Alejandro Maldonado

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maldonado (homonymie) et Aguirre.
Alejandro Maldonado
Alejandro Maldonado Aguirre en 2015.
Alejandro Maldonado Aguirre en 2015.
Fonctions
Président de la République du Guatemala

(4 mois et 11 jours)
Vice-président Juan Alfonso Fuentes
Prédécesseur Otto Pérez Molina
Successeur Jimmy Morales
Vice-président de la République du Guatemala

(3 mois et 20 jours)
Président Otto Pérez Molina
Prédécesseur Roxana Baldetti
Successeur Juan Alfonso Fuentes
Ministre des Affaires étrangères du Guatemala

(2 ans, 7 mois et 7 jours)
Président Ramiro de León Carpio
Successeur Eduardo Stein
Ministre de l'Éducation du Guatemala

(4 ans)
Président Carlos Arana Osorio
Prédécesseur Carlos Martínez Durán
Successeur Guillermo Putzeys
Biographie
Nom de naissance Alejandro Baltazar Maldonado Aguirre
Date de naissance (81 ans)
Lieu de naissance Guatemala (Guatemala)
Nationalité guatémaltèque
Parti politique Démocratie-chrétienne (1980-2001)
Parti unioniste (2001-2008)
Indépendant (depuis 2008)
Conjoint Ana Fagianni Enríquez
Diplômé de Université de San Carlos
Profession Avocat

Alejandro Maldonado
Présidents de la République du Guatemala

Alejandro Baltazar Maldonado Aguirre, né le à Guatemala, est un avocat et homme politique guatémaltèque. En qualité de vice-président, il devient le 49e président de la République, succédant à Otto Pérez Molina, démissionnaire, dont il termine le mandat du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1936 à Guatemala, Alejandro Maldonado Aguirre est diplômé en droit de l'université d'études supérieures San Carlos de Guatemala[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière politique en 1956 comme membre du conseil de la ville de Guatemala. Il est ensuite député de 1966 à 1970[1], puis ministre de l'éducation jusqu'en 1974[2]. Il est alors membre du Mouvement de libération nationale (MLN), parti d'extrême droite[3].

De 1974 à 1976, il est représentant de son pays auprès de l'ONU à New York, puis de 1978 à 1980, auprès de l'Office des Nations unies à Genève[1].

En 1977, il se présente à l'élection présidentielle sous les couleurs du MLN, mais abandonne en cours de route[4]. En 1982, il se présente de nouveau, cette fois-ci sous les couleurs du Parti du renouveau national (PNR), et finit à la troisième place d'un scrutin entaché de fraudes et remporté par le général Ángel Aníbal Guevara, qui ne peut prendre ses fonctions à la suite du coup d'État du général Efraín Ríos Montt. De 1984 à 1986, il est député à l'Assemblée constituante de son pays. En 1986, il est élu juge à la Cour constitutionnelle pour un mandat de cinq ans et préside cette instance de janvier 1989 à janvier 1990.

De 1991 à 1993, il est ambassadeur du Guatemala au Mexique, avant d'occuper la fonction de ministre des affaires étrangères de juin 1993 à janvier 1996, sous la présidence de Ramiro de León Carpio[1].

En 1996, il est de nouveau élu comme l'un des cinq juges de la Cour constitutionnelle pour cinq ans, et remplit de nouveau la présidence de 1997 à 1998.

Député au Congrès de la République de 2004 à 2008, il est premier vice-président de janvier 2005 à janvier 2006. À cette date, il est une nouvelle fois élu à la Cour constitutionnelle et assume la présidence entre janvier 2006 et janvier 2007[5]. Il est réélu en 2011.

Vice-président de la République (2015)[modifier | modifier le code]

Le , il est élu vice-président de la République par le Congrès, à la suite de la démission de Roxana Baldetti, mêlée au scandale de corruption La Linea.

Président de la République (2015-2016)[modifier | modifier le code]

Le suivant, il devient président de la République en remplacement d'Otto Pérez Molina, démissionnaire à son tour. Il doit achever le mandat de son prédécesseur jusqu'au [2].

Lors de la cérémonie d'investiture, il reprend une phrase qu'il avait déjà utilisée lors de sa campagne électorale de 1977 : « Nous ne reculerons pas devant l'énorme tâche que nous avons à effectuer, l'esprit clair, le cœur propre et le dos large ». En dépit de l’augmentation de la pauvreté au Guatemala, il décide d’abaisser le salaire minimum à l'équivalent de 233 euros mensuels afin « d'attirer les investisseurs »[6].

Alejandro Maldonado Aguirre est atteint de la maladie d'Alzheimer[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (es) « Alejandro Maldonado Aguirre », sur Gob.gt
  2. a et b (en) Sarah Berger, « Who Is Alejandro Maldonado? Guatemala Has New Temporary President After Otto Perez Molina's Resignation », sur Ibtimes.com,
  3. a et b (es) « Alejandro Maldonado Aguirre: el nuevo Presidente de Guatemala », sur Cmiguate.org,
  4. (es) « La famosa frase de Maldonado Aguirre », sur Pensalibre.com,
  5. (es) « Guatemala: quién es Alejandro Maldonado, el nuevo presidente », sur Bbc.com,
  6. « Fini de rire pour Jimmy Morales, le nouveau président du Guatemala », Libération.fr,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) El delito y el arte: invitación a la criminología, 1973
  • (es) Las constituciones de Guatemala: cuántas constituciones ha tenido Guatemala?, puede una constituyente nombrar presidente?, sobre presidentes y reeleciones, 1984
  • (es) Bolívar, el acierto del estadista y el fracaso del político, 1996
  • (es) Testigo de los testigos, 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]