Jorge Ubico Castañeda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castañeda.
Jorge Ubico Castañeda
Image illustrative de l'article Jorge Ubico Castañeda
Fonctions
21e président de la République du Guatemala

(13 ans, 4 mois et 17 jours)
Vice-président Mariano J. López
Factor Méndez
Pedro Reyes Reinelas
Eduardo Pérez Figueroa
Escolástico de León
Demetrio Maldonado
Prédécesseur José María Reina Andrade
Successeur Juan Federico Ponce Vaides
24e Vice-président du Guatemala

(1 an et 1 jour)
Président José María Orellana
Prédécesseur José María Orellana
Successeur Margarito Ariza
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Guatemala
Drapeau du Guatemala Guatemala
Date de décès (à 67 ans)
Lieu de décès La Nouvelle-Orléans
Drapeau de la Louisiane Louisiane
Drapeau des États-Unis États-Unis
Nationalité Drapeau du Guatemala Guatémaltèque
Conjoint Marta Lainfiesta
Religion Catholique romain

Jorge Ubico Castañeda
Présidents de la République du Guatemala

Jorge Ubico Castañeda, né le à Guatemala et mort le à La Nouvelle-Orléans, est un militaire et homme politique guatémaltèque. Il est président du Guatemala du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est élu lors de l'élection présidentielle de 1931. Issu de l'élite agro-exportatrice nationale, il admire Benito Mussolini et le général Franco.

En 1933, il fait adopter une nouvelle Constitution qui retire le droit de vote aux illettrés (75 % de la population)[1]. Il instaure en 1934 une loi contre le vagabondage, chacun devant avoir un carnet de travail dans lequel il était indiqué les jours et le nombre d'heures par jour pendant lesquelles il travaillait ; en l'absence de celui-ci, les personnes sont réquisitionnés pour effectuer des travaux publics d'intérêt général.

Selon le journaliste Mikaël Faujour : « Centraliste, autocratique, répressif, il militarise l’appareil étatique, se fait bâtir un palais où, sur les poignées de porte, se trouve son empreinte digitale, établit une censure politique et médiatique totale, se refuse à moderniser le pays au nom de ce que l’industrialisation signifie ouvriers, donc syndicats, donc communisme. Sa présidence profite beaucoup à l’élite agro-exportatrice et, surtout, à la United Fruit, qui se voit offrir un appui infaillible. Son soutien aveugle, absolu et servile aux intérêts étasuniens le conduit à déclarer, le premier en Amérique latine, la guerre au Japon, puis à l’Italie et à l’Allemagne. Soutien paradoxal pour celui qui admirait ouvertement Franco et Mussolini (Hitler n’était, pour lui, qu’un « paysan », sic). Il en profite pour renflouer les comptes du pays en confisquant les fincas de café des Allemands[2] ».[non neutre]

Ceci est parfois considéré comme une des premières étapes de la nationalisation du pays. Durant sa présidence, des routes furent ouvertes et de très nombreux bâtiments publics édifiés.

Le régime dictatorial de Jorge Ubico fut renversé par la révolution guatémaltèque de 1944.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Lemoine, Les enfants cachés du général Pinochet. Précis de coups d’Etat modernes et autres tentatives de déstabilisation, Don Quichotte, , p. 146
  2. Il y a 70 ans, une autre Révolution d’octobre… sous les tropiques - Mikaël Faujour, Le Comptoir.org, 20 octobre 2014

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]