • Chico Carlo (1944, récits autobiographiques)
  • Los sueños de Natacha (1945, théâtre pour des enfants)
  • Canto Rodado (1958)
  • Juan Soldado (1971)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Sum Scott Renée, Escritoras uruguayas: una antología crítica, Montevideo, Ediciones Trilce, (lire en ligne)
  • (es) Ibarbourou Juana de, Antología : Poesía y prosa 1919-1971, Buenos Aires, Losada,
  • (es) Picon Garfield Evelyn, Las literaturas hispánicas: introducción a su estudio (lire en ligne)

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Juana de América, dans le Palais Législatif (10 août 1929)
  • Ordre Universel du Mérite Humain, à Genève, pour La rosa de los vientos (1931)
  • Medalla de Oro de Francisco Pizarro donnée par le Pérou (1935)
  • Orden del Cóndor de los Ándes donnée par LA Bolivie (1937)
  • Orden del Sol donnée par le Pérou (1938)
  • Order Cruzeiro do Sur donnée par le Brésil (1945)
  • Croix du Commandant du Grand Prix Humanitaire donnée par la Belgique (1946)
  • Médaille d'or donnée par l'Académie Nationale des Lettres de l'Uruguay (1947)
  • Médaille d'or donnée par le Mexique (1951)
  • Orden Carlos Manuel de Céspedes donnée par Cuba (1951)
  • Femme des Amériques (1953)
  • Orden de Eloy Alfaro donnée par l'Équateur (1953)
  • Hommage de l'Unesco (1954)
  • Gran Premio Nacional de Literatura del Uruguay (1959)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. María del Rocío Contreras Romo, « El placer de la palabra o la palabra del placer, la poesía de Juana de Ibarbourou », Universidad Complutense de Madrid,‎ (consulté en 2011)
  2. « Biografía de Juana de Ibarbourou devela el calvario de la poetisa », La República,‎ (consulté en 2011)