John J. Collins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir John Collins et Collins.
John J. Collins
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Adela Yarbro Collins (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Religion

John J. Collins (né en 1946) est professeur d'exégèse critique de l'Ancien Testament à la Yale Divinity School.

Carrière[modifier | modifier le code]

Natif d'Irlande, il étudie d'abord à la University College Dublin puis obtient son doctorat à Harvard. Il travaille dans diverses institutions académiques telles l'université Notre-Dame-du-Lac (1985-1991), Harvard ou l'université de Chicago (1991-2000). Il est président de la Société de littérature biblique de Chicago (Chicago Society of Biblical Research) entre 1995 et 1996, président de la Société de littérature biblique (Society of Biblical Literature) en 2002 et président représentant les régions de la Nouvelle-Angleterre et de l'Est du Canada à la Society of Biblical Literature en 2008. Il a été aussi éditeur en chef de Dead Sea Discoveries, Supplements to the Journal for the Study of Judaism ainsi que du Journal of Biblical Literature[1]. Collins est marié à Adela Yarbro Collins (en), professeur d'exégèse critique du Nouveau Testament à la Yale Divinity School depuis 2000, avec laquelle il a coécrit King and Messiah as Son of God[2].

Travaux[modifier | modifier le code]

Il est connu aussi bien pour ses recherches sur la Bible hébraïque que par ses travaux sur les apocryphes de la période du Second Temple ou encore par ses études des manuscrits de la mer Morte qui mettent en relation diverses sectes au christianisme des origines[3]. Collins a publié et édité plus de trois cents études académiques et de nombreux articles et livres populaires[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ses ouvrages les plus connus sont :

  • Between Athens and Jerusalem: Jewish Identity in the Hellenistic Diaspora (New York: Crossroad, 1983)
  • The Apocalyptic Imagination: An Introduction to Jewish Apocalyptic Literature (New York: Crossroad, 1984 ; 2e éd. Grand Rapids: Eerdmans, 1998)
  • Daniel (Minneapolis : Fortress, 1993)
  • The Bible after Babel: Historical Criticism in a Postmodern Age (Grand Rapids, Eerdmans, 2005).
  • The Scepter and the Star. The Messiahs of the Dead Sea Scrolls and Other Ancient Literature (New York: Doubleday, 1995 ; 2e éd. 2010)
  • Beyond the Qumran Community. The Sectarian Movement of the Dead Sea Scrolls (Grand Rapids: Eerdmans, 2009).
  • The Dead Sea Scrolls: A Biography (Princeton: Princeton University Press, 2012)[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « John J. Collins » (voir la liste des auteurs).

  1. a et b (en) CV de John J. Collins sur sa page professionnelle.
  2. Grand Rapids, Eerdmans, 2008.
  3. (en) Craig A. Evans et John J. Collins (éditeurs), Christian Beginnings and the Dead Sea Scrolls.
  4. (en) Présentation en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]

(en) « Page professionnelle », sur Yale Divinity School